Très mauvaise condition d’hygiène à l’abattoir ‘’frigorifique’’ de Bamako : L’indifférence coupable des autorités !

61

Sous le regard indifférent des autorités, surtout sanitaires, l’abattoir frigorifique de Bamako, privatisé il y a quelques années, continue d’exercer dans des conditions d’hygiène catastrophiques, mettant en péril la santé des populations bamakoises qui consomment chaque jour de la viande provenant de cet abattoir digne d’un autre siècle. Face à cette indifférence totale des autorités, tous les regards sont désormais tournés vers les associations de consommateurs. Suite de notre enquête commencée en début décembre !

C’est un secret de polichinelle, la viande consommée à Bamako, en l’occurrence celle provenant de l’abattoir frigorifique situé au quartier ‘’Sans fil’’, est très sale, voir trop sale pour être consommée. Raison pour laquelle, après une enquête que nous avons menée au sein de l’abattoir en début décembre, nous avons mis en gros titre dans notre parution n° 217 du mardi 1er décembre 2015 : ‘’Abattoir Frigorifique de Bamako : Du ‘’poison’’ dans nos marmites’’. C’était peu dire, ou presque,  pour qui connait les conditions dans lesquelles les animaux sont abattus dans ces lieux.

Des locaux vétustes, des instruments de travail moyenâgeux, à l’abattoir frigorifique, la bonne hygiène semble être le dernier souci du promoteur, M. Monékafo, qui depuis la privatisation de l’abattoir par l’Etat à son profit n’a presque rien investi pour améliorer la qualité des services.

A cause des mauvaises conditions d’hygiène de l’abattoir frigorifique de Bamako, la plupart des occidentaux, dont le personnel étranger de la mission des Nations Unies, celui de l’Union Européenne et d’autres représentations diplomatiques se gardent de consommer la viande rouge au Mali, qu’ils trouvent dangereux pour la santé.

Même scenario au niveau national où il ressort de nos investigations, que nombre des hauts cadres, ne consomment pas la viande provenant de l’abattoir frigorifique de Bamako, qui en réalité n’est qu’un nid de maladies. Nombreux sont ceux qui s’approvisionnent aux alentours de Bamako dont au village de Dialakoroba.

Interrogé sur le sujet, le responsable d’une des associations de consommateurs dénonce l’indifférence des autorités face à cette situation qui pose un véritable problème de santé publique. « Nous avons plusieurs fois dénoncé les mauvaises conditions d’hygiène de l’abattoir frigorifique de Bamako, ainsi que les conditions de transport de la viande par les bouchers. Mais sans succès », regrette-t-il. Avant de révéler que des Russes avaient l’intention d’importer  la viande du Mali en Russie, mais après avoir fait un tour à l’abattoir, ils ont fini par changer de d’avis.

L’indifférence des autorités et l’incompétence avérée des services techniques

Un mois après la publication de notre enquête sur les mauvaises conditions d’hygiène à l’abattoir frigorifique de Bamako, rien n’a encore changé. Ni le promoteur de l’abattoir, ni les services techniques en charge du contrôle des abattoirs, encore moins le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique  qui n’a rien entrepris pour mettre fin à cette situation.

A la Direction Nationale des Services Vétérinaires où nous avons réussi à rencontrer le chef de la division inspection et santé publique, Dr Drissa Coulibaly,  la question semble être d’une extrême sensibilité.

Il nous a fallu faire trois jours de va-et-vient pour pouvoir entrer en contact avec notre interlocuteur, Dr. Drissa Coulibaly, sur instruction du directeur général adjoint des Services Vétérinaires, Dr Camara qui nous a recommandé de saisir d’abord le Ministère du Développement Rural. Sans quoi, dit-il, il ne pourra rien nous dire.  Chose que nous avons faite dans l’espoir d’avoir des informations sur le rôle de la DNSV dans le contrôle des abattoirs.

