Rétention du coton-graine par les producteurs : Le PDG de la CMDT, Nango Dembélé coupe court aux rumeurs

0

Pendant que les rumeurs font échos à Bamako d’une supposée rétention du coton graine par les cotonculteurs, le président directeur général de la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT), Nango Dembélé était sur le terrain du 31 octobre au 02 novembre 2021.

A la tête d’une délégation de la CMDT, le PDG, Nango Dembélé s’est rendu à la filiale de Koutiala et de Fana pour observer les travaux d’espoir de la campagne CMDT 2021-2022.

A la filiale de Koutiala dans la zone de Bla, il s’est rendu à Touna B, précisément dans le village de Néguéna. Sur place, le PDG a fait l’honneur aux paysans de donner le coup d’envoi de la récolte d’un champ de coton. Pour lui, il s’agissait de constater l’évolution des travaux de coton du champ jusqu’à l’usine. Cette visite ‘’sous les pieds du paysan’’ a été une surprise pour beaucoup de paysans. Le PDG, en abandonnant son bureau pour se frotter contre les tiges de coton, a voulu aller constater l’état d’avancement de la campagne de récolte et d’égrenage du coton, mais aussi de donner un coup de pouce aux paysans à travers des conseils et des mots d’encouragement.

Dans ses propos, Nango Dembélé s’est dit satisfait de ce qu’il a constaté sur le terrain. L’espoir d’un record de production existe, a-t-il souligné. Face aux paysans, il a donné l’espoir une fois de plus que tout est mis en œuvre pour que l’ensemble de la production soit achetée et que les paysans ne souffrent pas pour avoir leurs sous.

A Fana, le PDG et sa délégation ont touché aux échantillons de coton fibre pour se rassurer de la qualité, condition sine qua non d’une bonne commercialisation sur le marché mondial.

Partout où il est passé, le PDG de la CMDT a remercié les paysans pour le respect de leurs engagements. Cette visite a permis de comprendre que tout se passe normalement et qu’aucun problème n’existe dans le monde des cotonculteurs contrairement aux rumeurs de Bamako.

Drissa Togola 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here