Projet inclusif des filières agricoles : Plus de 58 milliards FCFA pour le financement

0

Une cérémonie de lancement du projet inclusif des filières agricoles s’est tenue le vendredi 14 juin 2019 à l’hôtel Sheraton. Ledit projet, confinancé par le gouvernement du Mali, le FIDA, le Royaume du Danemark et le gouvernement du Canada, a pour objectif d’accroitre l’inclusion financière des petits producteurs et des PME agro-alimentaires dans notre pays.

C’était sous l’égide du Premier ministre, Dr Boubou Cissé, représenté par le ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar, en présence des ministres comme Safia Boly de la Promotion de l’investissement privé, des petites et moyennes entreprises et de l’entreprenariat national, Kané Rokia Maguiraga de l’Elevage et de la pêche, du directeur du « projet inclusif », Dramane Sidibé, des partenaires, techniques et financiers et d’autres personnalités.

Le directeur du projet, non moins le présentateur du jour, Dramane Sidibé précisera que l’objectif du projet est d’accroitre l’inclusion financière de petits producteurs et des PME agro-pastorales au Mali. Avant d’indiquer qu’il vise à financer 440 000 bénéficiaires producteurs à faibles revenus dans 5 régions du Mali, à savoir Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti.

A ses dires, la coopération Mali-Danemark repose sur la promotion  de la croissance économique inclusive, la création d’emplois en vue de favoriser l’insertion des jeunes et des femmes dans la vie économique. Parlant de la coopération canadienne, M. Sidibé  soulignera que la contribution du Canada au projet répond non seulement aux objectifs stratégiques de réduction de la pauvreté et d’autonomisation économique des femmes au Mali, mais,  intervient en faveur de la justice sociale par élargissement de l’inclusion financière aux couches défavorisées, habituellement exclues du système financier traditionnel dans notre pays.

Avant d’évoquer le coût du projet qui s’élève à 58,095 milliards de FCFA, « comme principaux éducateurs (impacts), le projet cherche à bancariser 440 000 petits producteurs et360 organisations professionnelles agricoles dont 50% des femmes et jeunes, augmenter des revenus d’au moins 22 000 petits producteurs et 4500 entreprises de jeunes ruraux dans les filières agricoles » a-t-il déclaré.

Pour leur part, les partenaires techniques et financiers ont tous soutenu que ce projet va participer à la réduction de la pauvreté, favoriser la création d’emplois pour les jeunes. Ils ont invité les initiateurs à faire des visites de terrain après financement en vue d’aboutir à de bons résultats.

Selon le directeur régional pour le développement du secteur privé de FIDA, Benoit Thierry, ce projet va améliorer la finance rurale du pays.

Lamine BAGAYOGO (stagiaire)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER