Kidal, Cheikh ag Aoussa te conduit à ta perte

1

Deux morts, une dizaine de blessés, le bilan des manifestations organisées sur l’aéroport de Kidal est dramatique à tout point de vue. Cet évènement est lourd de conséquences. Il est désastreux pour les familles des deux victimes, pour la ville et sa population, pour les enfants exposés et surtout pour l’image du HCUA …

Le seul responsable de cette catastrophe humaine est connu, c’est Cheikh ag Aoussa, chef militaire du HCUA. Il a harangué les jeunes et sa femme, Zeina Wallet Ilady, les a instrumentalisés. Poussés à la violence par des prédications très orientées et de l’argent généreusement distribué, nos enfants ont couru sous les balles sans protection.

L’histoire se répète. Les djihadistes attaquent un fourgon du CICR. Nous ne sommes pas le 16 avril 2016 avec le rapt de 3 personnels de l’ONG, mais bien en 2012. L’offensive est signée Ansar Dine, Cheikh ag Aoussa met en musique l’opération. Toujours la même année, le chef militaire d’Ansar Dine organise le massacre d’Aguelhok. 134 FAMa décèdent.

Le bilan humain est toujours désastreux. La population est prise en otage et doit suivre les préceptes imposés par les agresseurs. A Tombouctou ce sera la charia. Massacrer, réduire au silence, prendre en otage, la folie de Cheikh ag Aoussa n’a de limite que sa créativité.

Les prises d’otages sont devenues une spécialité de Cheikh ag Aoussa. Elles sont soudaines et souvent violentes, comme ce fut le cas à Tamkoutal lors de l’expédition punitive réalisée contre les touaregs Imghads. Elles sont aussi parfois longues, insidieuses et politiques, comme lundi dernier à Kidal. Cheikh ag Aoussa enchaîne les prises d’otages de masses en participant à la manipulation des plus faibles au profit de son père spirituel Iyad ag Ghaly. Sa dernière protection reste son immunité politique, entretenue  par ses appuis bamakois.

En coulisse personne ne se fait d’illusions sur toutes ces manipulations. Le marchandage est monnaie courante : l’annulation d’un mandat d’arrêt contre une trêve des combats dans le Nord. Cheikh ag Aoussa nous berce d’une histoire dont nous sommes rassasiés, passant du drapeau du HCUA à la bannière d’Ansar Dine, en fonction de ses propres intérêts et de ceux de l’émir sanguinaire.

Aujourd’hui la question n’est plus de savoir si Cheikh ag Aoussa a conservé des liens avec Ansar Dine. Il s’agit de déterminer quand le HCUA sera officiellement considéré comme la vitrine officielle du groupe Ansar dine. Quand Cheikh ag Aoussa sera-t-il  reconnu complice d’un groupe terroriste auquel nous savons tous qu’il a prêté allégeance ?

 

Boubacar Samba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. TOUS les manifestants contre arrestations les terroristes ils sont tous des terroristes et des criminels à KIDAL 😡 😡 😡

Comments are closed.