Equivalence des diplômes cubains au Mali : Injustice ou méconnaissance ?

0
3

Les étudiants terminalistes de cuba depuis 2006, sont victimes d’une situation défavorable dans l’application du système d’équivalence établi par les ministères en charge  de l’Education  et de la  Santé. En effet, le diplôme d’études supérieures obtenu à Cuba se voit dévalué sans raison alors qu’auparavant des titulaires du même diplôme ont eu satisfaction. Deux poids et deux mesures pour l’équivalence du même diplôme.

Depuis belle lurette la République  du Mali   et celle de Cuba entretiennent d’excellents états de coopération et de collaboration dans le domaine de la santé et de l’Education. Cependant, depuis 2006, certains étudiants maliens diplômés de l’enseignement supérieur à Cuba sont victimes du système d’équivalence de diplôme. Il n’est  pas à rappeler la rigueur et  la  qualité des études à Cuba, qui sont des références internationales  reconnues par l’UNESCO.

En effet, chaque année, le ministère de l’Education cubaine est récompensé pour ses efforts  multiples de réussite dans le domaine de la formation professionnelle. Le cycle des études  dans les universités cubaines est de 6 ans toutes filières confondues.  Aujourd’hui, il est à signaler l’injustice ou la méconnaissance du système d’équivalence des diplômes de la part des autorités en charge de la question. Rappelons que tout sortant de Cuba dans le temps, avec le diplôme de Licenciado, recevait automatiquement le titre de DEA (Diplôme d’Etudes Approfondies) avant 2006. Après la licenciatura,  les étudiants qui avaient la possibilité d’approfondir leurs études au finish recevaient le Diplôme de Maestria,  équivalent au DESS. Aujourd’hui, pour des raisons inconnues, les départements en charge de l’équivalence ont mis  en place un système d’évaluation des diplômes pour faire croire ou entendre aux intéressés qu’il a été établi une certaine norme de critères communs  à ceux du Mali. Or  dans le cycle supérieur  au Mali, la maîtrise s’obtient au bout de 4 ans d’études. C’est totalement différent du système cubain qui de 5ans après le Baccalauréat donc avec une année d’études en plus.

Nous supposons que les traitements doivent  être équitables à tous les niveaux d’ordre d’enseignement  pour les titres d’équivalence de diplômes étranger au Mali, car il ne sert à rien de former un personnel qualifié qui ne sera pas mis dans ses droits. Cette  lamentable situation  que nous décrions, est une injustice sous toutes ses formes. Elle pénalise  un bon nombre d’étudiants en formation à Cuba  et aussi de ce pays rentrés au Mali. Les premiers ayant reçu  le titre de DEA sont-ils meilleurs que ceux d’aujourd’hui ? Ils ont reçu tous la même formation dans les mêmes matières. Il y a donc une jurisprudence qui doit profiter à tous ceux qui sont titulaires du même diplôme.

Il ya lieu de se demander si ces mesures ont été prises de façon concertée  avec les autorités cubaine ?  Et aussi sur quelle base  est établi le système d’équivalence des  diplômes cubains  au Mali. Ou encore, le diplôme cubain serait-il une exception à l’égard des autres diplômes  étrangers ?

 Nous espérons vivement le rétablissement des diplômés de Cuba dans leurs droits en appliquant l’équivalence comme cela a toujours été dans le temps. En d’autres termes, il faut rendre à César ce qui est  à César  et à Dieu ce qui est  à Dieu.

 Pasoun Louis Gérard  Dakouo.

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.