Hélas ! Nous sommes restés sur notre faim. Car le chef de la division inspection et santé publique, Dr Drissa Coulibaly, avoue n’être au courant de rien de tout ce que nous avons constaté d’anormal à l’abattoir frigorifique de Bamako. A savoir «  de la viande déposée à même le sol sur des bâches en plastique, de la présence d’un monde de curieux, des enfants, des vendeuses et autres dans la salle de la triperie qui dans des conditions normales ne doit être accessibles qu’à un nombre restreint du personnel de l’abattoir pour des raisons de sécurité sanitaire, des tables rouillées… de la viande lavée avec l’eau du fleuve non traitée…etc. ».

Visiblement surpris de tout ce que nous savons, notre interlocuteur avoue ignorer toutes ces immondices que nous avons-nous avons découvertes à l’abattoir frigorifique de Bamako, avec nos yeux de journaliste trop curieux. Nous sommes bien tentés de le dire ainsi, car le chef de la division inspection et santé publique de DNSV (Direction Nationale des Services Vétérinaires), Dr. Drissa Coulibaly comme s’il était embarrassé par notre démarche,  nous demande « si nous faisons cette enquête de notre propre chef, où si nous avons été  incité par quelqu’un ». Quelle question !

« Nous nous ne sommes pas à l’abattoir au jour le jour, c’est la direction régionale qui est chargée du contrôle des abattoirs et nous recevons leurs rapports. Mais nous allons nous y rendre, et tout ce que vous dites se vérifie, nous allons prendre des dispositions », nous-a-t-il, promis.

En attendant, les pauvres populations de Bamako, elles aussi semblent être inconscientes du danger de la viande sale qu’elles consomment tous les jours et qui est source de plusieurs maladies qui tuent en douce.

A suivre….

Lassina Niangaly

PARTAGER

61 COMMENTAIRES

  1. Les directeurs des abatoires, les syndicats de bouchés sont interpellés. Les associations des consommateurs sont l’ombre d’elles mêmes. expérience de vie du malien 46 ans.

  2. ce problème d’hygiène est important dans les pays musulmans ou vous ignorez l’utilisation du papier toilette !!!!!Vous allez chier et ensuite vous vous lavez les fesses avec la main gauche 🙄 🙄 🙄 🙄 meme si ensuite vous vous lavez les mains avec du savon et qu’il vous reste un peu de caca sous les ongles ,c’est foutu pour l’hygiène ,vous contaminez tout le monde 👿 👿 👿

  3. Une meilleure santé passe aussi par la qualité de l’aliment que nous consommons. Il faut que cet aliment aient une bonne condition hygiénique afin d’éviter des maladies liées à cet effet. Par conséquent, j’exhorte les structures responsables de cet abattoir de nous fournir une meilleure prestation de service.

  4. L’hygiène alimentaire est très importante pour votre santé. En effet, concernant l’abattoir frigorifique, il faut que les autorités sanitaires aient un regard constant sur ce lieu afin que les responsables offrent une meilleure qualité de service. Cela y va de notre santé.

  5. J’appelle les autorités à mettre ce prometteur sur les pas car l’hygiène dans cet établissement est de son ressort. L’Etat ne viendra pas le faire à sa place étant donné que cet établissement est privatisé.

  6. Je pense que les autorités surtout sanitaire doivent jouer leur rôle celui de contrôler les conditions hygiéniques au niveau de l’abattoir et autres établissements.

  7. C’est vraiment regrettable que dans ce genre d’établissement qu’on ne mise pas sur l’hygiène. Je pense que le ministère concerné doit prendre ses responsabilités afin que la structure en charge de l’abattoir offre une meilleure qualité hygiénique.

  8. « de la viande déposée à même le sol sur des bâches en plastique, de la présence d’un monde de curieux, des enfants, des vendeuses et autres dans la salle de la triperie qui dans des conditions normales ne doit être accessibles qu’à un nombre restreint du personnel de l’abattoir pour des raisons de sécurité sanitaire, des tables rouillées… de la viande lavée avec l’eau du fleuve non traitée…etc. ». 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯
    Il faut que les autorités fassent vraiment quelque chose pour mettre ce promoteur au pas pour qu’il améliore les conditions dans lesquels la viande que nous consommons est travailler et en cas d’impossibilité il faut que l’état prenne en main l’abattoir pour le moderniser et offrir de la viande de qualité aux populations.

  9. Il faut que le ministère de la santé et les autres chargées de ce secteur prennent des mesures pour que les conditions d’hygiènes de l’abattoir frigorifique changent pour ne pas mettre nos vies en danger.

  10. C’est vraiment dommage mais je crois que lorsqu’une entreprise est privatisée; c’est pour qu’elle puisse offrir une meilleure qualité de service et donc si l’abattoir ne remplis pas ses conditions il faut que le ministère de l’hygiène et les autres institutions chargées de ce domaine puissent sommer le promoteur à revoir les conditions d’hygiènes afin de nous éviter des maladies.

  11. Il faut que les autorités sanitaires se saisissent de cette affaire le plus tôt possible car il ne faut pas jouer avec notre santé. La viande malsaine peut apporter plusieurs problèmes de santé et cela serait beaucoup regrettable.

  12. Le n’est plus un pays qui doit connaitre ce genre de problèmes de salubrité dans des endroits aussi stratégiques.
    Les autorités doivent prendre les dispositions pour que ce lieu redondent aux normes exigées pour notre santé à tous…

  13. S’il est véritablement prouvé par les autorités sanitaires de notre pays que ce lieu n’est pas conformes aux exigences sanitaires,les autorité doivent sommer son tenancier de remédier à cela ou le céder à une autre personne qui pourra en prendre grand soin pour préserver la santé des maliens.

  14. Il faut une véritables synergie de nos services sanitaires et nos autorités pour mettre fin à cette anarchie car il y va de notre santé.

  15. Tous les établissements devraient comporter des installations sanitaires pour garantir un degré approprié d’hygiène corporelle et pour éviter la contamination des aliments. Le cas échéant, ces installations devraient comprendre:

    – des dispositifs appropriés pour le lavage et le séchage hygiéniques des mains, notamment des lavabos munis de robinets d’eau chaude et d’eau froide (ou à une température convenablement réglée);

    – des toilettes conçues conformément aux règles d’hygiène; et

    – des vestiaires adéquats où le personnel puisse se changer.

    Ces installations devraient être situées et indiquées de façon appropriée.

  16. Le matériel et les conteneurs (autres que les conteneurs et emballages non réutilisables) qui entrent en contact avec le produit alimentaire devraient être conçus et construits de manière à garantir, au besoin, qu’ils peuvent être convenablement nettoyés, désinfectés et entretenus afin d’éviter la contamination du produit alimentaire. Le matériel et les conteneurs devraient être fabriqués dans des matériels n’ayant aucun effet toxique pour l’usage auquel ils sont destinés. Au besoin, le matériel devrait être durable et amovible ou pouvoir être démonté afin d’en permettre l’entretien, le nettoyage, la désinfection, le contrôle et faciliter la détection éventuelle de ravageurs.

  17. – maîtriser l’alimentation du bétail, les engrais (y compris les engrais naturels), les pesticides, les médicaments vétérinaires ou tout autre agent utilisé dans la production primaire;
    – maîtriser l’état sanitaire de l’abattoir et des morceaux de viande afin qu’il ne fasse pas courir de risque à la santé humaine à travers la consommation alimentaire, ou affecte négativement l’acceptabilité du produit;

  18. Il faudrait mettre en place des procédures pour:

    – trier les aliments et ingrédients alimentaires de manière à éliminer ceux qui sont manifestement impropres à la consommation humaine;

    – éliminer de manière hygiénique tout déchet; et

    – protéger l’abattoir contre la contamination par des ravageurs, des agents chimiques, physiques ou microbiologiques ou par toute autre substance inadmissible au cours de la manutention, de l’entreposage et du transport.
    Il faudrait prendre soin d’éviter, autant que faire se peut, la détérioration et l’altération des aliments grâce à des mesures appropriées qui peuvent comprendre le contrôle de la température, de l’humidité et/ou d’autres contrôles.

  19. Des installations et procédures appropriées devraient être mises en place pour assurer que:

    – toutes les opérations nécessaires de nettoyage et d’entretien soient conduites efficacement; et

    – un degré approprié d’hygiène corporelle soit maintenu.

  20. Je lance un appel au ministère de la santé publique pour prendre à bras le corps cette histoire qui représente un réel danger pour nous population.
    Si nous devons nous en tenir à ses incapables de directeurs, nous ne pourra jamais sortir de cette situation

  21. « Nous nous ne sommes pas à l’abattoir au jour le jour, c’est la direction régionale qui est chargée du contrôle des abattoirs et nous recevons leurs rapports. Mais nous allons nous y rendre, et tout ce que vous dites se vérifie, nous allons prendre des dispositions », nous-a-t-il, promis.
    C’est une honte pour notre pays qu’une direction peut ternir de tels propos

  22. Vraiment il faut de l’implication de nos autorités électives c’est à dire nos maires qui doivent veiller à ce problème car la viande est beaucoup consommée par la population. Nous risquons une éventuelle épidémie si on y prend pas garde

  23. Je pense que les services d’hygiène de l’abattoir doivent comprendre qu’ils sont les premiers exposés. je suis indigné par le comportement que je juge de gravissime ou de laxisme des services de direction de l’abattoir

  24. C’est déplorable pour une direction qui se dit compétente qui s’en tient uniquement au rapport manuel sans daigner faire une visite de courtoisie pour s’empreigner des réalités de notre abattoir

  25. Il faut que les différentes directions en charge de l’abatoir se mettent au travail car très dangereux pour la population de consommer de la viande où les conditions d’hygiène au préalable n’y sont pas.

  26. Haa les autorités ont vraiment beaucoup à faire avec des journalistes bornés. L’hygiène commence par les premiers occupants des lieux. Sachez qu moins c’est votre vie qui est en danger.

  27. L’abattoir frigorifique de Bamako est certe privatisé mais il ya une clause de contrat ente l’Etat représenté par la DNSV et le propriétaire. En cas de non respect il ya retrait et possible poursuite judiciaire, mais dans cette affaire les plus hautes autorités sont impliquées car je rappelle que c’est des millions qui sont jeux par jours dans ce abattoir!!!Seule la population pourra faire changé les choses!!!Et si tout le monde reste bouche-B c’est nous qui en payerons les frais!!!Je rappelle que plusieurs maladies peuvent se trasmettrent à l’homme via la viande!

  28. La mauvaise alimentation de la population interpelle forcément les autorités de se pays. Il faut qu’il agissent avant que les choses ne tourne aux pires. Les autorités d’aujourd’hui ne sont pas les fautifs de tous les problème dont rencontre l’abattoir frigorifique de Bamako, mais il doivent s’abstenir de faire les même erreurs que les régimes passés.

  29. Cette situation à l’abattoir frigorifique de Bamako ne relève point du laxisme du régime au pouvoir, mais s’il ne font pas quelque chose la santé publique est gravement menacé. La population malienne est inconsciemment en danger alimentaire.

  30. Les autorités du régime en place ne sont pas les fautifs du mauvais fonctionnement de l’abattoir frigorifique de Bamako, la faute est celui des régimes passé. Nous ne pouvons que nous acharner sur les régimes passés et au contraire appeler à la considération du régime au pouvoir.

  31. Le personnel étranger de la mission des Nations Unies, celui de l’Union Européenne et d’autres représentations diplomatiques se gardent de consommer la viande rouge au Mali, qu’ils trouvent dangereux pour la santé. Je pense qu’il ont raison et je partage leur avis. Ce ne sont pas dans ces conditions que de fonctionnement que nous pourriront attirer de la clientèle de haute gamme.

