À compter de ce 30 novembre 2006 : Ikatel devient Orange Mali

0

A compter de ce 30 novembre 2006, Ikatel  va changer de dénomination. Elle s’appellera désormais Orange Mali. Ce changement de dénomination s’explique par le fait  que  Ikatel est la filiale de la Société nationale des télécommunications du Sénégal (Sonatel)  qui a été elle-même rachetée par France Télécom dont Orange se trouve être la filiale mobile.  L’évènement sera marqué par la présence à Bamako de M. Didier Lombard, le PDG du premier opérateur de télécommunications français  et deuxième opérateur intégré (fixe et mobile) européen par le chiffre d’affaires.

L’intégration d’Ikatel dans le réseau Orange aura pour conséquence de permettre à l’utilisateur d’une puce Ikatel de pouvoir communiquer avec un large panel de personnes dans un grand nombre de pays à travers la planète. En clair, avec la même puce, il peut appeler ou être appelé de plusieurs pays africains, européens, américains, asiatiques. Un énorme avantage donc pour les abonnés à Ikatel, pardon, Orange Mali.

C’est un moment majeur de son existence que la société de téléphonie mobile Ikatel s’apprête à vivre, ce jeudi 30 novembre. Elle cessera de s’appeler Ikatel pour devenir Orange Mali. Pour la circonstance, Didier Lombard, PDG de France Télécom, la société mère de Ikatel via la Sonatel du Sénégal, a fait le déplacement de Bamako.

L’intégration de Ikatel dans le réseau Orange sera tout avantage pour l’opérateur privé malien. Selon Mme Sangaré Koumba Kéïta, directrice de la Communication et des relations extérieures de Ikatel, Orange-Mali bénéficiera des technologies et des offres innovantes dont  dispose Orange. "Orange est un opérateur de téléphonie très innovant  qui est à la pointe des offres. Nous ferons profiter nos clients des technicités que nous offrira Orange. Ils auront les mêmes avantages que les clients de Orange France", a-t-elle souligné.

Au nombre de ces avantages la possibilité de téléphoner de partout où Orange France est implantée dans le monde avec la même puce et ceci, à un coût réduit.

Concernant le bon fonctionnement du réseau, l’oratrice soutient que les techniciens auront davantage accès aux nouvelles technologies. Pour finir, elle a ajouté que Orange-Mali fera partie d’une grande famille qui compte environ  plus de 100 millions de clients à travers le monde.

Le PDG de France Telécom est né le 27 février 1942 à Clermont-Ferrand. Il est marié et père de trois de enfants.

Il succède à Thierry Breton, nommé ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, à la tête de France Télécom le 27 février 2005, le jour de son 63e anniversaire. Il est appelé à poursuivre le travail de redressement financier de l’entreprise. Il occupait depuis avril 2003 le poste de directeur exécutif de France Télécom, chargé de la Mission Technologies, Partenariats Stratégiques et Nouveaux Usages.

Diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole nationale supérieure  des télécommunications, il est également docteur en économie et ingénieur général des télécommunications. Il publiait, dès la fin des années 1960, un manuel fort apprécié par la communauté scientifique anglo-saxonne, sur les miracles de la technologie numérique.

Il débute sa carrière chez France Télécom en 1967, au Centre national d’Etudes des Télécommunications (CENT), où il a travaillé à la mise au point de nombreux nouveaux produits en lien avec les systèmes satellitaires et mobiles. Il a notamment été à l’origine des premiers satellites français de télécommunications, Telecom 1 avant de participer au développement de la norme GSM du radiotéléphone numérique. De 1988 à 1990, il devient directeur scientifique et technique au ministère de la recherche et de la technologie. Il est nommé, par la suite, directeur général des stratégies industrielles au ministère de l’Economie. En 1993, il fait entrer Thierry Breton chez Bull avant de le propulser en 1997 à la tête de Thomson dont il était l’administrateur. Il a également occupé le poste de président de l’Agence française pour les investissements internationaux jusqu’en 2003.

Abdoul Karim KONE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER