Contribution, Bonne Gouvernance : Petit dictionnaire pour nous aider à comprendre

7

C’est le mot à la mode en ce moment. Tout le monde parle de Gouvernance. Ceux qui s’opposent au pouvoir mais également les acteurs, eux-mêmes, au cœur du pouvoir. à toutes les occasions, où les Maliens se sont retrouvés pour évoquer la situation du pays, la mauvaise gouvernance s’est imposée comme la source de nos maux. Et lorsque les solutions sont réclamées, on mentionne toujours la bonne gouvernance parmi les actions à mener. Le dernier sommet de la Cedeao qui a préconisé certaines mesures pour la sortie de crise au Mali est également revenu dessus.

Pourtant, quand on interroge les uns et les autres, au-delà des idées générales (combattre la corruption, arrêter les détournements…) il y a très peu d’idées concrètes illustrant la Bonne Gouvernance. Il convient d’éclairer la lanterne des Maliens, et même des Africains, sur cette notion régulièrement évoquée mais peu pratiquée sous nos tropiques.

C’est l’idée principale de ce Petit dictionnaire de la Bonne Gouvernance qui, à travers quelques mots clés, donne un contenu pour aider à restaurer la confiance dans nos pays entre les leaders et leurs peuples. En effet, l’objectif fondamental de la Bonne Gouvernance est de restaurer et renforcer la confiance entre la base et le sommet pour consolider le tissu social et donner plus de chances à une collectivité face aux défis qui l’assaillent. Parcourons donc ce Petit dictionnaire !

A : Alternance 
L’alternance doit être une valeur cardinale de notre République et même de notre société. Au-delà du président de la République, l’alternance est à imposer à la tête des partis politiques, des syndicats, des associations, des administrations publiques, des collectivités locales, au Parlement… La responsabilité est à appréhender comme momentanée avant de passer à autre chose.

B : Biens publics
Il faut sacraliser le bien public, le patrimoine public, l’espace public et la responsabilité publique. Cela est à engager depuis les bancs de l’école jusqu’au monde professionnel et plus généralement à tous les niveaux de la société. Nous devons promouvoir les bons comportements et sanctionner les mauvais. Il y a des symboles à cultiver en la matière comme la levée des couleurs, la généralisation des travaux collectifs communautaires et nationaux, etc.

C : Contre-pouvoirs 
Les contre-pouvoirs doivent être soutenus pour être indépendants et représentatifs. Il faut éviter de les contrôler, les vassaliser, les appauvrir ou les discréditer. La presse, les syndicats, les journalistes d’investigations, la société civile sont à protéger et à organiser pour qu’ils deviennent forts. Il convient à cet effet de promouvoir l’auto régulation de la presse et supprimer tous les délits de presse. L’indépendance de la magistrature doit être consacrée, l’exécutif doit se retirer du conseil de la magistrature.

Les magistrats doivent pouvoir faire le ménage au sein de leur corporation. Il faut également soutenir l’opposition politique, l’aider à faire son travail, lui donner les moyens institutionnels, financiers et humains nécessaires. Il est souhaitable de lui donner la possibilité d’intervenir dans certains processus (concours de recrutement, sélections des cadres administratifs, marchés publics…) pour en vérifier la transparence.

D : Décentralisation 
Une décentralisation véritable sera un facteur d’ancrage de la démocratie et la citoyenneté locales, points de départ de la démocratie et la citoyenneté nationales. Cela s’illustre par des collectivités locales ayant de vrais pouvoirs et des moyens (humains, matériels et financiers) adéquats pour gérer la vie locale, en partenariat avec une société civile impliquée. Cela se caractérise aussi par des collectivités dirigées par des équipes compétentes et évaluées par les populations qui ont le pouvoir de les sanctionner.

E : Évaluation 
L’évaluation de l’action des décideurs par la base est indispensable. L’évaluation de l’administration par les usagers avec des conséquences sur la carrière des responsables administratifs est à institutionnaliser pour que les services publics soient réellement au service des populations. L’évaluation des leaders par leurs mandants est également souhaitable de même que la possibilité donnée à ces derniers de sanctionner celui qu’ils avaient choisi. Il faut donner la possibilité aux Maliens de mettre fin au mandat d’un élu à un moment donné et sous certaines conditions.

