Edito : « J’accuse… ! »

23

J’emprunte ce titre à l’écrivain français, Emile Zola, dans la célébrissime affaire Alfred Dreyfus. Le 13 janvier 1898, il publia un article retentissant dans le journal L’Aurore, à travers une lettre adressée à Félix Faure, président de la République française d’alors, intitulée : « J’accuse… ! ».

A la situation sécuritaire inquiétante de notre pays est venue se greffer une situation politique tendue, avec comme prétexte le vote de la loi constitutionnelle par les députés. Depuis une agression verbale sans précèdent des opposants se multiplie, avec comme cible pour la présidente de la plateforme an Té A Banna- Touche pas ma Constitution, Mme Sy Kadiatou Sow, le président de la République. Celui-ci est devenu le petit mur de cette dame au visage complexe. Elle ne rate aucune occasion pour manquer du respect à la première Institution de la République.

Conséquences : les réseaux sociaux et certains médias ont décidé de lui emboiter le pas. IBK et son fils, Karim, sont tous les jours vilipendés, traités de tous les noms d’oiseaux. Qu’il vente ou qu’il pleuve, c’est IBK ou Karim. Les injures, la calomnie et la condamnation d’avance du président de la commission Défense et Sécurité de l’Assemblée nationale, sont quotidiennes. Son seul tort est d’être le fils d’IBK qui plus est élu de la nation. Pourtant il n’a point été nommé comme sous certains cieux. Il est l’émanation d’une base électorale, la commune II du District de Bamako où certains ne lui pardonnent toujours pas le fait d’avoir terrassé le secrétaire général du principal parti de l’opposition, l’URD. Ce dernier n’est plus de ce monde. Que Dieu ait pitié de son âme !

La multiplication des marches qui attirent une foule, composée de sensibilités hétéroclites, partageant en commun, non pas le retrait pur et simple de la loi constitutionnelle, mais le départ anticipé d’IBK du pouvoir constitue un véritable putsch rampant qui ne dit pas son nom. C’est pourquoi, toutes les occasions, voire tous les alibis, sont bons pour tenter d’en découdre avec le régime.

J’accuse Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de la Plateforme dont certains militants insultent tous les jours, sur les réseaux sociaux, le pouvoir et même les religieux, soupçonnés de soutenir IBK. Les mêmes individus ont fait véhiculer des informations erronées sur la loi constitutionnelle, notamment, l’homosexualité. Elle n’a pas cru nécessaire de recadrer ses gens. La démocratie, au nom de laquelle, on se bat, a l’exigence d’orientation et de dire vrai.

J’accuse le vice-président de cette plateforme, l’honorable Amadou Thiam, une marionnette entre les mains de Tiébilé Dramé, qui ose apposer sa signature sur n’importe quel communiqué qu’on lui apporte. C’est vraiment insensé de la part de ce jeune brillant, qui sans enquêter, sans comprendre, indexe le ou les coupables de l’agression du blogueur Mamadou Kanté. Cette attaque inacceptable pourrait être l’œuvre de certains malintentionnés des différents bords politiques (opposition comme majorité).

Des soutiens du pouvoir très zélés, qui supportent mal « Madou Ka Journal » pourraient être tentés par une telle agression. Ceux de l’opposition, pressés de précipiter le pays dans l’insurrection populaire, pourraient également être inspirés par cet acte, espérant qu’il sera la goutte d’eau pour faire basculer notre « Maliba » dans le chaos.

Une autre hypothèse est celle des adeptes des leaders religieux, dont les chefs sont souvent pris à partie. Aucune piste n’est à écarter, même celle des homosexuels dont parle souvent « Madou Ka Journal » dans ses chroniques.

Enfin, j’accuse tous les internautes lâches qui insultent, souvent de façon grossière, dans le plus grand anonymat. J’insiste sur le fait qu’il s’agit de ceux qui insultent, qui ne savent ni proposer, ni faire des critiques constructives, encore moins appeler à la retenue ceux qui sont spécialisés dans les injures.

Pour terminer, les uns et les autres doivent se souvenir que la violence n’est l’alliée d’aucun groupe politique ou associatif. Et que nul n’a le monopole de la violence. Rien ne saurait la justifier dans un Etat démocratique, si affaibli soit-il. Abritons-nous derrière la loi, encore une fois de plus, elle est notre protectrice à tous. Dura lex ced lex (la loi est dure, mais c’est la loi).

Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

23 COMMENTAIRES

  1. ” C’est pourquoi, toutes les occasions, voire tous les alibis, sont bons pour tenter d’en découdre avec le régime. ”

    Ils sont des salauds sinon ils devraient chercher a en decoudre avec les journalistes alimentaires !! 😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀

  2. “Enfin, j’accuse tous les internautes lâches qui insultent, souvent de façon grossière, dans le plus grand anonymat. J’insiste sur le fait qu’il s’agit de ceux qui insultent, qui ne savent ni proposer, ni faire des critiques constructives, encore moins appeler à la retenue ceux qui sont spécialisés dans les injures”justement toi CHAHANA tu en fait parti.Dans les débat de africable ,tu manques toujours d’arguments raison pour laquelle tu interrompes les autres en aboyant comme un chien ;c’est pas du tout poli de ta part également.

    • Mais tu donnes raison aux internautes qui disent la verite d’Allah et characterisent Chahana a sa juste devalorisation de la fonction de journalistes comm toi d’ailleurs.

  3. Chahana a besoin de nouvelle dentition, alors il fait le griot pour IBK afin d’avoir des nouvelles dents, il ne faut pas etre surpris quand il s’accuse!

  4. Cette attaque inacceptable pourrait être l oeuvre d un homme de presse désabusé par le fait que ses vociférations ne parviennent pas à surplomber madoukajournal ; ce qui cause une une gêne certaine pour ses maîtres qui sont ibk et karim . D ailleurs cet homme pourrait être jaloux de madoukajournal qui a des milliers d auditeurs alors son 22 /09 lui ne trouve plus de lecteur de

  5. on doit vous bannir du debat du dimanche.vous n’avez auucn respect pour vos confreres. Vous parlez comme un homme de la rue.vous etes vulgaire comme journaliste.

  6. Nous avons tous compris que tu es le griot de Ibk et Karim ta partialité ne fait aucun doute si non comment comprendre qu’ un journaliste parle aissi mieux vaut demande à Ibk et Karim d’être leur porte parole en d’être leur griot c’est l’odeur de l’argent qui est derrière tout vive le Mali sans Ibk et son filst

  7. Chahana a raison.
    Pourquoi insulter? Ceux qui insultent doivent proposer quelque chose de concret.
    Les anciens voleurs et pilleurs du Mali crient aux nouveaux voleurs et pilleurs.
    Tous le monde veux juste sa part du gâteau.
    Très peu de Maliens aiment véritablement le Mali
    Au Mali, on monte juste les uns contre ceux qu’on aime pas.
    L’opposition est violente parce qu’elle ne trouve plus à voler l’État.

    Pourquoi Société Civile et l’Opposition ne marchent pas contre l’appui de Barkane, Minisma et Djihadistes contre GATIA qui aide le Mali?

  8. Chalanna ma honte de la république certes tu défends ton bifteck.
    Tu dois être une voix qui relate les faits justes, les religieux sont sortis devant dieu et ma oumma islamique en proferant des menaces de morts aux enfants du Mali en des termes virulents.
    Le sang va couler et le sang à couler le sang de Madou.
    Honte à toi.
    Où est ton objectivité journaliste c est à la soupe chez toi .
    Le Mali meurt à petit où est le quatrième pouvoir dont tu devrais être un porte-parole.
    Honte à toi.

  9. petit journaleux tu es simplement une personne nauséabonde…
    Madame ex ministre Sy Kadiatou Sow, l’honorable Amadou Thiam sont des patriotes qui sont soucieux des derives de tes maitres, incapables de bien diriger et de défendre les intérêts vitaux de ce peuple martyr.
    Sa facture sera probablement prise en compte son maitre Karim Keita.

