Office du Niger : Ilias Goro, un «déserteur» devenu PDG

8
Ilias Goro, un «déserteur» devenu PDG
Ilias Goro PDG de l’Office du niger

En plus de la mauvaise basée sur l’affairisme, le clientélisme, l’appartenance au Rpm et l’inefficacité de l’actuel président directeur général à faire face au travail, l’Office Niger va connaître une saison très difficile cette année. Ici, tout le monde s’accorde à reconnaître que l’actuel président directeur général est le plus politique de toute l’histoire de l’Office.

Dès son arrivée aux commandes, Ilias Dogoloum Goro commence par remplacer certains chefs de zones afin de mieux préparer les législatives. Et avec l’appui de son ministre, qui était très souvent avec lui dans des missions improvisées. Aujourd’hui, M. Goro est rattrapé par la réalité : il y a une menace réelle sur la saison agricole à cause de son incompétence à gérer le personnel.

Ilias Dogoloum Goro n’est autre qu’un «déserteur» intégré de l’Office du Niger. Il a les mêmes habitudes que ses cousins touaregs. D’ailleurs, il est parti à Mopti pour un autre projet pendant 7 ans. À son retour, il a fallu d’intenses tractations au niveau de la direction de l’Office du Niger. En d’autres termes, en violation des textes de l’Office Niger. Il est resté calme dans son petit coin jusqu’à sa nomination. Cette nomination, il la doit justement à un conseiller du président IBK originaire de Niono. Normal, il est aux petits soins avec celui-ci.

Cependant, pour les habitués de l’Office du Niger, c’est une certitude que le travail est en retard, très en retard. À ce jour, c’est seulement 20% des travaux de curage des drains et des canaux qui ont été effectués. Alors que les précédentes années, au même moment, c’est-à-dire en mai, l’Office du Niger a déjà fini lesdits travaux. D’autant dire que ce retard impactera beaucoup sur les récoltes, car la production sera déficitaire. Le «déserteur» de Pdg avait pourtant pris les taureaux par leurs cornes, en visitant dès sa prise de fonction les sept zones de production de l’Office du Niger (Niono, M’Bewani, Molodo, Ké-Macina, Kolongo, Ndébougou et Kouroumari). Ces visites étaient en réalité doublées d’activités politiques, avec pour conséquences le changement de certains chefs de zones afin que les nouveaux puissent bien mouiller le maillot pour le Rpm. Il a fait certaines étapes de ses visites en compagnie du ministre de l’Agriculture, Bocary Téréta. Nous étions dans préparatifs de la liste Rpm pour les législatives à Niono.

Contre la relance du secteur  agricole

Nommé en début décembre 2013, celui avait comme priorité  l’élaboration du Budget 2014 et le Contrat Plan 2014-2018, s’est précipité à lutter contre la relance du secteur agricole au Mali. Quand la politique entre dans les champs, les grains de riz vont rater les sacs. Alors commence une vague de nominations pour le déserteur de PDG. Souleymane Sidibé, précédemment chargé de mission, il est nommé directeur de la gestion de l’eau et de la maintenance. Abdoulaye Cessiman, contrôleur à l’audit interne, est nommé auditeur interne. Halla Z. Touré,  contrôleur à l’audit interne, devient chargé de mission. Djédjé Fofana, qui était à la division administrative et financière de Molodo, devient directeur de zone de Niono. Oumar Ly, chef de projet de Siengo extension, est nommé directeur de zone de N’Ndébougou. Djelimady Diabaté, précédemment chef de service de la division appui rural de la zone de Molodo, est nommé directeur de zone du Kouroumari. Famakan Dembélé, précédemment coordinateur du projet Malibya, est nommé directeur de zone de Kolongo, et Barry Kassambara passe de chef de division à chef de service gestion de l’eau et de la maintenance du réseau hydraulique.

Règlement de comptes politiques

Les cadres qui vont au garage sont connus pour leur activisme dans les sphères politiques de l’Adéma, du PDES et de l’URD. Il s’agit de Lassina Keita qui, de son poste de directeur gestion de l’eau et maintenance du réseau hydraulique, devient contrôleur à l’audit. Oumar Bérété de directeur de zone de Kolongo, il est nommé chef service équipement agricole. Adounoudiougou Guindo de directeur de zone de Niono, occupe désormais le poste de chef service stratégie et programmation de la direction de la planification et des statistiques. Salif Ouédrago, le patron de la zone de Kouroumari, est nommé chef de projet de Siengo extension. Boubacar Konaté de la zone de N’Ndébougou va à Malibya et Modibo Bouaré, chef de la division Gestion de l’eau et maintenance du réseau hydraulique de la zone de Niono, est mis à la disposition du directeur de l’aménagement et de la gestion du foncier.

En plus de ces changements, il y a des listes d’opérateurs économiques de la majorité présidentielle qui sont recommandés aux chefs de zones. À  l’Office du Niger, c’est le chacun pour soi et personne ne travaille pour le Mali. À la direction, aucune initiative n’est prise car l’homme qui y officie est loin des réalités et préoccupations des encadreurs et producteurs. Conséquence : la colère est perceptible chez les producteurs qui ne ratent aucune occasion pour dénoncer la gestion des affaires à l’Office du Niger. Ce qui est encore ahurissant, c’est que beaucoup de cadres qui font actuellement objet de menaces, parce qu’ils refusent de travailler en fonction des réalités politiques du moment, sont remplacés. Peu  importe le résultat que cela peut donner.

Quant au PDG, il continue de passer des contrats en communication avec des agences de communication, sans en référer à qui que ce soit, encore moins au chargé de la communication. Au cours d’une récente mission du ministre du Développement rural, certains conseillers de ce dernier n’ont pas caché la colère de leur chef, qui pense s’être trompé de personne en nommant un fugitif comme PDG de l’Officie du Niger.

Kassim TRAORE 

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Si on pouvait faire ce changement dans tts les ministères et à ts les niveaux, la population souffrira moins avant que les nouveaux ne s’adaptent à la corruption et au clientélisme.
    Les ministres changent mais les chefs des services clés ne changent pas et c’est pour quoi les mêmes problèmes demeurent toujours.

  2. C’est vraiment nul, c’est la honte nos journalistes
    Par ce que il a fait un réaménagement du personnel qui n’est pas du goût de certains, on s’en prend au PDG Ilias, qui a fait toute sa vie à l’ON.
    Prendre une disponibilité ce n’est pas déserté, sinon, le précédent PDG aussi avait pris une disponibilité auparavant.
    A jugé Ilias depuis son arrivé, je dirais qu’il est le plus bon et le moins fêtard, donc travailleur.
    Depuis son arrivé, les appels d’offres se font sans immixtion, sans favoritismes des parents, amis….
    Bonne Chance à Ilias et en avant pour le renouveau de l’Office du NIGER

  3. Monsieur le journaliste je suis vraiment désolé et c’es dommage de lire un article aussi nul que ça .
    Que voulez vous en réalité ? dégradé ou dire ce que les autres veulent que tu dises en leur faveur ?
    soyons plus professionnelle .

  4. Mais monsieur le jounaleu tu te contre dis tu dis que le pdg est politique un peu plus loin que certains mis au garage sont connus pour leur activisme politique au compte de l’ADEMA et de l’URD .je t’apprends que le parti politique au pouvoir place tjrs ses hommes aux postes clés .il me semble que tu es en contradiction avec ton journal ou au LE REPORTER n’importe qui peut balancer n’importe quoi ?

  5. Mon frère, vous avez été on ne peut plus clair et précis sur le nouveau PDG qui est effectivement en terrain connu au regard de son parcours professionnel. Cet article qui le dénigre est bidon. A la lecture, on se rend compte que le PDG n'a fait que des permutations, chose normale dans toute administration sérieuse. Alors, je ne sais pas ce qu'on peut lui reprocher de négatif.

  6. EH OUI ! VOILA CE QUE CE JOURNAL ECRIVAIT IL Y A JUSTE 6 MOIS SUR LE MEME HOMME. LE REPORTER ! QUEL JOURNAL ?

  7. Goro ILias Dogoloum, PDG de l’Office du Niger : Un connaisseur et un homme de terrain
    LE REPORTER
    La défunte artiste Molibali Traoré peut aujourd’hui se réjouir dans sa tombe, elle qui n’a eu de cesse à chanter de son vivant les faits et gestes de Goro Ilias Dogoloum. Tout-nouveau PDG l’Office du Niger !

    Voici un homme qui connaît l’Office du Niger comme la paume de ses mains ! Les paysannes, agriculteurs et autres producteurs, dans cette zone, ne diront pas le contraire. C’est à l’âge de 60 ans qu’on lui confie la gestion de la plus grande zone de production de riz de notre pays.

    Côté diplôme, ILias Goro a accroché un DEA au Cefep de Paris (1986- 1987) en Gestion de projet et d’entreprises de production agricole (FGPA). Auparavant, il avait décroché un diplôme d’ingénieur en Sciences appliquées : spécialité Agriculture (1975-1979), à l’Institut polytechnique rural de Katibougou. C’est au Lycée Prosper Kamara de Bamako qu’il obtint son Baccalauréat malien, 2ème partie, en série sciences biologiques terminale, en 1975.

    Dans l’administration malienne, en tant cadre (catégorie A), l’ingénieur d’agriculture et de Génie rural est employé par le ministère du Développement rural, avant d’être affecté à Ségou. Le 29 septembre 2010, ILias Goro devient directeur du Programme d’Appui au monde Rural à l’Office du Niger ; de juin 2010 au 29 décembre 2010, le dogon est chargé de missions à la Direction générale de l’Office du Niger.

    Un parcours riche
    De mars 2007 au 30 avril 2010, il est responsable des Opérations (Rop) de la première Agence de micro-finance au Mali de la Fondation Aga Khan. Goro ILias Dogoloum a été, auparavant, de mai 2003 à février 2007, régisseur du projet Vres : Valorisation des ressources en eau de surface, troisième phase, en 5ème Région. La litanie des postes de responsabilité qu’il a occupés continue : 2001-2003, il est chargé de formation du personnel (450) et des productrices et producteurs (24 000 exploitations familiales) de l’Office du Niger ; 1997-2001, il fut nommé Directeur général adjoint de l’Office du Niger. Avant il était Directeur de l’Aménagement et du Développement Rural (1995-1997).

    Sans nul doute, c’est homme de terrain auquel les rênes de l’Office du Niger viennent d’être confiées. Avec plus d’une dizaine d’années d’expériences, celui qui fut le premier Directeur de la Zone décentralisée de Niono, chef de zone pi de Niono, chef de secteur agricole de N’Débougou, chef de secteur agricole de Molodo, et premier adjoint au chef de secteur agricole de N’Débougou, est en terrain connu.

    Toutes choses qui confortent l’opinion de Molobali Traoré de Macina : ILias Goro est un connaisseur, un homme de terrain réputé à la tâche, et très connu dans le colon pour avoir posé des actes positifs au fil des années. L’homme de terrain, de confiance, est, à ce jour, le Grand Patron de l’Office du Niger. Reste à lui souhaiter : bon vent !
    Nana HOUMAMA

Comments are closed.