F : Famille à écarter du pouvoir
Il est impératif d’éloigner la famille des détenteurs du pouvoir, des postes à responsabilité ou encore des marchés publics. Cela nécessite la publication de la liste des membres de la famille et des proches des leaders, et de mettre en place un dispositif de surveillance de leur éloignement des postes à responsabilités et des possibilités d’accès aux marchés publics où leurs parents sont décideurs.

Cela signifie, par exemple, qu’aucun membre de la famille du chef de l’état n’occupera de poste public, ni ne pourra accéder à un marché public pendant son mandat. Cela signifie aussi qu’aucun membre de la famille ou proche d’un ministre n’occupera de poste dans son ministère, ou n’aura accès à un marché public de son ministère et de tous les services qui lui sont liés.

G : Gouvernance politique
Il faut structurer la gouvernance politique à travers des organisations politiques solides et représentatives. Les partis politiques doivent couvrir le pays, évoluer dans un environnement de contrôle de leurs activités et de leur fonctionnement, être exclusivement financés par l’état, tenir une comptabilité exhaustive (activités courantes et campagne électorale), ne pas dépasser un plafond de dépenses de campagne, faire l’objet d’audit avec comme but ultime de limiter le poids de l’argent et notamment de l’argent douteux dans la politique.

H : Humilité
Les gouvernants doivent être humbles, diminuer radicalement le train de vie de l’état et le faire savoir, revoir toutes les dépenses somptuaires (voyages, confort des responsables…), diminuer le protocole lors des événements, systématiser les vidéo conférences au lieu des missions, limiter les mises à disposition de biens au profit des indemnités forfaitaires, engager la cession des biens somptuaires (avions, véhicules de luxe…), baisser le standing dans les acquisitions de biens pour les responsables publics, diminuer le confort des voyages et séjours à l’extérieur, limiter fortement les évacuations sanitaires au profit des hôpitaux nationaux et donner l’exemple pour toutes les décisions de réduction du train de vie.

I : Impartial 
L’état doit être et paraitre impartial dans la désignation des responsables et en toutes occasions, face aux usagers qu’ils soient puissants ou non.
Les passe-droits sont à supprimer en matière de respect de la loi qui est la même pour tous. L’état doit éviter de fausser la concurrence entre les opérateurs économiques en donnant des avantages indus à certains (exonérations, protections diverses…). Il doit créer les conditions pour agir pour tous et prendre des initiatives avec une égalité de chances.

J : Justice 
La justice doit être fonctionnelle, efficace et équitable. Elle doit être accessible à tous les citoyens. Elle doit rendre ses décisions rapidement (délai à fixer pour chaque procédure). Elle doit avoir plus de moyens, avec des magistrats mieux formés et outillés. La justice doit être rendue sous la lumière avec la publication des décisions, l’organisation de conférences de parquets pour rendre compte du fonctionnement des tribunaux, des inspections régulières pour s’assurer de l’effectivité de la justice, et la publication des enquêtes d’inspection pour que le peuple sache que la justice rendue en son nom est juste.

K : Kiosque citoyen 
Installer dans les villes des kiosques citoyens pour rendre accessibles les démarches administratives, faciliter les rapports entre les citoyens et l’administration, défendre les droits des citoyens. Ces kiosques seront à la charge des collectivités territoriales et animés par la société civile.

L : Lanceur d’alerte 
Les lanceurs d’alerte (révélateurs de scandales) sont à soutenir et à encourager. Il convient de les inciter à dénoncer et de mettre en place un système de rémunération de toute dénonciation qui génère des revenus pour l’administration. Par exemple, l’application de la taxation sur les signes extérieurs de richesse sera suivie du versement d’une commission à celui qui a donné les informations permettant d’identifier les biens occultés et cela sans préjudice des poursuites pour enrichissement illicite.

M : Mobilisation des Maliens
Cette mobilisation est assurée avec le souci constant aux plus faibles et aux plus démunis. Il faut donner corps à la solidarité par des mesures de soutien aux plus pauvres : subvention de l’accès aux engrais et moralisation de ce dispositif, versement de ressources aux plus démunis sous forme de bourses familiales (au moins 100 000 familles avec 30 000 FCFA par mois soit 36 milliards à financer par la baisse du train de vie de l’état), généralisation du dispositif de l’assistance médicale aux indigents, meilleur accès des acteurs de l’informel au crédit et aux assurances (santé, retraite…). Il faut accorder plus de moyens aux démunis et financer cela par la réduction du confort des décideurs.