  10. Très bien dit Chahana ,tu es un bon journaliste qui fait une bonne analyse de la situation.
    Les injures envers nos dirigeants sont les signes de la dérive éducationnelle .La démocratie n’est pas cela.Les opposants doivent parler pour ça , s’ils ne le font pas ils sont pires que IBK.Ils sont malhonnêtes,insouciants vis a vis des électeurs .

  11. Ni dimin de ye i tagalan ye. Dimin Bena a d’où ou faga fou la Mali la.
    Ni y ko ko dimin de ye i tagalan yen, juifou pedeou nounou bena dimi model sougou do bla i la fo i be i yere faga. A dimi ka djougoun ka teme gaigne kan . O dela ni i ye juifou pedeou ye ou ka juifou ya la, i be ou ye ka ou toyen, ou yere ka ou yere faga o la i be lafia.

  12. Wallaye chahana n est pas un garcon noble , il a été eduqée dans la rue. je pensais qu il etait un garcon bien -né . Imaginez ce qu il peux etre. indigne , immoral, inconsceint, voleur, et en fin…………….

  13. C’est simplement honteux Mr Chahana, tu ne connais rien en français, aussi de tel article est tout simplement minable.

  14. Yana Takoula journaleux de son état qui ne manque pas une occasion de s’attaquer à Mme Sy. À croire que ce crétin ne rêve que de cette femme. On parle d’une tentative d’assassinat et ce bougre trouve le moyen de faire sa lèche au pouvoir.

  15. Bien vrai que je ne l’apprécie pas souvent, cet article, cette analyse de Chahana est très objective.
    En effet, Mme Sy n’est pas sans reproche, l’opposition aussi et même certains groupes de la société civile qui se mélangent avec l’opposition. En réalité dans les agissements contre la réforme constitutionnelle on ne sait pas qui est société civile ou opposition. D’ailleurs aucun d’entre eux (opposition, majorité, société civile) ne saurait représenter le Peuple souverain.

    • Nous savons tout simplement que Chahana est du Gouvernement meme si on ne sait rien d’autre Barou. Il n’ y a pas de majorite au Mali, les rats sont en train de quitter le bateau, n’as-tu pas senti ce virage, alors reveilles-toi car tu es le seul avec Chahana est train de supporter IBK.

    • – M Barou, vous vous trompez et vous ne comprenez rien. Il ne s’agit pas à chercher qui est société civile ou qui est opposition.
      – Elles s’appellent simplement “PLATEFORME”…
      – Peut-être qu’il va falloir nous définir ce que signifie Peuple souverain…

  16. Chahana tu n’as pas honte toi, si j’etias au Mali j’allais te trimballer devant la justice pour que ton torchon de Journal ne porte le nom de notre liberation, 22 septembre ce n’est pas pour un apatride cpomme toi ou IBK ou KK

  17. J’accuse, au nom de la démocratie qui accorde des droits de libre expression inaliénable en 2017, Chahana Takiou et son journal 22 Septembre qui ne sont pas, loin de là, respectivement, ni l’écrivain français Emile Zola, ni le journal L’Aurore français, à travers une lettre adressée à Félix Faure,le président de la République française d’alors (1898).

    En effet, en s’attaquant, plus que d’accuser dans son canard boiteux, ridiculement et abusivement nommé 22 Septembre (date anniversaire de l’indépendance du Mali), à la personne de Madame Sy Kadiatou Sow, Chahana-ChaÏtan Takiou Tandina-Tanger s’expose à la vindicte des “révolutionnaires-marcheurs-balayeurs citoyens”; son tract qui dit que les “Balayeurs Citoyens Maliens”, je le cite: “… Ceux de l’opposition, pressés de précipiter le pays dans l’insurrection populaire, pourraient également être inspirés par cet acte, espérant qu’il sera la goutte d’eau pour faire basculer notre « Maliba » dans le chaos.”; ce n’est qu’un encouragement de Chahana-ChaÏtan à la répression de ceux qui dénoncent l’IBKRATIE par l’IBKVIOLENCE!

Comments are closed.