Parlement panafricain : Le Mali n’a pas renoncé à la présidence malgré les manœuvres pour disqualifier Chato

6

Prévue le 27 mai 2021, l’élection du président du parlement Panafricain n’a pas eu lieu en raison des malentendus entre les représentants des pays membres. L’élection est reportée à une date ultérieure, mais le Mali ne renonce pas à sa candidature malgré les manœuvres pour disqualifier sa candidate Mme Haïdara Aïchata Cissé dite Chato.

Prévue le 27 mai 2021 à Midrand en Afrique du Sud, l’élection du président du parlement Panafricain n’a pas pu se tenir en raison d’un différend entre les différentes délégations. En effet, certains pays comme le Ghana, le Nigeria ou encore le Zimbabwe ont opté pour une rotation alors même que la rotation n’a pas été signée par certains pays membres. Bénéficiant d’une majorité écrasante, les pays de l’Afrique de l’ouest ont préféré la voix des urnes. L’opposition a même tourné à l’affrontement mais le pire a été évité et l’élection reportée à une date ultérieure.

Pour les représentants du Mali, ces manœuvres ont été orchestrées pour barrer la route à la candidature de l’honorable Haïdara Aïchata Alassane Cissé dite Chato, vice-présidente du parlement, qui bénéficie d’une majorité écrasante et qui allait probablement remporter l’élection. En effet, la situation politique du pays a été mise en avant pour empêcher les représentants du Mali de siéger au même titre que les autres.

Mais une décision de la cour de justice de la CEDEAO a autorisé les députés Maliens à siéger et à prêter serment au même titre que les autres. «Le Mali devait bénéficier de la solidarité de tous les pays africains au lieu d’être sanctionné», a souligné le chef de la délégation malienne Assarid Ag Imbarcaouane lors d’une conférence de presse animée le vendredi 4 juin 2021 au Cicb.

Malgré ces manœuvres, le Mali ne renonce pas à sa candidature à cette élection et se prépare pour cette échéance. Et cela d’autant plus que sa candidate bénéficie du soutien des pays de l’Afrique de l’ouest et dispose d’une majorité écrasante. «Le combat n’est pas fini car le Mali n’a pas renoncé», a martelé le premier vice-président du CNT, Assarid Ag Imbarcaouane.

Les représentants du Mali au parlement Panafricain ont enfin profité de l’occasion pour manifester la reconnaissance du Mali aux pays de l’Afrique de l’ouest dont le Burkina Faso, le Togo et la Cote d’ivoire pour leur soutien à la candidature de Chato.

Oumar Alpha

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Quoi ? renoncer ! on est pas habitué. Pauvre Chato, c’est dure ce que ces anglophones nous ont fait mais ce n’est qu’un match aller.

    • mooh, je te jure que le match retour va etre plus dure que le match aller pour cette pauvre chato qui ne comprend meme pas qu’elle n’est pas legitime du tout!

  2. Laissez cette pauvre chèvre , elle croit de la manière dont l’illégalité est le quotidien des maliens est la même chose partout , connais toi même, nous dit un adage bambara .Certainement son guignol de Imbarcaouane n’a pu rien faire là-bas attendons la prochaine élection .

  3. Madame, nous defendrons les Maliens partout, mais il faut se dire la verité, nous ne meritont plus cette presidence pour l´heure et ce a cause du chaos que vous avez montré au monde entier et pire á cause de l´ignorance, arrongance d´un des notre qui est allé jusqu´a menacé de mort notre cher Camarade de l´EFF. Alors attendons une autre occasion, et accpetons cette rotation pour le panafricanisme. Notre compatriote Alpha a dirigé la commission avec brio, si vous vous etiez inspiré de lui, nous ne serions pas ici.

  4. Cette Élection du Président du Parlement Panafricain est tombée au plus mauvais moment pour les Maliens.
    Ceux qui allaient être amenés à diriger notre pays étaient eux même dans un bras de Fer avec la COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE qui conteste leur légalité.
    L’Union Africaine pendant qu’elle organisait cette élection…, elle suspendait le Mali des Instances de l’UNION.
    Ce n’est pas tout…
    Non seulement cette élection se déroulait presque en même temps qu’une réunion du Parlement Francophone à Kigali… Mais en plus, elle a coïncidé avec une tournée du Président Français en Afrique du Sud. Un Président Français qui en a après les Nouvelles Autorités Maliennes…
    Bref, c’est pour tout ça que, je pense que l’Élection du Président du Parlement Panafricain tombait au mauvais moment.

    Vivement le Mali pour nous tous.

    • Bamake, la verite est simplement que Chato n’est pas deputee du Mali en termes juridiques, politiques et Constitutionels! Le Mali n’a pas de parlement du tout selon la Cour Constitutionnelle

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here