N : Numéro d’identification
Il convient de généraliser rapidement l’identification des personnes (état civil, fichier électoral, diplômes…) mais également celle des biens (les terres et le foncier à travers le cadastre, le patrimoine immobilier…). Le pays doit disposer d’un inventaire exhaustif de ses ressources humaines, matérielles, foncières…pour que ses politiques publiques puissent prospérer. Cela permettra, entre autres, de mieux asseoir la fiscalité et limiter les fraudes.

O : Objectif 
Toute gestion publique doit se faire à la lumière d’objectif fixé et d’appréciation de son atteinte après une période, avec une suite à donner. La redevabilité, la promotion de la culture du résultat, la systématisation des contrats de performance à tous les niveaux, la publication des objectifs, la sanction des responsables défaillants et la promotion des responsables performants sont à instaurer.

P : Production locale 
Il est urgent de prioriser les produits locaux et le consommer local dans la gouvernance publique. Les autorités publiques doivent acheter des biens et services locaux (activités culturelles, artisanat, industrie…), promouvoir les productions nationales et en faire une valeur cardinale de leurs actions.

Q : Qualifications
Les responsables publics, à tous les niveaux, doivent disposer de qualifications techniques, sociales, politiques et éthiques pour exercer leurs fonctions. Un responsable devra être choisi en fonction de sa crédibilité pour occuper son poste, aussi bien du point de vue social (légitimité, reconnaissance dans le domaine, soutien des acteurs…), que technique (compétence théorique, expériences pratiques, rigueur, sérieux) et éthique (réputation, parcours, profils, actes antérieurs posés, mœurs, honnêteté…). Il convient de systématiser les appels à concurrence pour pourvoir aux postes et instaurer un dispositif rigoureux, contradictoire et transparent assurant un choix judicieux pour chaque poste.

R : Renouvellement et rajeunissement 
Le leadership notamment administratif doit être plus ouvert aux jeunes et à la diaspora malienne qui regorge de grandes compétences. à compétence égale, il faut retenir les plus jeunes, en tenant compte de la nécessité que le leadership doit refléter la jeunesse du pays (plus de 80% des Maliens n’ont pas 35 ans).

S : Simplification des règles
La simplification facilite la compréhension du fonctionnement public par le plus grand nombre. Le versement de « pot de vin » trouve souvent son origine dans la lourdeur, la bureaucratie et les règles compliquées. En standardisant les coûts et les règles et en le faisant savoir on limite les possibilités corruptrices. Il convient aussi de multiplier les possibilités de faire les démarches à travers les nouvelles technologies (digitalisation) et les rendre accessibles aux populations les moins alphabétisées.

T : Transparence 
Institutionnalisons la transparence ! La transparence sur les hommes et la transparence sur les actes à travers notamment la publication des patrimoines des responsables, la publication de ce que chacun gagne normalement, la publication des parcours et profils, la publication des décisions prises (textes, actes…)… Il convient aussi d’assurer la transparence sur les dossiers judiciaires, la publication des actes, des décisions, des textes, partout et dans les langues nationales. Dans la même veine, la publication des objectifs assignés aux ministres et chefs de l’administration, la publication des contrôles, la généralisation de ces informations à travers Internet sont des pistes à explorer.

Le partenariat avec les acteurs de la presse pour mettre en lumière tout ce que l’état fait, la libération de la parole publique, le développement des débats dans la presse et les espaces publics, le soutien à l’indépendance de la presse, l’ouverture de la presse d’état à tous les opposants et aux contestataires, le renforcement de l’indépendance de la société civile sont des mesures à instaurer et à développer pour asseoir la transparence dans la vie publique.

U : Union
La Gouvernance vertueuse impose de prévoir. Il est impératif d’unir les Maliens autour d’un projet qui transcende les mandats politiques et qui s’imposera à tous. La Conduite d’un exercice national et populaire de planification à moyen terme pour concevoir une vision partagée objective et précise de notre pays sur 20 ans, vision qui servira de boussole au Mali de 2020 à 2040 et qui engagera chaque Malien, de l’intérieur comme de la diaspora, est indispensable.

V : Visible
L’administration doit être visible pour le citoyen partout sur le territoire. Nous devons faire en sorte que le citoyen où qu’il soit sur le territoire puisse avoir droit à un minimum de services (sécurité, justice, santé, éducation, administration civile, eau, énergie…). L’action de l’état, de la Région, du Cercle, de la Commune ou de la Ville est à animer avec cet objectif et les responsables doivent être évalués sur cette base. L’état doit être visible et le citoyen doit le sentir. Les responsables doivent être vus sur le terrain pour que les subalternes sentent la pression du résultat à produire.

Cela aidera aussi les populations à prendre conscience de leur implication, à les voir, à échanger avec eux. Le chef de l’état et ses ministres doivent donner le ton en la matière, être sur tous les terrains difficiles et suffisamment longtemps pour ramener l’ordre au bénéfice des populations.

W : Woyowayanko 
Le nom de cette petite rivière qui coule au flanc de la colline de Lassa en Commune IV de Bamako jusqu’au fleuve Niger doit résonner chez les Maliens comme un motif de fierté nationale et fonctionner comme un des mythes fondateurs de notre pays. C’est au bord de cette rivière que les troupes de Samory ont pris le dessus sur les colonisateurs le 2 avril 1882. Chaque pays a besoin de s’adosser à des évènements de ce type pour se construire ou se reconstruire.

X : Xénophilie 
La construction du pays ne se fera pas en s’enfermant, au contraire ! Il faut encourager l’ouverture à l’étranger, l’intégration africaine, la mise en commun des moyens entre les pays africains, notamment les voisins immédiats, pour faire face aux défis. Cette ouverture pouvant aller jusqu’à l’abandon partiel ou total de notre souveraineté comme l’indique l’article 117 de notre constitution.

Nous devons soutenir les initiatives symboliques en la matière comme des ambassades communes avec certains voisins, des départements ministériels communs avec certains pays, une entreprise commune pour exploiter un secteur d’activité (exemple du coton par exemple), l’interconnexion des réseaux électriques…

Y : Yeredon (se connaître en bambara)
La bonne gouvernance ne peut se soustraire des valeurs de civilisation qui rythment le quotidien des populations. Connaître son rôle, sa place dans la société, et forcer le respect des autres est une obligation dans notre société. Nous devons savoir faire usage de notre riche culture et de nos valeurs ancestrales pour asseoir une gouvernance vertueuse.

Z : Zana (proverbe en bambara)
Comme indiqué précédemment, les proverbes véhiculent d’excellents messages de citoyenneté et de construction collective. Nous devons savoir les mettre à profit pour promouvoir les comportements positifs, aussi bien chez les dirigeants que parmi la population.

Au sortir de cet exercice, il apparaît évident que la Bonne Gouvernance est d’abord une question de volonté. L’essentiel de ces mesures ne nécessitent ni un changement de la Constitution et encore moins une modification des Lois. Il suffit d’avoir la forte volonté de mettre les choses dans l’ordre et de révolutionner la manière de gérer la collectivité dans notre pays.

Cela nécessite également que les Maliens, au-delà des slogans, sachent imposer les changements indispensables de gouvernance. Quand les décideurs évitent de bien gérer, il appartient aux populations de leur imposer la bonne voie ou de les remplacer par d’autres qui feront ce qu’elles voudront.

C’est aussi cela la Bonne Gouvernance !