  32. Cela fait plusieurs année que l’abattoir frigorifique de Bamako est dans cette difficulté, ce n’est pas la faute au régime au pouvoir, nous ne pouvons qu’appeler à l’aide à la aux hauts autorités sinon rien est de leur faute. La faute revient aux régime passés

  33. Rares sont les riches maliens et hauts cadres qui consommes les viandes de nos abattoirs qui sont plus sales que les dépositoires. Ce sont les services de santé que j’accuse dans cette affaire. Une telle situation ne devrait pas prendre une telle tournure sans qu’une solution rapide en soit trouvée. Cela veut dire que les services sanitaires et d’hygiène ne travaillent comme ils devraient le faire.

  34. Tu as raison, c’est eux que devrions interpeller, le service sanitaire et le responsable de l’abattoir frigorifique de Bamako. Les autorités malienne n’ont rien à faire dans cette affaire, il ne peuvent que aussi appeler à la régularisation de cette situation.

  35. Moi, j’interpelle le service sanitaire de l’abattoir frigorifique de Bamako a joué pleinement son rôle car c’est la santé publique qui est menacée. Je demande aux responsable de l’abattoir aussi de faire preuve de responsabilité et de bonne foi.

  36. Comme solution à ce danger, je propose aux autorités de rendre de nouveau en propriété de cet abattoir frigorifique pour assure une meilleure santé aux population maliennes qui est le devoir des autorités. Si dans peu de temps une solution n’est pas trouvée à cette situation, les maliens doivent arrêter de consommer ces viandes. Ce qui n’est pas bon pour notre élevage et économie.

  37. Cette condition est inacceptable dans notre pays. C’est la privatisation de cet abattoir qui a abouti à cette mauvaise condition d’hygiène. Ce sont des pratiques de ce genre qui font que rares sont des maliens qui se portent en bonne santé. Nous sommes tous malades.

  38. Il y a des responsables au sein de l’abattoir qui sont chargé de la propriété de l’abattoir, alors je pense que c’est eux qui doivent prendre leur responsabilité en main pour résoudre ce désagrément. Sinon les autorité malienne ne son pas les coupable.

  39. La population malienne doit refuser ces viandes là. Je ne peux pas comprendre que les services de santé de ce pays n’ont jusqu’à présent rien poser comme acte face à cette situation inquiétante. C’est vraiment dommage. Le président de la république, à défaut des services de santé, doit s’impliquer personnellement dans cette affaire.

  40. Certes la consommation de la viande qui provient de l’abattoir de “sans fil” estb très dangereux pour la santé publique, vue les conditions de traitement de la viande on peut dire que la population cour de grave danger.

  41. La personne propriétaire de cet abattoir frigorifique doit être poursuivie devant la justice pour administration de nourritures nuisibles à la santé publique.

  42. Il faut nos élu interpelle le ministre de la santé sur cette question. On ne pet pas continuer à consommer de telles viandes tous les jours. Consommer des viandes provenant de cet abattoir revient à consommer de nourritures mauvaises pour la santé.

  43. Mais pourquoi indexés toujours les autorités, ici au Mali nous avions pris l'habitude facile d'indexer les autorités malienne croyant trouver le coupable au différentes problème de la société. Cela ne résoudra en rien le problème parce que les personnes à indexer sont ignorer.

  44. Ce sont seulement les pauvres qui consomment ces viandes. Sinon les hautes personnalités et certains civils nanties ne consomment que des viandes rouges. Donc si les autorités ne réagissent à cette mauvaise condition c’est l’OMS qui va s’y prendre. Je le souhaite pas.

  45. Cette situation engage la responsabilité des chargé de la santé au Mali. Ils doivent s’entretenir avec le propriétaire de cet abattoir pour qu’il réunisse toutes les conditions d’hygiène.

  46. Non à des viandes provenant de l’abattoir frigorifique de Bamako. Nous voulons consommer des viandes qui répondent aux conditions sanitaires.

