Wondobougou dans la commune de Konobougou: Qui bloque l’installation du réseau téléphonique de Sotelma -Malitel

0

Cinq mois après avoir amené tous les matériels nécessaires à l’installation du réseau de téléphonie mobile de Sotelma-Malitel dans le village de Wondobougou dans la commune de Konobougou région de Ségou, le projet ne parvient pas à voir le jour. Les autorités communales de la localité et les populations n’arrivent à donner aucune explication à ce coup de frein brutal donné aux travaux.

 

Qui bloque l’installation du réseau téléphonique de Sotelma -Malitel

 

A titre de rappel, c’est le 23 octobre 2017, que les autorités communales de Konobougou ont adressé une correspondance au directeur général de Sotelma-Malitel pour faire non seulement l’état des lieux de la commune en termes de couverture téléphonique, mais surtout évoquer la nécessité pour le village de Wondobougou d’avoir un réseau, notamment pour plusieurs raisons.

« Le village de Wondobougou est le chef lieu de son secteur de développement constitué de 10 villages pour 10 000 habitants. Il existe dans le village les infrastructures suivantes : un Cscom, cinq écoles fondamentales, deux centres de développement de la petite enfance (Cdpe), une médersa, sept Ong (Aves, Erad, Crm, Assafe et Adafe-Galé. Cependant la couverture téléphonique de tout le secteur est quasi nulle» peut-on lire dans la dite lettre. Laquelle rappelle au passage que « l’inexistence totale de téléphonie mobile dans cette partie de la commune constitue un vrai frein pour le développement de la zone de façon particulière et de commune en général. Il est aussi constant que ce vide constitue un grand manque à gagner pour votre prestigieuse entreprise », conclut la lettre.

C’est partant de ce constat que la société Sotelma-Malitel a adhéré au projet. Ainsi, une parcelle lui a été affectée par la mairie dans le village de Wondobougou pour les travaux. Il nous revient aussi que tous les matériels nécessaires à l’installation d’un réseau ont été transportés sur le terrain en début d’année 2019, entre janvier et février.  Toujours dans cette lancée, des trous ont été creusés à la même période pour l’installation des pilonnes. La vue de ces installations seulement sur le terrain a suscité une joie indescriptible pour toutes les populations de cette zone. D’ailleurs, des volontaires se sont constitués afin de veiller sur la sécurité des matériels. Il s’agit de chefs de familles qui se relaient jour et nuit sur le site.

Cependant, il nous revient que l’espoir suscité par l’arrivée des matériels a été de courte durée. Pour cause, depuis que ces matériels ont été transportés sur le terrain au mois de févier et les trous creusés, les techniciens de Sotelma-Malitel ont déserté le terrain sans raison aucune. Suscitant du coup l’inquiétude, le désespoir pour les bénéficiaires. « Nous demandons aux responsables de Sotelma-Malitel de faire tout pour que ce projet arrive à terme car de nos jours les populations commencent à douter de sa faisabilité, les matériels sont en train de se dégrader sur le site », nous a confié un ressortissant de la zone. Ce n’est pas tout car évoquant la nécessité du téléphone pour la zone, il a rappelé que dans le village en question, un enfant est décédé dans un puits faute de moyen de joindre les secours pour lui venir en aide.

«En cette période d’insécurité, il est nécessaire aussi que nous soyons connectés au reste du monde à travers le téléphone», a ajouté notre interlocuteur.

Joint par nos soins, le responsable du service des relations publiques et de la Communication de la Sotelma-Malitel a exprimé son étonnement face à l’impatience des habitants de la zone. «Je ne sais pourquoi ces gens-là s’impatientent parce que pour l’installation du réseau, ces gens-là ne payent aucun franc, tout vient de Sotelma-Malitel», nous a exprimé l’agent en question, tout en nous rassurant de nous mettre en contact avec un technicien qui maitrise mieux le dossier.

Cependant, du côté des populations, certains voient derrière cet arrêt des travaux des mains de rivaux politiques. « Il n’est pas exclu même qu’un ou des élus de la zone, pour des raisons politiciennes, donnent un coup d’arrêt à cette initiative pour la simple raison qu’ils ne sont à la base. Pour eux, toute personne qui, à travers ses démarches parvient à faire en sorte que cette zone soit couverte par un réseau sera considéré comme un messie », nous a confié un habitant du village de Wondobougou.

En tout cas, les prochains jours nous édifieront davantage sur la responsabilité des uns et des autres par rapport à l’arrêt brutal des travaux d’installation de ce réseau.

Affaire à suivre !

Kassoum THERA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here