Moussa MARA
www.moussamara.com

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. @ Sangare n’importe quel pays au monde a besoin d’armee forte, si tes economistes ont dit le contraire ce sont les memes qui ont dit aux “pays pauvres” qu’ils n’ont pas besoin d’Ecole et de Systemes de Sante forts car des secteurs economiquement non productifs, voici comment tes grands economistes ont detruit notre developpement et ont garde les “pays pauvres” dans la pauvrete. Quand a ATT le concept de ‘BE BI BA BOLO” est un concept apatride et tres diviseur qui va a l’encontre de la devise meme du Mali: Un Peuple-Un But -Une Foi. Un concept qui ne devrait pas sortir de la bouche d’un president Malien meme mal eduque. Quand a AOK c’est pendant son pouvoir que les fonctionnaires millardaires sont nes au Mali dont Boua le ventru IBK et le Tapo-Tapo que Boua nous a mis comme Ministre de l’injustice dans son cabinet d’apatrides. Le Colonel Mala Konare est ne de ce systeme AOK et par le forceps. Quand a Khadafi ce sont Hilary (USA), Sarkozy (France) et Cameron (GB) qui se sont mis ensemble sous l’OTAN pour le detruire parcequ’ils avaient peur d’une Libye surarmee et independante et les Africains ont laisse faire sans broncher, une autre honte. Alors quand on a detruit la Libye, les terroristes armes sont revenus au Mali et ATT les a accueilli avec armes et munitions et il les a meme donne le peu d’argent de notre tresor pour s’installer comme pour les corrompre/les acheter, mais quelque semaines apres leur retour la guerre a commence et de defaites a defaites l’armee MALIENNE tres faible avec ses Generaux en papier est tombee decomposee devant les terroristes et ATT a demissionne et a fui pour le Senegal. Le reste est que les Maliens sont dans la rue aujourd’hui encore pour reclamer le depart d’un autre nullard, Corrompu et incapable president: Boua le ventru IBK un produit de la gouvernance d’ AOK et ATT dans leur super extreme. Le Mali a besoin du nouveau et doit se debarasser de tous ces politiciens corrompus apatrides qui ont contribue a sa descente dans les enfers. Il faut que Boua parte pour le Bonheur du Mali et des Maliens.

