Respect du genre dans l’élaboration des programmes et politiques de développement après la COVID-19 : L’UNTM et la CSTM ouvrent le débat

0

Nationale des Travailleurs du Mali) et la CSTM (Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali) en collaboration avec le Bureau Afrique de la CNV International. La cérémonie d’ouverture était présidée par M. Karim Diarra dit Togola, secrétaire général adjoint de l’UNTM en présence de Mme Awa Sow, secrétaire générale adjointe de la CSTM.

Au nom du Comité paritaire UNTM-CSTM, Mme Awa Sow, Secrétaire générale adjointe de la CSTM, dans son intervention, a salué la tenue de ce forum qui vient compléter d’autres organisés par les deux centrales syndicales en partenariat avec la CNV International. Aussi, elle a appelé tous les participants à plus d’assiduité et de ponctualité afin que les résolutions issues de ces deux jours de travaux puissent être transmises aux autorités maliennes pour application. Avant de terminer, elle a invité les deux syndicats à la pérennisation de ce partenariat pour le bonheur des militants.

Dans son discours d’ouverture, au nom des centrales syndicales, UNTM et CSTM, M. Karim Diarra dit Togola, secrétaire général adjoint de l’UNTM s’est penché sur l’importance du thème qui est d’actualité et évocateur. Car, il s’agit de défendre les intérêts des travailleurs sans discrimination aucune. Une mission qui doit inclure la participation des hommes et des femmes. Aux dires de M. Karim Diarra dit Togola, beaucoup de personnes confondent les notions de genre et sexe. Dans toutes les conventions ratifiées par le Mali relatives aux droits des femmes et des personnes vulnérables prônent une non-discrimination devant l’emploi, la rémunération et l’égalité de chance.  Le genre étant relationnel et institutionnel, les programmes et politiques doivent prendre en compte les questions de genre. Ainsi, au lendemain de la COVID-19, la politique genre doit adoptée par le gouvernement a une vision, une approche, des principes directeurs, des orientations stratégiques, des axes d’intervention et des objectifs qui doivent leur guider dans l’élaboration des programmes et politiques de développement. Cette politique genre doit servir de repères non seulement pour le gouvernants mais aussi pour les acteurs syndicaux dans les questions de relance de l’économie malienne. Avant de terminer, il a remercié la CNV International et tous les partenaires des deux centrales syndicales pour leur appui.

Il a exhorté les participants à faire des recommandations adéquates pour l’intérêt général car la problématique du respect du genre dans l’élaboration des Programmes et Politiques de développement au lendemain de la COVID-19 doit être une priorité pour les nouvelles autorités. Les travaux ont pris fin par l’adoption d’une série de recommandations majeures.

Youssouf SANGARE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here