Société : Des «bonnes »pas comme les autres sur le marché de l’emploi

7

AH !  le progrès, la modernisation et  ses nombreuses conséquences tant sur les comportements sociaux que sur les phénomènes  de mode, ne finissent pas de faire couler l’encre. On observe désormais, une nouvelle tendance chez les aides ménagères de la ville des 3 caïmans

Le chef-d’œuvre théâtrale «  Bougouyeri »,  a séduit plus d’une  jeune rurale tel un conte de fée où le prince charmant apparaît pour troquer le torchon et la serviette de la pauvre orpheline contre une belle robe,  l’enlever  de la crasse dans laquelle elle vit, lui passer la bague au doigt  et l’amener vivre heureuse dans son château où ils eurent beaucoup d’enfants.  Une romance digne d’un conte de fée  mais qui ne s’accorde pas forcément avec la réalité du réveil. Malheureusement, elles sont nombreuses ces jeunes rurales qui viennent en exode  déterminées  à changer leurs mode de vie en dépit du tribut à payer. La  profession d’aide-ménagère  connaît de nos jours une certaine évolution, une mutation pas forcement honorable pour nos valeurs et nos mœurs. Sur le marché de l’emploi bamakois, on retrouve des déscolarisées, de jeune rurales, des expatriées ou des bamakoises  en  situation défavorisée, offrant leurs services pour assurer le ménage. Cette nouvelle vague apparue a entrainé une  pénurie  d’aide-ménagère dans certains quartiers de la capitale ou encore elle offre ses services au dessus de la bourse du citoyen lambda.  En effet, à Bamako, dans certains quartiers pseudos-résidentiels, les aides –ménagères ou « bonnes à tout faire  », sont désormais parvenues à imposer leurs lois à leurs employeurs. Au risque de les voir s’exiler dans les lieux d’orpaillages où  les payes sont réputées être  colossales. A côté de ce pan de la société, on retrouve celles qui  cherchent à se faire embaucher chez  un célibataire  ou chez un couple où la femme voyage beaucoup ceci juste dans le but d’usurper la place de la maîtresse de maison. De plus en plus certaines  n’acceptent de travailler qu’aux services soit d’un célibataire, divorcé  ou travailleur des Nations Unies et expatriés. Aussi il n’est pas rare de voir ces dernières  se montrer très aguicheuses, sexy et trop  avenante  déployant  toutes  sortes de  stratégies pour s’installer dans le lit de l’employeur en vue de troquer le tablier contre la bague.

Khadydiatou SANOGO

 

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Le racisme est née ici àu Mali et il mourra ici àu Mali
    Partout dans le,monde , on marient des bonnes. , on se marient entre race couleur , etc
    Ici àu Mali un Bamakois trouve toujours une bonne comme un objet
    Comme une autre créature différente
    Imagine ,un manœuvre ici au Mali se paie 2000 fcfa la journee , elles aussi pouvait être payé au moins à la moitié qui revient à 1000 fcfa
    Soyons des humains mes frères sinon Dieu n aura jamais pitié de nous
    Àu minimum ces bonnes doivent être payer à 25.000 fcfa par mois
    Oui la salope journaliste dirai que c est trop , oui c est trop parceque t es jalouse de la bonne ,
    Toi la journaliste tu achètes un complet de bazin chaque mois , et Kan mes sœurs bonnes aussi achèteront leurs bazins ,,, dommage que nos cœurs ne battent plus
    Dommage que nous ne regardions pas ces bonnes comme des maliens
    Dommage que nous sentions pas un peu de peine pour nos sœurs d sang
    Dommage que nous oublions des mendiants à la maison et allez offrir de l aumône dans la rue
    Dommage nous cherchions la pitié de Dieu et que nous n avons pas pitié de l enfant de Dieu que nous avions à la maison
    Oui nous sortons de chez pour aller offrir le Sadakha devant les mosquées pour vanité ,pour se montrer
    Et pour finir je me demande , dans le gouvernement y a pas un seul ministre qui vient de ces régions où proviennent ces malheureuse bonnes ?
    Pour défendre ces démunies soldats de la nation , ces braves femmes de nos foyer qui servent silencieusement la nation sans reconnaissance
    Des aujourdhui si vous avez un cœurs et que vous vouliez faire une aumône , un don pour Dieu ,, ne sortez plus dans la rue … Elles sont chez nous à la maison …
    Et Dieu ferai un bonheur à nous tous
    Dommage que nos cœurs sont endurci envers ces bonnes , pourquoi ?
    Pour être jalouses ?
    Pour racisme ?
    Pour ne pas être des musulmans ?
    Pour ne pas les reconnaître dans notre société ?
    Donnez nous réponse mes sœurs et frères
    Ça fait mal et mal encore ,
    Quant à moi j souffre de ce fléau ,, je suis malien et je viens de la région de kayes
    Les cerveaux pourris penserons autrement
    Un petit geste changera tout ,, nos vies et celle de nos sœurs bonnes
    C est honteux et triste

  2. PAUVRE JOURNALISTE QUI NE SAIT MEME QUE CES "BONNES" sont DES FEMMES COMME ELLE ET ONT LE DROIT DE SE FAIRE BELLE, D'ATTIRER LES HOMMES COMME LE FONT LES FEMMES QUI NESONT PAS "BONNES" !

  3. PAUVRE JOURNALISTE QUI NE SAIT MEME QUE CES "BONNES" sont DES FEMMES COMME ELLE ET ONT LE DROIT DE SE FAIRE BELLE, D'ATTIRER LES HOMMES COMME LE FONT LES FEMMES QUI NESONT PAS "BONNES" !

  4. Mme la journaliste, les bonnes ne sont ‘elles pas de femmes comme toi? Pouvez nous dire réellement que toi tu n'as jamais fait les yeux doux auprès de tes patrons pour avoir des traitements de faveurs et d’autres conditions préférentielles.

  5. S’il vous plait laisser ces amazones en paix. ceux sont des des humains comme vous. vous n’avez rien de particulier qu’elles. Elles sont des femmes entières comme la première dame du Mali sinon plus que vous Mme la journaliste. Donc ont droit à épouser les ministres, les directeurs généraux, les chauffeurs,… les blancs, les noirs,….les riches, les pauvres. Attention la plus part d’elles sont des épouses idéales car dignes et honnêtes.
    C’était un bonus pour Khadydiatou SANOGO.

  6. Qui n’aspire pas à meilleure condition? Est ce parce qu’on est domestique que l’on doit le demeurer éternellement. J’aimerais voir cette journaliste vivre avec à peine 10 000 f CFA par mois et dans des conditions de travail le plus souvent exécrable.

    • La bonne est employée chez toi Mme la journaliste,toi aussi tu es embauchée chez un employeur, quelle différence il y a t elle entre toi et la bonne a part un jeu de vocabulaire et de lieu de travail ?
      Dans la vie chaque personne à une aspiration,travailler chez un expatrié ou un célibataire fait moins de travaux managers et si la femme voyage aussi,Pourquoi vouloir ces situations fait elle d une bonne des usurpatrices?Et ces. Nombreuses soeurs,cousines ou amies de femmes qui font mains et pieds pour partager le lit de leur soeur ou même la voir divorcer pour se la couler douce avec son mari,que dis tu de ces soeurs,cousines ou amies.?
      Un peu de respect,toute femme aspire au bonheur, des lors qu elles font l affaire d un homme,quelle honte il y a t il a se marier à une aide ménagère ? Ou une secrétaire? Ou ou une vendeuse?

Comments are closed.