  2. Kinguiranke
    Le temps est seul juge.
    Dans l’émotion avec une colère enragée,nous avons accusé nos autorités d’avoir négligé l’ARMEE MALIENNE car nous avons pensé qu’elle était capable de résister, si on l’avait renforcé.
    SI UN PAYS EST VICTIME DE COMPLOT INTERNATIONAL AVEC LA COMPLICITÉ DE SES FILS, IL NE PEUT RIEN FAIRE QUELQUE SOIT LA PUISSANCE DE SON ARMÉE.
    C’est pourquoi les grandes puissances sont dotées des services de renseignement efficace pour déjouer les complots.
    LA LIBYE DE KADDAFI N’ÉTAIT ELLE PAS BIEN ARMÉE?
    À t’elle servi à empêcher le complot international contre son pays puisque c’est connu à travers une enquête du parlement britannique que KADAFI était visé, non instauré un régime démocratique qui a motivé l’intervention FRANÇAISE et BRITANNIQUE?
    L’ARMEE MALIENNE de MOUSSA TRAORÉ qu’on dit très puissante a t’elle mis fin à la rébellion de 1990 comme l’a fait son prédécesseur MODIBO KEITA?
    ATT était visé par la rébellion qui a suivi la disparition de KADAFI puisque personne ne peut contester maintenant que le MNLA est une création du service de renseignement français qui s’est associé aux jihadistes pour attaquer l’ARMEE MALIENNE.
    Le film de la tuerie des éléments d’aguel’hoc montre qu’on a tout fait pour empêcher que les renforts puissent les aider.
    Des complices du service de renseignement français étaient tapis dans l’ombre.
    Ils sont aujourd’hui les chefs militaires du régime IBK.
    TOUS LES ESPRITS BRILLANTS SAVENT QU’UN PAYS PAUVRE N’A PAS BESOIN D’ARMÉE FORTE.
    Les économistes passent leur temps à le dire.
    L’Allemagne, le japon,la corée du sud pour corriger leurs retards économiques(les deux premiers à cause des conséquences de la deuxième guerre mondiale, le dernier était un pays sous-développés)ont confié leur sécurité aux états-unis.
    Les investissements qu’il devrait faire dans l’armée, ils l’ont fait dans l’économie.
    La France qui a fait le choix contraire souffre économiquement, est obligé de bombarder ses citoyens d’impôts et taxes,de garder ses colonies à l’œil pour entretenir son armée.
    Les trois pays qui ont sollicité l’ARMEE AMÉRICAINE se sont contentés de verser les indemnités de sécurité à l’ARMEE AMÉRICAINE.
    Ils sont enviés pour leurs performances économiques.
    Le choix de privilégier l’économie au détriment d’un investissement inutil dans l’ARMEE MALIENNE a permis au Mali d’avoir une croissance économique continue.
    La corruption qu’on attribue aux deux premiers présidents de l’ère démocratique existe dans tous les pays africains, mais tous les pays africains ne connaissent pas une croissance continue.
    BEBI BABOLO ATT a commis des erreurs,une gentillesse innée qui l’empêchait de sanctionner ses proches,mais avait une ambition pour son pays qui lui a permis de maintenir la croissance économique établie par son prédécesseur.
    ALPHA OUMAR KONARE s’est fait embobiner par IBK ,a commis l’erreur fatale de confier la présidence du parti au pouvoir à son chef de gouvernement.
    Malgré ses écarts criminels, le Mali a retrouvé sa CRÉDIBILITÉ INTERNATIONALE annulée par vingt trois ans de dictature militaire.
    Après des réformes économiques osées, le Mali s’est installé dans la croissance économique car ALPHA OUMAR KONARE avait une vision pour son pays.
    Si ce n’est des ESPRITS attardés que manifeste certains maliens, tout le monde doit être fière que le fils d’un président de la république ait fait le choix difficile des ARMÉES au lieu du choix facile des affaires comme s’en donnent trop d’enfants des présidents de la république.
    LE PREMIER FILS DU PREMIER PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE L’ÈRE DÉMOCRATIQUE EST ENTRAIN DE SERVIR SON PAYS EN RISQUANT SA VIE AU LIEU DE S’ENRICHIR PAR DES MARCHÉS ATTRIBUÉS PAR LES PROCHES DE SON PÈRE.
    Qu’on n’en soit pas fière, on est animé d’une haine maladive envers son père.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Sangare n’importe quel pays au monde a besoin d’armee forte, si tes economistes ont dit le contraire ce sont les memes qui ont dit aux “pays pauvres” qu’ils n’ont pas besoin d’Ecole et de Systemes de Sante forts car des secteurs economiquement non productifs, voici comment tes grands economistes ont detruit notre developpement et ont garde les “pays pauvres” dans la pauvrete. Quand a ATT le concept de ‘BE BI BA BOLO” est un concept apatride et tres diviseur qui va a l’encontre de la devise meme du Mali: Un Peuple-Un But -Une Foi. Un concept qui ne devrait pas sortir de la bouche d’un president Malien meme mal eduque. Quand a AOK c’est pendant son pouvoir que les fonctionnaires millardaires sont nes dont Boua le ventru IBK et le Tapo-Tapo que Boua nous a mis comme Ministre de l’injustice. Le Colonel Konare est ne de ce systeme AOK et par le forceps. Quand a Khadafi ce sont Hilary (USA), Sarkozy (France) et Cameron (GB) qui se sont mis ensemble sous l’OTAN pour le detruire parcequ’ils avaient peur d’une Libye surarmee et independante et les Africains ont laisse faire sans broncher, une autre honte. Alors quand on a detruit la Libye, les terroristes armes sont revenus au Mali et ATT les a accueilli avec armes et munitions et il les a meme donne le peu d’argent de notre tresor pour s’installer comme pour les corrompre/les acheter, mais quelque semaines apres leur retour la guerre a commence et de defaites a defaites l’armee MALIENNE tres faible avec ses Generaux en papier est tombee decomposee devant les terroristes et ATT a demissionne et a fui pour le Senegal. Le reste es que les Maliens sont dans la rue aujourd’hui encore pour reclamer le depart d’un autre nullard, Corrompu et incapable president: Boa le ventru IBK

