Lutte contre la fraude sur l’électricité : EDM-Sa s’en va en guerre contre tous les fraudeurs et leurs complices

4

Ce phénomène cause une perte annuelle estimée à plus de 7 milliards de FCFA à la société Energie du Mali. Pour lutter contre ce fléau la direction générale de EDM-Sa, sous l’égide du département de tutelle a élaboré un plan d’assainissement de la base des données de tous les clients

Le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, accompagné par le DG de EDM-Sa, Oumar Diarra, a animé le mardi 9 février dernier, dans son cabinet, une conférence de presse sur la lutte contre la fraude sur l’électricité. Un phénomène qui entrave la société de l’Energie du Mali et lui empêche de trouver sa vitesse de croisière en terme de production et de sa fourniture d’électricité au bonheur de la population malienne. Selon le ministre Lamine Seydou Traoré, l’objectif recherché à travers cette conférence de presse est de présenter aux journalistes le dispositif de lutte contre la fraude élaboré par la société EDM-Sa et qui sera mise en œuvre dans les tous prochains jours.

Mais, avant d’entre dans le vif du sujet, le ministre a saisi l’occasion pour apporter quelques éclairages sur les différentes nominations qu’il effectue au niveau de EDM-Sa et à la Somagep dès son arrivée à la tête du département des Mines, de l’Energie et de l’Eau. Il a précisé que ces changements avaient uniquement pour but de donner un nouveau souffle à ces sociétés qui ont la charge de nous fournir les services sociaux de base. Selon le ministre Traoré, ces sociétés avaient besoin d’un ménagement pour qu’elles puissent valablement répondre aux défis et enjeux qui se posaient  à EDM-Sa et à la Somagep. Il fallait un management en termes de maitrise des coûts, et de revenus assurance. ‘’Il faut revoir le business modèle des sociétés qu’on appelle le plan d’affaire’’, a précisé le ministre. Selon lui, le business model sur lequel fonctionnent EDM-Sa et la Somagep est contrarié. Tout simplement, dira-t-il que leurs coûts de production ont atteint un tel niveau aujourd’hui supérieur au prix de vente. Donc ces sociétés sont obligées de vendre l’eau et l’électricité à des prix supérieurs à leur prix de vente. Face à cette situation, selon le ministre, ils ont opté pour deux choses : la politique de  maitrise du coût et le plan massif d’investissement. « Il faut savoir que EDM et Somagep ce sont des sociétés qui fonctionnent à pertes, donc, il faut d’abord réduire le déficit à très court terme, mais en moyenne terme il faut parvenir à faire en sorte que ces sociétés produisent et deviennent rentables, afin de réaliser des bénéfices », a expliqué le ministre, avant de donner un exemple : en 2019 l’EDM a enregistré un déficit de 39 milliards, plus de 75 milliards en 2020 a t-il déploré.

Face à cette situation, le ministre dira qu’il a donné deux orientations aux responsables de EDM-Sa et à la Somagep, notamment la mise en œuvre de la politique des maitrises des coûts, et la transformation de business modèle. C’est l’une des orientations, à savoir la politique de maitrise des couts de revenus qui est l’objet de la présente conférence de presse. Selon le ministre, comment maitriser les coûts, il faut forcement lutter contre la fraude. Il a donné une idée sur la fraude qui gangrène EDM-Sa aujourd’hui. C’est environ 7 milliards de FCFA que la société perd par an à cause de la fraude. Selon le ministre, ses fraudes proviennent des branchements illicites, des manœuvres délicieuses sur les compteurs. Il faut mettre un frein à ça, mais pour y arriver, selon le ministre, les moyens choisis, c’est de mener un plan d’assainissement des bases de données clientèle en faisant une vaste programme de contrôle continu de nuit et jour du réseau de distribution d’électricité sur toute l’étendue du territoire et concernant tous les clients sans exception.

Le ministre a par ailleurs, espéré qu’à la fin de cette campagne une amélioration du taux de facturation, la société va augmenter le son chiffre d’affaires et réduire la saturation illicite du réseau, afin d’offrir un meilleur service à la clientèle. Il a aussi, souhaité un traitement égal à tous les abonnés. La nouveauté de la présente lutte contre la fraude, consistera, selon lui, à la mise en application d’un système de traçage des fraudeurs et les punir conformément à la loi.

Il faut que les populations soient au courant que les agents de EDM-Sa dans le cadre de leur travail doivent toujours avoir un badge contenant de toutes informations utiles pour permettre de les identifier. Pour cela, le ministre a appelé les clients de EDM-Sa à la vigilance, afin de les aider dans cette lutte contre la fraude sur l’électricité.

AMTouré       

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Je ne fermerais jamais ma caisse en ayant une longue queue de clients avec du liquide pour moi, qui a faire des quarts pour l’encaissement mais EDM si!
    Somagep ne peut pas etre deficitaire, la il y’a le vol organise!

  2. Il y’a un semblant de subvention pour l’EDM, ce que l’Etat lui verse est meme inferieur a ce que les structures du gouvernement lui doivent! Les services publics sont les gros consommateurs et ne payent pas d’ou leur subvention.
    Pour les Fraudeurs et complices que le Ministre les cherche au sein de l’EDM; les caissieres, les petits agents qui s’occupent des compteurs et branchements.

  3. Pkagame: EDM sa, SOMAGEP, ANASER, AGEROUTE etc.. voila des structures incompetentes qu'il faut absolument eliminer pour economiser 200 a 300 milliards par an!!!

    Quels “fraudeurs et complices” plus que les agents de l’EDM eux-mêmes!!!?

    L’EDM est l’une des structures étatiques /semi- étatiques les plus faillies au Mali… l’État malien doit absolument se retirer de l’EDM (ce nid de corruption et d’incompétence chorionique) au profit des multinationales pour que ces dernières renvoient tous les agents pourris de l’EDM qui font tellement du tort aux maliens!!!

    Imagine qu’il n y a pas plus que 25% de la population malienne abonné a L’électricité …mais toujours depuis des décennies ans c’est le bricolage de la part de l’EDM…. pour avoir un simple compteur de l’EDM c’estle combat herculéen de 6 a 12 mois ….. et même si le compteur est sorti il faut aller payer l’argent aux agents corrompus de labo et agences de l’EDM pour qu’on te livre ton propre compteur!!! Quelle malédiction sur cette structure de torture!!! Il faut que l’État arrête toutes subvention a l’EDM …laissez les gens qui ont le moyen d’avoir électricité se débrouiller avec leur facture…tout en imposant aussi un prix limite de kw/h et laisser une multinationale gérer la production électrique…. les gens vont s’adapter (ils vont apprendre a économiser électricité, a faire recours aux systèmes d’énergie renouvelable etc.. ) …pourquoi l’État doit subventionner 60 milliards de nos impôts par an a l’EDM!!!???? Cet argent pouvait au bout de quelques années nous construire de centrales solaires a travers le pays pour électrifier nos zones rurales qui en ont besoin pour des productions agricoles et industrielles …pourquoi nos dirigeants pensent toujours que le Mali se limite a Bamako!!!? Cette complicité entre l’État et l’EDM pour bousiller 50 a 60 milliards annuels sous prétextes de subventions est une grave injustice au reste de nos populations de zones rurales qui n’ont la moindre électricité! Il faut arrêter cette mafia!!!

    • selon le ministre: «Il faut savoir que EDM et Somagep ce sont des sociétés qui fonctionnent à pertes, donc, il faut d’abord réduire le déficit à très court terme, mais en moyenne terme il faut parvenir à faire en sorte que ces sociétés produisent et deviennent rentables, afin de réaliser des bénéfices » ….EDM et SOMAGEP n’ont jamais perdu un centime; tous ces déficits sont répercutés sur la caisse de l’État qui prend l’argent des nos impôts pour subventionner l’EDM sous prétexte de baisser le cout de l ‘électricité pour la classe moyenne de Bamako etc… ! Qui a dit a l’État malien qu’il était obligé de subventionner l’ électricité AU MALI a cout de 50 a 75 milliard annuels !!!!??????? Il faudra absolument quitter la subvention de l’électricité c’est une gabegie et une grosse injustice a la majorité de maliens (75%) qui n’ont pas accès a électricité dans nos zones rurales …

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here