Visite de terrain du nouveau PDG de la CMDT : «Mes décisions seront prises au bénéfice des paysans, des travailleurs et de l’Etat » Nango Dembélé

0

A la tête d’une imposante délégation où figurent des administrateurs généraux, des membres du personnel de la direction et de filiales, du président intérimaire de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton (C-SCPC), Anfa Coulibaly ainsi qu’un représentant des différentes associations paysannes, le nouveau PDG de la Compagnie Malienne du Développement des Textiles, a effectué un périple dans plusieurs régions cotonnières. Il visait à prendre contact avec les travailleurs et producteurs, visiter les usines d’égrenage et les magasins OP afin de s’enquérir de leur état. Nango Dembélé en a profité pour partager avec le personnel sa vision de management. Premier du genre depuis sa nomination, le périple l’a conduit à Ouelessebougou, Bougouni, Kadiolo, Woroni, Koutiala, Sikasso, Koumantou, Yorosso. Partout, devant les travailleurs, le nouveau PDG s’est exprimé avec le même leitmotiv : s’assurer que ses décisions sont à la fois bénéfiques pour les producteurs de coton, les travailleurs de la CMDT et l’Etat».

Pour le bon fonctionnement de l’entreprise, il a insisté sur le respect de la hiérarchie, le partage de l’information, le respect mutuel ainsi que la loyauté entre les cadres et vis-à vis du PDG.

Le PDG a également mis l’accent sur la qualité des intrants agricoles, sa «première bataille» et un meilleur encadrement «condition sine qua non de la production». Les abandons de poste d’encadreurs ne seront plus tolérés et entraîneront des sanctions proportionnelles, a-t-il ainsi prévenu.

Sur la crise du coton, le PDG s’est réjoui de la tenue des assises comme opportunité de diagnostiquer l’ensemble des problèmes liés au secteur. «J’ai hâte de prendre connaissance des recommandations desdites assises», a-t-il dit en formant le vœu avec qu’elles vont consacrer une sortie de crise définitive. Les signaux sont déjà encourageants, a estimé le PDG, en se fondant sur la hâte des producteurs de se remettre au travail avec des conditionnalités comme les incitations en termes de prix intrants et de prix d’achat du coton.

  • « Nous avons de la chance et l’opportunité d’avoir un manager comme Nango Dembélé » le ministre de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche

En présentant le nouveau PDG aux paysans, le ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche, Mohamed Ould Mohmoud, a insisté quant à lui sur la chance et l’opportunité pour eux ainsi que pour le Mali de profiter du management de Nango Dembélé. «Nous connaissons les compétences de l’homme», a-t-il martelé, en les invitant à s’investir de leurs côtés pour que le PDG réussisse la mission que lui a confiée le gouvernement de transition. Le ministre a également exhorté les paysans à ne plus considérer parler les antécédents et à se diriger vers l’avenir pour scruter les voies et moyens par lesquels la CMDT pourra retrouver son lustre d’antan : ses performances en productivité, commercialisation, etc.

Et, tout en formant le vœu que les assises nationales sur le coton accoucheront d’orientations à même de sortir le secteur de l’impasse, le ministre s’est d’ores et déjà réjoui de l’engouement suscité chez les acteurs, notamment les organisations paysannes, les producteurs et agents de la CMDT.

–          Les producteurs accordent leur soutien au nouveau PDG

 

Pour Anfa Coulibaly, Président intérimaires de la Confédération des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton (C-SCPC), l’heure n’est plus aux querelles partisanes mais au rassemblement autour d’un secteur menacé par la perdition. «Nos querelles personnelles peuvent attendre quand la survie collective est menacée », a-t-il renchéri, en martelant au passage que «sans coton, il n’y a pas d’associations paysannes, pas de CMDT, pas de Confédération». Il y a par conséquent nécessité de se donner la main pour sauver le coton.

Parlant du nouveau PDG, il a invité les paysans à le soutenir et à l’accompagner pour la réussite de la mission que les plus hautes autorités lui ont confiée. «Je ne doute pas de sa capacité à relever le défi de la relance du coton pour que le Mali récupère sa place sur le continent», a-t-il lancé. De Ouelessebougou à Bougouni, et Kadiolo en passant par Koutiala, Sikasso, Koumatou et Yorosso, les paysans se sont en définitive engagés pour la réussite de la mission du nouveau PDG.

 

Amidou KEITA, envoyé spécial

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here