  3. La bonne gouvernance,c’est poser des actes pour améliorer les conditions sociales et économiques de la société.
    ELLE N’EST PAS L’APPLICATION D’UN IDÉAL DE GESTION COMME L’A DÉTAILLÉ MOUSSA MARA.
    Il va jusqu’à dire que “l’essentiel de ces mesures ne nécessitent pas un changement de constitution…”
    Pour l’indépendance de la justice, on n’a pas besoin de changer la constitution?
    On confond un souhait de changer la qualité de la société et la bonne gouvernance.
    C’EST LA SOCIÉTÉ QUE VEUT CHANGER MOUSSA MARA, PAS ÉTABLIR LA BONNE GOUVERNANCE.
    On est beaucoup à souhaiter une autre société que celle en vigueur initiée et cultivée par la dictature militaire à partir du 19 novembre 1968.
    IL NOUS FAUT FAÇONNER UNE NOUVELLE SOCIÉTÉ.
    Ce qui est différent d’établir la bonne gouvernance.
    On peut la réaliser dans une société malsaine.
    L’U.R.S.S a disparu à cause de la mauvaise gouvernance de ses dirigeants, mais la société était saine.
    Les états-unis sont l’endroit des affaires les plus ignobles, de passe-droit pour les nantis, mais ce pays reste la plus grande puissance économique du monde.
    C’est parce que l’État américain est bien géré qu’il reste économiquement fort.
    Pourtant sa société n’est pas aussi saine que ça.
    C’est l’endroit où on s’enrichit facilement dans le vagabondage.
    La gestion efficace de l’État, c’est quand les séparations des pouvoirs sont respectés.
    Ce qui n’était pas le cas en URSS.
    ALPHA OUMAR KONARE et AMADOU TOUMANI TOURE ont bien géré l’État du Mali en restant dans les limites de notre LOI FONDAMENTALE,même si le dernier a commis l’erreur monumentale d’entretenir les terroristes algériens au Nord du Mali.
    Malgré les actes liés à la qualité de l’homme malien, ils ont pu faire bouger les lignes en boostant le PIB de notre pays
    Ce qui était inimaginable avant l’ère démocratique.
    Ils auraient fait encore plus, s’ils avaient hérité d’une société saine comme celle qu’a laissé MODIBO KEITA le 19 novembre 1968.
    Depuis qu’ALPHA OUMAR KONARE a été élu en 1992,le Mali connaît la croissance jusqu’à ce qu’Ibk,l’homme qui a terni ses deux quinquennats,soit élu.
    La mauvaise gouvernance, c’est à partir de l’élection d’IBK.
    LA BONNE GOUVERNANCE, C’EST LA CONVICTION DE RENDRE RÉEL UN IDÉAL QU’ON A NOURRI POUR AMÉLIORER LES CONDITIONS ÉCONOMIQUES DE LA SOCIÉTÉ.
    Cette conviction s’inspire des IDÉES qui animent l’homme politique.
    Qu’on soit convaincu de les appliquer, on va même chercher les compétences dans d’autres nationalités,s’il y a en a pas au Mali.
    Houphouet BOIGNY ne partait il pas chercher les compétences partout dans le monde à cause de sa volonté de particulieriser son pays par rapport aux restes de l’Afrique francophone,même si on sait que ça a été une erreur de croire que son pays peut se développer dans les frontières héritées de la colonisation?
    LA CORRUPTION, LES DÉTOURNEMENTS DES DENIERS PUBLICS N’EMPÊCHENT PAS UN PAYS DE SE DÉVELOPPER, SI DES IDÉES FORTES ANIMENT LES ANIMATEURS DE L’ÉTAT.
    Par exemple, il faut être animé de L’IDÉE qu’on ne peut se développer que dans le cadre d’une Afrique unifiée.
    Des actes, dans ce sens, constituent la bonne gouvernance puisque participant à améliorer la qualité de vie des maliens.
    Ça veut dire aussi que sans ces IDÉES, même si les ressources publiques sont bien gérées, on ne connaîtra pas développement.
    La corruption, c’est comme la dette.
    Si la dette est bien investie, l’économie s’en ressent.
    Si elle n’est pas bien investie, ce serait un gaspillage d’argent et une dépense de plus pour l’État.
    Si l’argent de la corruption est utilisé pour créer des emplois comme si c’est un prêt accordé,la corruption ne sera pas nocive.
    Elle sera une manière d’utiliser l’argent public autrement.
    Mais si c’est pour ouvrir des comptes à l’extérieur, c’est pour détruire l’économie.
    L’ARGENT DE LA CORRUPTION QUI SERT À CONSTRUIRE DES ÉCOLES, DES HÔPITAUX…DANS LES VILLAGES N’EST IL PAS MIEUX POUR L’ÉCONOMIE QU’UNE DETTE QUI A SERVI À PAYER LES FONCTIONNAIRES?
    Pendant l’ère démocratique, les recettes de l’État ont augmenté de façon exceptionnelle, la corruption aussi, les constructions d’écoles, de dispensaires dans nos villages par les hommes politiques corrompus aussi.
    L’ESSENTIEL EST QUE LES MALIENS SE SONT ENRICHIS, MÊME SI D’AUTRES L’ONT FAIT DE MANIÈRE ILLÉGALE.
    Il reste maintenant à prendre des mesures pour instaurer l’équité, que certains ne s’enrichissent pas au détriment d’autres.
    Ce qui est arrivé depuis 1992.
    On doit corriger les défaillances constatées, pas rejeter tout.
    ALPHA OUMAR KONARE a voulu le faire à la fin de son dernier mandat aux constats qu’il y a blocage au niveau de la LOI FONDAMENTALE pendant son exercice du pouvoir.
    ATT n’a pas marché dans ses pas,a voulu marquer sa différence,sans pour autant corriger les défaillances constatées par son prédécesseur.
    IBK a préféré agir en dehors de la constitution puisqu’il ne se gêne même pas aller marcher dans les plates-bandes des autres POUVOIRS.
    Il faut améliorer la pratique de la bonne gouvernance en exigeant la refondation de l’État, pas instaurer la bonne gouvernance qui a été pratiquée par les prédécesseurs d’IBK.
    La lutte contre la corruption va s’inscrire dans la refondation de l’État pour rationaliser les dépenses,pas pour empêcher seulement les détournements des deniers publics.
    Rationaliser les dépenses, c’est enrichir l’État puisqu’il s’agit de dépenser dans les activités qui rapportent à l’État,d’empêcher que les fonctionnaires fassent des choix qui ne respectent pas les intérêts de l’État en privilégiant leurs intérêts individuels.
    La séparation effective des POUVOIRS est le signe d’une bonne gouvernance.
    On ne fait pas plus dans les pays qui respectent la bonne gouvernance. .
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Sangare disons-le ATT1 etait sans reproches mais ATT2 etait un vrai desastre, c’est lui qui a celebre les premiers milliards de sa fille dans un grand hotel de Bamako, c’est grave, il n’a ete qu’un incompetent et il a amene le concept “be bi ba bolo” a un niveau innaceptable au Mali car un concept apatride et qui ne correspond pas a la devise du Mali (Un peuple, un but, une foi), il a tellement mal gere le Mali que devant quelques rebelles notre armee nationale est tombee et lui a fui au Senegal. Quand a AOK nous avons quelques points contre lui quand il a mis son fils colonel et quand il a eleve Boua IBK le ventru, nous sommes en train de soufrir aujourd’hui a cause de la plante semee par AOK qui est Boua IBK le ventru, alors les deux AOK et ATT ne sont pas des sains du tout et ils ont mal gere le Mali. En realite depuis 1960 le Mali n’a en fait connu qu’un seul President: Modibo Keita.

