Mali : Tiébilé Dramé, l’homme politique de l’année !

2
Tiebilé Dramé, président PARENA
Tiebilé Dramé, président PARENA

Avec zéro (0) député à l’Assemblée Nationale, cet homme – patron du Parena – est devenu l’opposant n°1 tout en faisant de sa formation politique, le premier parti de l’opposition du Mali. Cela par la présence médiatique et les activités politiques de son parti et non pas par rapport au nombre de ses élus.

Il est l’homme qui fait « trembler » Koulouba tout en divisant ses concitoyens. Ses actions politiques sont à la fois saluées mais aussi critiquées au sein de la population que sur la scène politique.

Admiré, car la seule personnalité politique qui, tout au long de cette année 2015, a ardemment animé le débat politique et défié la majorité présidentielle sur tous les dossiers délicats et d’actualité. Méthodique et fin politicien, il s’est imposé comme le seul challenger extra-parlementaire capable de critiquer, tout en suscitant l’intérêt de l’opinion nationale, les actes posés par la majorité.

 

A travers ses animations et sorties politiques, en sa manière, il a su entraîner des concitoyens à toujours avoir ce coup de méfiance presque intuitif devant les actions gouvernementales. Du coup, dans la conscience politique nationale, il est devenu celui qu’on attend sur chaque dossier et acte posé ou encore silence coupable du Président, son gouvernement et la majorité parlementaire.

De sa plus ou moins longue « traversée du désert », IBK, en plus de le repositionner sur la scène politique, a fait de lui une révélation politique qui, après tout, met un frein au renouvellement de la classe politique.

Blâmé, il est considéré ni plus ni moins qu’un politicien “machiavélique” prêt à exploiter tous les malheurs pour atteindre ses propres fins, surtout le Mali, un pays actuellement en crise dont la fin semble de moins en moins proche. Pour autant, serait-il logique de vouloir justifier et/ou excuser les manquements de la majorité par l’évocation du seul nom de crise ?

Mr Dramé est, pour certains, ce Citoyen qui prend du plaisir à laver le linge sale en dehors de la famille. D’autant plus qu’il est blâmé pour être sans pitié et ni modestie envers les acteurs politiques nationaux tandis que tout mou et malléable quand il s’agit de dire haut et fort et clair à la communauté internationale et la France ce que la majorité pense tout bas et que le Peuple aimerait tant clamer par l’intermédiaire de ses acteurs politiques.

En plus, l’homme fort du Parena est considéré comme étant dans une entreprise personnelle et égoïste visant que le seul dénigrement des actions gouvernementales. Toutefois, selon ces détracteurs, tout comme hier, il ne serait pas impossible de le voir travailler avec la majorité, devenant du coup un politicien à la recherche d’une sinécure.

Par ailleurs, Tiébilé Dramé n’avait pas complètement disparu de la scène politique nationale. En effet, il a été l’émissaire et l’acteur principal des négociations à Ouagadougou entre le gouvernement malien et le groupe rebelle du MNLA en 2013.

Son rôle, que tout citoyen peut juger et apprécier à sa juste valeur, et au-delà de la mise en scène honteuse des acteurs politiques -incapables de laver ce même linge sale au Mali-, a été plus louable que moins décrié au regard du contexte et des enjeux au moment des pourparlers inter-maliens. Cependant, sa non-participation aux élections de 2013 demeure une énigme pour bon nombre de Citoyens.

Toutefois, les agissements actuels de Mr Dramé pour de nombreux analystes seraient à chercher dans l’attitude du Président IBK par rapport l’application qu’il aurait dû faire de l’accord de Ouagadougou (2013), son désormais « bébé » symbolique et politique dans la nouvelle configuration politique du Mali in-crisis. IBK étant critiqué par TIébilé Dramé d’avoir volontairement retardé la mise en œuvre de l’accord de Ouaga après son élection.

Après tout, devrons-nous être surpris de cette « métamorphose » de Tiébilé Dramé dans la mesure où il ne fait ni plus ni moins que ce que le champ politique attend de lui : combler le vide politique car tout comme la nature, l’environnement politique a également horreur du vide.

Par contre, comme un fin politicien, motivé par l’ambition d’être aux affaires et exercer tôt ou tard le pouvoir, il ne serait pas prudent de considérer Mr Dramé comme un prêcheur dans le désert car la politique n’est pas un environnement figé et c’est le Swing Voter qui a toujours le dernier vote. Sauf s’il nous réservait un « coup de Jarnac » en 2018 ?

Une contribution de Mr Mahamadou CISSE

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le Dinosaure Tiébilé DRAMÉ n’est pas l’homme “politique” de l’année, il est l’homme de l’année. Il ne fait pas trembler mais il fait pleurer KOULOUBA ! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

    HAÏDARA est le prêcheur de l’année.

    Mahmoud DICKO l’imam de l’année

    CAPI le salaud de l’année !

    MUGABE la pintade de l’année.

    IBK le mafieux de l’année !! 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

    • Tu as omis yugubané: l’idiot de l’année 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

Comments are closed.