Election au Conseil malien des chargeurs : Le bilan de Babalaye Daou plaide en sa faveur

1
Ousmane Babalaye Dao
Ousmane Babalaye Dao président CMC

Face au grand tintamarre, il leur oppose son travail bien fait. Faisons l’économie de la gestion de la crise de 2012 au Mali, qui, malgré les menaces de la CEDEAO, a été bien managée par l’équipe de Babalaye, grâce à ses relations personnelles et à son génie créateur.

Les opérateurs économiques du Mali ont vu leurs biens sauvegardés sur le corridor Abidjan – Bamako, et, surtout, la sécurisation des marchandises a été financée par le système bancaire: 60 milliards environ.

Qui ne sait pas que chaque camion malien payait 150 000 FCFA sur ce corridor? De négociations en négociations, le prix est descendu à 100 000 FCFA. Avec la normalisation, l’équipe de Babalaye a poursuivi les négociations. Résultat: 75 000 FCFA, puis 50 000 FCFA et 25 000 FCFA. Aujourd’hui, chaque camion paye normalement 12 500 FCFA.

C’est un gain énorme pour une économie d’échelle, parce que ce sont 250 à 300 camions qui quittent tous les jours Abidjan pour Bamako. De 150 000 FCFA, ils ne payent plus que 12 500 FCFA. Le calcul est simple. Par an, ce sont des centaines de millions de nos francs voire un milliard, sinon plus.

Ce n’est pas tout. L’équipe de Babalaye a créé une société avec des jeunes maliens ingénieux, intitulée: «Ebemi?», où es tu?, pour suivre le trajet des camionneurs en temps.

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), le Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR) et le Conseil malien des chargeurs (CMT) sont actionnaires dans cette entreprise, qui permet à la fois de sécuriser les recettes douanières et les marchandises et de vérifier la nature des produits transportés, avec un gain de temps et d’argent.

La modernisation du Conseil malien des chargeurs est en marche, avec la pose de la première pierre de son siège à Hamdallaye ACI et la mise en place des antennes régionales, pour donne une visibilité à cet organe. A Bamako, la Maison des chargeurs est à Quinzambougou, pour y recevoir les partenaires de l’étranger et les VIP.

Babalaye Daou s’est toujours intéressé à ses membres en difficulté dans les pays partenaires. Bamba Tidiane Kanadji (fils et père), Mme Kadiatou Koné, Mme Touré Fanta, Mme Ousmane Sow, la CMDT et bien d’autres ne diront pas le contraire.

Babalaye Daou, c’est un opérateur économique, mais c’est également une tête pensante. Il a participé à plusieurs rencontres, au Mali et à l’étranger, pour défendre l’intérêt du Mali et ceux des chargeurs.

Plusieurs études, notamment celles comparatives des corridors, ont été réalisées. Idem pour les procédures comptables et financières. C’est dire que l’engagement et le travail bien fait riment avec la bonne gestion qu’il s’est imposée et qu’il a imposée à ses services. A suivre.

Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.