  4. Mr Moussa MARA vous avez oublié de parler dans votre contribution pour la bonne gouvernance, l IMPUNITÉ germe de tous les maux du pays : corruption, injustice bref mauvaise gouvernance aussi Par ailleurs s agissant du Conseil Supérieur de la Magistrature il est plus juste de changer l appellation en Conseil Supérieur de la JUSTICE qui sera constitué de magistrats, de greffiers, d avocats (professionnels de la justice autant que les magistrats )des administrateurs civils et des membres de la société civile puis que la JUSTICE est rendue au nom du PEUPLE A mon avis constituer le Conseil uniquement de magistrats et certains administrateurs civils ce qui peut être néfaste pour une bonne administration de notre justice donc une erreur à corriger à mon avis par une formule qui prendra en compte les représentants du PEUPLE C est ma petite contribution pour vos solutions de bonne gouvernance

  5. Moussa Joseph Mara tu peux chanter de voix chaude cet hymne du grand empire du Wasulu et de la grande Victoire du Woyowayanko a Boua le ventru IBK: “Si tu ne peux organiser, diriger et défendre le pays de tes pères, fais appel aux hommes les plus valeureux;
    Si tu ne peux dire la vérité, en tout lieu et en tout temps, fais appel aux hommes les plus courageux;
    Si tu ne peux être impartial, cède le trône aux hommes justes;
    Si tu ne peux protéger le fer pour braver l’ennemi, donne ton sabre de guerre aux femmes qui t’indiqueront le chemin de l’honneur;
    Si tu ne peux exprimer courageusement tes pensées, donne la parole aux griots.
    Oh Fama! Le peuple te fait confiance, il te fait confiance parce que tu incarnes ses vertus.”

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here