Soupçons de blanchiment de capitaux autour des contrats militaires maliens estimés à plus de 34 milliards : Le banquier Arouna Thiam mis en cause pour des retro commissions

3

La justice sénégalaise à la recherche des complices maliens

L’information a été révélée en exclusivité par le journal sénégalais « Libération ». Selon cet organe crédible, des virements effectués par la société sud-africaine Paramount group vers le compte Diamond Bank Sénégal N° 00330401232101499012, ouvert le 30/09/2015 par le ressortissant malien Arouna Thiam sont au cœur d’un rapport de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF). Notre excellent confrère précise qu’à la suite d’une information judiciaire, les Fonds en cause ont été gelés.

Le scandale porte sur trois repères importants : Le 2 octobre 2015 et les 19 et 28 janvier 2018.

La première date concerne le marché relatif à la fourniture de véhicules blindés maraudeurs et de pièces de rechanges, conclus avec l’entreprise sud-africaine, Parmount group. Son montant est évalué à 59.467.469 dollars soit 34.948.972.064 F CFA.

Les deux autres dates concernent deux virements respectifs de 240 000 dollars et de 158.490 dollars sur le compte de Arouna Thiam mentionné plus haut, en provenance de la société sud-africaine active dans les secteurs de la défense, de la sécurité intérieure et du « maintien de la paix ».

Depuis son ouverture, le compte a reçu des virements et versements dont le cumule dépasse les 669 millions de nos francs.

Qui est Arouna Thiam ?

Selon nos recoupements, il se présente tantôt comme banquier, tantôt comme consultant, tantôt comme partenaire de cette prestigieuse société sud-africaine. Né à Bamako en janvier 1969, Arouna Thiam est surtout connu comme manager et directeur d’ATP SARL. Il se présente comme un des mandataires pour le développement des affaires de Paramount au Mali.

Interpellé par la CENTIF-Sénégal, Thiam arguait que les Fonds seraient les paiements des acomptes sur un marché de 1 million de dollars, entre l’Etat malien sous IBK et Panamount pour l’acquisition d’équipements destinés à l’Armée, la Police et la Gendarmerie.

L’examen du protocole d’accord brandit par Thiam pour se justifier, a laissé perplexe la CENTIF. Beaucoup de failles ont été décelées dans ce document. Les investigations ont prouvé que Arouna Thiam est le bénéficiaire effectif des Fonds car une partie de l’argent a fait l’objet de plusieurs retraits par guichet automatique.

A la suite du signalement de la CENTIF les fonds en cause ont été bloqués depuis le 22 décembre 2020. Une information judiciaire a été ouverte contre Arouna Thiam et X pour association de malfaiteurs et blanchiment de capitaux.

L’affaire, selon notre confrère, est pendante dans un cabinet du tribunal hors classe de Dakar. Il est donc  fort possible que les enquêteurs viennent à Bamako pour chercher les complices de Arouna Thiam. A suivre

Une synthèse d’un article de presse lu par   El Hadj Chahana Takiou

Les titres sont du 22 septembre

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Rebelle, jusqu’à la fin de ton existence sur cette terre, tu n’entendras jamais, ni le nom d’IBK, ni celui d’un membre de sa famille dans une affaire de triche au monde car, IBK n’est ni maudit, ni malhonnête, encore moins misérable comme toi et tes géniteurs. Reste-là à attendre, tu seras déçu et éduqué ! chien ! Par contre, tous les jours que Dieu fera, les noms des voyous fossoyeurs du Mali sauteront régulièrement, l’un après l’autre, jusqu’au tien, puis à celui de ta mère et enfin au nom de ton père. Maudit que es !

  2. DJOKARAMEH THIAM!

    Diokaramehw et le Mali, sans limites, …dandeh baliw!

    L argent a la place du pere et de la mere?

  3. Si Chahana Takiou, qui fut un fidèle parmi les fidèles d’IBK, commence lui-même à faire le déballage des pratiques horribles du défunt régime ; alors il faut espérer que les lignes ont commencé à bouger. Décidément. L’essentiel est qu’on avance, et on arrivera forcément.

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here