Village de Thial dans le cercle de TENENKOU : Les habitants se révoltent contre les abus du chef de village

0

Le week-end dernier, nous avons reçu la visite de messieurs Sékou Traoré dit Kementa et de Fousseyni Minta dit Abba, tous cultivateurs vivant à Thial, dans le cercle de Tenenkou. Ils sont particulièrement préoccupés par la situation qui prévaut au village depuis plusieurs années. Selon les informations qu’ils ont partagées avec nous, nous pouvons affirmer qu’ils sont à bout de souffle. Ces inquiétudes sont relatives aux relations entre les villageois et le chef de village. Comment les choses se passent-elles dans ce village, selon le témoignage de ces paysans?

Sékou Faronta, actuel chef de village est le fils du chef de village Farouk Faronta décédé il y a quelques années. Après le décès de son père, il est devenu chef de village. Mais les habitants de Thial se plaignent beaucoup de lui depuis cinq ans.

LE CALVAIRES DES HABITANTS DE THIAL

Trop autoritaire et cupide, Sékou Faronta exproprié les habitants des terres, passe à tabac ceux qui s’opposent à ses décisions arbitraires. En cas de dégâts causés par les animaux dans les champs, en lieu et place des propriétaires de champs, c’est le chef de village qui encaisse les sous, ont-ils expliqué. Même pour la coupe de bois, le sieur Sékou se substitue aux agents des Eaux et Forêts. Il délivre des papiers autorisant en coupe de bois que les agents des Eaux et Forêts ne reconnaissent pas. Une autre difficulté de ces villageois est qu’ils sont obligés, à tous les coups de payer au niveau de la gendarmerie de l’argent, soit la somme de 350 francs CFA que vous ayez au papiers ou pas.

En cas de refus, vous êtes battus par le chef de village ou ses enfants. Par finir, les habitants du village ne sont plus d’accord avec lui. A ce sujet, M. Minta dira : ”On peut parler d’une sorte de rébellion chez nous, compte tenu des abus quotidiens des autorités locales de Thial.” Un chef de village doit-il obligatoirement l’être, sans le consentement des population? En tout cas, MM. Sékou Traoré et Fousseyni Minta, au nom de nombreux ressortissants de Thial protestent en disant qu’ils ne veulent plus du chef de village. A cet effet, ils interpellent les autorités compétentes fin de mettre fin à cette dictature digne d’une autre époque.

Rappelons que les Minta sont les propriétaires fonciers de Thial. Leurs grands parents avaient confié les terres aux grands parents de Farouk Faronta. Mais voilà que curieusement Sékou, le fils de feu Farouk Faronta se rebelle contre les légitimes propriétaires terriens. Ceux-ci sont déterminés à prendre des mesures visant à l’évincer et à investir un autre à la tête de la chefferie.

En principe, cela ne doit pas poser du problèmes quand on sait que les habitants du village sont majoritairement d’accord pour un tel changement.

Moussa SOW

Commentaires via Facebook :

PARTAGER