Edito : La danse indansable d’Iyad et de Kouffa !

3

Face à l’insécurité qui touche tout le territoire national ou presque et la multiplication des attaques terroristes partout, le gouvernement a  affiché son intention de négocier avec les chefs terroristes : Iyad ag Ghali  et Amadou Kouffa. Cela, après plusieurs années d’hésitation. La première annonce dans ce sens a été faite, par l’ex président de la transition, Pr Dioncounda Traoré, désigné Haut Représentant du Président de la République pour les régions du centre. Cette position a été officiellement soutenue par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita en ces termes : «j’ai le devoir et la mission de créer tous les espaces possibles et de tout faire pour que, par un biais ou un autre, nous parvenions à un apaisement. Il est temps que certaines voies soient explorées…».

Pourtant, le même IBK avait laissé entendre, quelques jours après son accession à la magistrature suprême, qu’il ne négocierait avec aucun bandit armé. Mais il finit par négocier à Alger où, un accord difficilement applicable, a été signé avec les groupes rebelles. Aujourd’hui, le gouvernement se dit prêt à faire de même avec les chefs terroristes Iyad et Kouffa.

Force est de constater que les avis divergent partagés sur la décision du gouvernement de négocier avec ces terroristes. Certains, Maliens et partenaires s’interrogent. Que peut-on négocier avec des terroristes ? C’est la question qui est sur toutes les lèvres. Surtout, quand on sait que leur seul plaisir de ces hommes est de semer la terreur et leur objectif demeure la création d’un état islamique et l’application de la loi islamique «charia» au Mali. La constitution du 25 février 1992 précise que le Mali est un état laïc et le principe de laïcité n’est pas négociable.

Nonobstant, cet obstacle constitutionnel, le gouvernement a tendu la main aux terroristes et leur réponse a été, on ne peut plus surprenante. Car Iyad conditionne la négociation avec le gouvernement malien au retrait des troupes étrangères (Minusma Barkhane) du Mali. En attendant une réaction du gouvernement, nombreux sont les Maliens qui jugent cette condition inacceptable. Même ceux qui, par le passé, réclamaient, à travers marches et meetings, le départ des troupes françaises semblent retenir leur souffle face à la condition posée par Iyad.

IBK va-t-il accepter le départ des troupes françaises du Mali, lui qui a toujours fait savoir que «ceux qui demandent le départ des forces françaises sont les ennemis du Mali » ? La question demeure. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la condition posée par le chef terroriste du sahel, met IBK dans l’embarras. Autrement dit, c’est à une danse indansable qu’Iyad et Kouffa invitent IBK.

Aboubacar Berthé

Source : Le Serment du Mali

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. N’est-ce pas IBK lui même qui leur a permis de lui proposer cette danse? Alors, il ne faut pas être surpris de le voir danser ladite danse car c’est lui qui dit “tchou” et qui dit “tcha”. Peut- on vraiment avoir confiance à ce type de dirigeant qui navigue à vue?

  2. “Edito : La danse indansable d’Iyad et de Kouffa !”

    Il aurait été plus juste et plus lucide de parler de la danse incassable…….DE L’ETAT MALIEN !!!

    C’est le jour où il a fait sa volte-face aussi LÂCHE que STUPIDE ET NAÏVE en prétendant “dialoguer” (!…) ou “negocier” (!…) avec des monstres assassins couverts de sang, que l’état Malien s’est LUI-MÊME engagé dans une danse parfaitement……..INDANSABLE !🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄🙄

    Un enfant de 10 ans l’aurait compris :
    – On peut toujours envisager un “dialogue” ou des ” négociations” avec des opposants voire des adversaires politiques

    – On peut toujours envisager un “dialogue ” ou des “negociations” avec des opposants voire des adversaires idéologiques

    – On peut toujours envisager un “dialogue” ou des “negociations” avec des adeptes d’une religion différente

    Bref, on peut toujours envisager de dialoguer ou de négocier avec des personnes différentes mais NORMALES sur le plan humain.

    Mais en revanche, qui pourrait être SUFFISAMMENT IDIOT pour s’imaginer pouvoir “dialoguer” ou “negocier” quoi que que ce soit avec DES CRIMINELS BARBARES ASSOIFFÉS DE SANG CAPABLES, DEPUIS 7 ANS DEJA, D’ASSASSINER SAUVAGEMENT NOS SOLDATS, DE POSER DES BOMBES SUR NOS ROUTES, OU DE MASSACRER ET D’INCENDIER FROIDEMENT D’INNOCENTS VILLAGEOIS ???????????????????

    Cette ridicule danse effectivement INDANSABLE, c’est Zonkeba EN PERSONNE (et LUI SEUL!) qui s’y est stupidement engagé, PAR SIMPLE LÂCHETÉ ET PAR SIMPLE PEUR DE COMBATTRE SON ENNEMI, comme le font TOUS les pays du monde confrontés au terrorisme islamiste !!!

    ….pour la plus grande HONTE du Mali TOUT entier😢😢😢😢😢😢😢

  3. Berthe, c’est Boua le ventru IBK qui a demande la danse et Iyad et Kouffa ont choisi la musique, alors a leurs risques et perils. Le peuple Malien ne va jamais danser avec ces 3 energumenes car nous n’avons pas appris a danser pas avec un criminal et un assassin qui tue les femmes, les enfants, les bebes, les handicapes, les vieillards, etc. Celui qui regne par les armes mourra par les armes en verite. Il faut arreter Iyad et Kouffa et les mettre devant la justice de leur pays pour s’expliquer et payer le prix de leurs crimes contre l’humanite. Apres Boua le ventru IBK pourra danser avec eux tout le reste de sa vie!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here