Sikasso: les régisseurs de prison posent le diagnostic de l’administration pénitentiaire

0
Sikasso: les régisseurs de prison posent le diagnostic de l’administration pénitentiaire

Du 25 au 27 janvier dernier, les régisseurs des prisons du Mali étaient réunis à l’hôtel Maïssa de Sikasso. Une retraite de trois jours qui  a permis aux experts du système carcéral au Mali de faire de recommandations pertinentes pour l’amélioration des conditions de détention dans notre pays. Une activité financée principalement par l’ONG Search for Common Ground, à travers son projet MAR 038.

-Maliweb.net- Une initiative de la Direction Nationale de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée (DNAPES). La retraite dans la capitale du Kénédougou avait pour objectif principal, le renforcement de la collaboration entre les établissements pénitentiaires et une formation continue des régisseurs sur la gestion des lieux de détention. Avec l’ouverture prochaine de la prison la plus moderne d’Afrique de l’Ouest à Kénioroba, dans la région de Koulikoro, le directeur de la DNAPES, le magistrat Ibrahima Tounkara, veut relever le défis des ressources humaines de qualité. Sikasso s’inscrit dans la série de formation initiée dans ce sens.

Quatre thématiques ont été abordées à Sikasso. Le début des travaux a été marqué par un aperçu sur la réinsertion sociale des détenus, un problème récurrent dans les sociétés modernes surtout au Mali. La deuxième activité présentée par le colonel Dramane Sidibé, était sur «la classification et la reclassification des détenus et des établissements pénitentiaires». Un processus, affirme l’expert, avec un but bien défini, qui commence à l’admission du détenu et qui prend fin à la peine affligée à ce dernier. Une autre question évoquée à Sikasso était «la situation des ateliers, les difficultés liées à leurs fonctionnements, ainsi que les perspectives pour une meilleure réponse aux problèmes de gestion de ses ateliers». Enfin, les participants se sont penchés sur «la gestion de crise en milieu carcéral». Une présentation faite par le Colonel Souleymane Doumbia, Chef division détention à la DNAPES.

A l’issue de trois jours d’activité, les régisseurs de prison recommandent: la relecture et l’adoption des textes législatifs et réglementaires, l’organisation d’une journée porte ouverte au niveau des EPES, la mise en place d’un programme national de réinsertion sociale, le recrutement et la formation, en 2018, de 500 agents et personnels spécialisés ou encore l’uniformisation des comités de gestion des ateliers.

Mamadou TOGOLA

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here