  47. Si depuis la privatisation de l’abattoir frigorifique de Bamako nous a conduit à cette mauvaise condition d’hygiène, il est du devoir des autorités de trouver des moyens pour que cela cesse. Les pauvres Bamakois consomment chaque jour des viandes sales provenant de cet abattoir qui ne répond à aucune condition d’hygiène.

  48. La consommation de viandes sales est un danger pour la santé publique. Les autorités sont interpellées face à cette mauvaise condition d'hygiène à l'abattoir frigorifique de Bamako. Il faut qu'elles trouvent une solution à ce danger public.

  49. C’est bien d’informer l’opinion nationale sur certaines réalité du pays surtout les autorités. Par contre, je vous rappelle que ces derniers ne sont pas fautives de ce qui arrive aujourd’hui à l’abattoir.

  50. Vous pouvez tout dire sauf que nos autorités ont une part à jouer dans cette affaire. Si le promoteur de cet endroit existe bel et bien. Alors pourquoi il ne assure pas les conditions de travail de son entreprise ?

  51. Ne mettez pas tout sur les dos de nos autorités, comme vous l’avez dit l’abattoir est déjà privatisé il y’a des années. Donc, cela n’est nullement la faute des autorités, puisqu’elle privatisé c’est au propriétaire de prendre soin de ces locaux.

  52. A mon avis, cette situation n’a rien à avoir avec les autorités en place. Quelque chose qui est déjà privatisé, en quoi ces conditions ont un rapport avec le gouvernement ??? Soyons sérieux.

  53. C’est vrai que l’Etat est une continuité mais cela ne signifie pas que cette situation est de leur faute. Car si je comprends bien ce n’est même pas ce régime qui a vendu l’abattoir n’est plus sous la propriété de l’Etat maintenant.

  54. En réalité cette situation est inquiétante, mais les autorités n’ont absolument rien à avoir avec cela. Comme vous l’avez bien précisé dans votre article, l’abattoir est déjà privatisé, donc méprenez-vous au propriétaire pas aux autorités.

  55. J’ignore si ce monsieur connait le sens de privatisé mais si c’est vrai que l’abattoir est privatisé. Ce n’est pas aux autorités d’assurer ses conditions mais plutôt celui à qui appartient cet endroit.

  56. Nous avons tendance à critiquer les autorités pour tout ce qui arrive au pays, alors qu’ils ne sont pas à la base de cela. En tant promoteur, ce monsieur doit assurer les conditions de son entreprise.

  57. Les conditions de l’abattoir repose sur son promoteur, pas sur les autorités. Si ce monsieur a pu acheter ce lieu, il est aussi de son devoir d’assurer ses conditions. Les autorités ne sont nullement fautives de cela.

  58. Cher éditeur, vous pouvez exhorter les autorités a exercé un pouvoir sur le promoteur enfin qu’il puisse changer les conditions de l’abattoir. Mais accusé nos autorités pour ce qui arrive à l’abattoir aujourd’hui est injuste.

  59. Quel pays bizarre? Si vous voyez comment les carcasses sont transportées de l’abattoir dans les différents boucheries de la ville de Bamako, vous n’aurez plus envie de manger de la viande. Je ne sais pas comment travaillent les différents Ministères ayant en charge la santé des citoyens du pays. Le Mali doit disparaitre afin qu’il soit reconstruit dans le bonheur du Mali et de tous les pays du monde. Tous les services publics ont démissionné de leur mission, ils font tout sauf leur travail au quotidien. Qu’Allah aide et protège le Mali.

  60. Le pays est laissé à lui même; les autorités ont du temps que pour les affaires et s’enrichir. Si non des lieux comme les abattoirs doivent être des exemples d’hygiène et d’assainissement.

  61. je ne connais pas les conditions d’hygiène de l’abattoir frigorifique de Bamako , mais quand en juillet et en aout 2007 je voyais suspendu en pleine rue à l’étal d’un boucher alors que la température était de + de 40° des carcasses de boeuf en plein soleil ,couvertes de milliers de mouches qui pondaient leurs oeufs dessus ,sincérement çà vous passe toute envie de manger de la viande 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.