Concours startups : 30 candidats sélectionnés parmi 178 postulants

0

Dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat jeune, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a procédé,  jeudi 17 janvier 2019 à l’hôtel Sheraton de Bamako, au lancement du camp numérique «Mali startups». C’était en présence de plusieurs membres du gouvernement.

Ce concours, qui s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat jeune, est la concrétisation de la volonté du président de la République. Lequel met la jeunesse au cœur de son mandat. L’entrepreneuriat est incontestablement un moteur de croissance économique parce qu’il est créateur d’emplois et de richesses pour le Mali. Il favorise aussi l’innovation et contribue au rayonnement de notre pays.

De nos jours, partout dans le monde, ce sont les startups qui portent l’innovation et les innovations proposées par les géants de ce  monde viennent souvent de petites ou moyennes startups.

Dans son l’intervention, Adama Bérété, maire de la commune IV du district de Bamako, a salué l’initiative du projet qui est une première du genre. «Il est indicateur d’un Mali entreprenant et innovateur. Le projet a pour objet d’inscrire le Mali dans la course vers le développement numérique», a-t-il affirmé.

Pour participer à cette 1ère édition du camp numérique de Bamako, «nous avons reçu 178 postulants dont 30 candidats ont été sélectionnés. Parmi les 30 candidats sélectionnés, les trois meilleurs candidats du concours startups bénéficieront d’un voyage d’immersion aux Etats-Unis à la Silicon Valley. Ils seront suivis à travers les membres du jury», a expliqué,  Hamidou Togo, directeur national de l’économie numérique.

À l’entame de ses propos, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, a tout d’abord remercié les partenaires techniques pour leur implication sans faille. Selon le ministre, ce projet a pour vocation de créer les conditions favorables pour impulser la dynamique et soutenir les initiatives porteuses.

Avant d’expliquer que les candidats sont invités à mettre leurs talents de développeurs et d’entrepreneurs au service du pays. Il s’agit, à travers ce concours, d’explorer, de repérer et d’évaluer les capacités et le potentiel des startups maliennes dans le secteur numérique, en leur donnant l’opportunité de libérer leur génie créateur et de convaincre les investisseurs afin de valoriser leur savoir-faire, a-t-il ajouté.

L’occasion était bonne pour M. Touré de rendre un hommage au président de la République, chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, qui a placé la jeunesse au centre de ses préoccupations. Pour terminer, il a aussi donné une mention spéciale à  M. le Premier ministre, chef du gouvernement, pour ses efforts inlassables à l’endroit des jeunes du Mali en général et de ceux qui évoluent dans le numérique en particulier.

Daouda S. Dao, Stagiaire

======================

FORUM NATIONAL DE LA JEUNE FILLE :  La communication sur la santé sexuelle des jeunes filles au cœur des échanges

 La 3e édition du Forum national de la jeune fille a permis de mobiliser et sensibiliser les jeunes filles, les autorités et les partenaires sur la problématique liée à l’épanouissement, à la protection, à la promotion et au respect des droits de la santé reproductive et sexuelle des jeunes filles ; en vue de faire face aux questions liées à leur développement reproductif.

 

Initié par le Réseau national de la jeunesse du Mali (RENAJEM), la 3e édition du forum national de la jeune fille a eu lieu au carrefour des jeunes de Bamako en présence du représentant du ministre de la Jeunesse, de l’emploi et de la construction citoyenne.

Avec comme thème «promouvoir la communication sur la santé reproductive et sexuelle des jeunes filles, gage de la réalisation des objectifs de développement durable», ce forum a été un espace idéal de dialogue, de partage et d’échange et de renforcement mutuel sur les stratégies de développement global des jeunes filles et, particulièrement, la promotion de la jeune fille de notre pays.

À travers cette rencontre, les organisateurs veulent mobiliser et sensibiliser les jeunes filles, les autorités et les partenaires sur la problématique liée à l’épanouissement, à la protection, à la promotion et au respect des droits de la santé reproductive et sexuelle des jeunes filles. Cela, en vue de faire face aux questions liées à leur développement reproductif et une prise en compte de leurs préoccupations spécifiques dans ce domaine.

Selon le président du réseau national de la jeunesse du Mali, Alioune N’Diaye, il est important de prendre en compte, durant le forum, la situation des filles, leurs besoins et aspirations en examinant les différents aspects de leur vécu au niveau de la famille et de la société. «Autant de problèmes qui interpellent notre conscience collective et rendent urgentes l’identification et la recherche de solutions adéquates aux problèmes propres aux différentes composantes de notre jeunesse», a-t-il déclaré.

Durant le forum plusieurs thématiques ont été débattues par les participants, sans oublier la présentation sur le projet jeune sur la santé, capture dividende et feuille de route, la présentation du projet : bourses scolaires à Ségou, la présentation de l’application actualisée «Ikolossi».

Y. Doumbia

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here