Edito : L’école est-elle une priorité pour ce Gouvernement ?

7

Nous nous acheminons lentement mais surement vers une année blanche, tant les positions sont irréconciliables et la volonté ferme, de part et d’autre, à ne pas céder d’un iota. Le hic est que tout ce spectacle ahurissant  entre enseignants et gouvernement  se passe au nez et à la barbe des parents d’élèves et des Associations œuvrant pour une école apaisée et performante, sans réagir. Ils pourraient même être taxés de complices du gouvernement tant leur silence face à cette gravissime situation scolaire est assourdissant. Comment les acteurs de l’école malienne et de surcroit tout le peuple pourraient-ils rester indiffèrents à la destruction de l’avenir de la  nation et accepter d’être jugés demain  par le tribunal de l’histoire ? Le silence du peuple est synonyme de forfaiture. Pourquoi capitule-t-il face au gouvernement ? Alors même qu’il a le devoir d’exiger des gouvernants une bonne conduite et surtout la satisfaction des besoins cruciaux.  Le pouvoir est au peuple et  c’est lui seul qui détient  tous les pouvoirs en démocratie.  La crise de l’école devrait être la deuxième priorité, après celle liée à la sécurité. En reléguant celle-ci  au second plan, c’est comme si le Mali a renoncé à être une nation prospère et d’avoir un avenir radieux, car l’école est pour une nation ce que la fondation pour un bâtiment.

S’il est un devoir pour chaque génération d’accomplir sa part de mission, celle qui nous gouverne  aujourd’hui, semble trahir la sienne, car depuis 1991, l’école malienne a été la cadette des priorités de ceux qui nous ont gouvernés jusque-là. En trente ans de gouvernance démocratique, les années scolaires se sont succédé et se ressemblent toutes. Des années blanches et des années tronquées se sont alternées à un rythme ininterrompu.

Pour rappel, ce qui oppose les enseignants au gouvernement est tellement  banal qu’il est impensable qu’il soit la cause du blocage des négociations. Les enseignants ont juste rappelé au Premier ministre et ministre de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé de respecter l’engagement qu’il a pris concernant la mise en application de l’article 39 de leurs textes. Un pays qui voudra être présent au concert des Nations prospères doit-il reléguer la formation  de ses ressources humaines au second plan ? L’école est le seul lieu où on forme des bons citoyens et  les élites de demain.

Aujourd’hui, la question qui taraude tous les esprits est celle de savoir comment en est-on arrivé à cette crispation alors même que le Premier ministre actuel est celui-là même qui a négocié et obtenu la levée du mot d’ordre de grève contre promesse de satisfaction  de toutes les revendications ? Que vaut alors la parole d’un dirigent malien fut-il un Président de la République ou un Premier ministre ? Quel serait le nom de cette République où  des hautes autorités  ne respectent jamais  leurs engagements ? Ce ne serait pas la République très- très démocratique du « Gondwana », car même au Gondwana, le Président fondateur respecte ses engagements, alors  le nom le plus approprié à notre République est la République bananière.

En somme, le Président de la République est désormais interpellé, lui qui jouit de la légitimité du peuple et qui n’a transféré qu’une petite portion de cette légitimité au premier ministre et aux autres ministres. Son silence ne s’explique pas face au danger qui guette la Nation malienne.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Traditionnellement, dans notre société, quand il y a problème on recours aux autorités coutumières, aux religieux, aux griots pour les médiations. Mais à quoi assiste t-on? A un silence comme s’ils s’en référaient à “Boua” qui semble avoir d’autres chats à fouetter. Hélas cela peut se comprendre car tous ayant “la main dans la bouche du pouvoir”. Aussi que comprendre des propos tenus par Mrs les ministres de L’éducation, du dialogue social ? Ont-ils sitôt oublier que l’article 59 dont ils ont beneficié en son temps a la même teneur que l’article 39 qu’ils combattent aujourd’hui. Ne dit-on pas que l’on est mieux servi que par Soi-même ? Mais dans le cas présent, les ENSEIGNANTS ne sont-ils pas desservis par ceux-là mêmes qui devraient mener le combat à leurs côtés (anciens de la corporation aujourd’hui ministres, CGS, APE, AME, j’en passe)? Ah! J’oubliais que l’on pense différemment dans une chaumière que dans palais.

  2. Les lois ne sont-elles pas faites pour être appliquées ? C’est dommage que nos gouvernants soient les premiers à les travestir. Peut-on faire confiance un quelqu’un fut-il Président de la République, PM ou autres dirigeants quand il ne respecte sa parole? Peut-on avoir un quelconque respect pour un tenant du pouvoir qui impunément viole les lois républicaines? Par ailleurs qui a mis le couteau sous la gorge du gouvernement afin qu’il propose la loi 39, et de l’Assemblée Nationales afin qu’elle la vote? Peut-on désormais condamner un citoyen lambda pour non respect d’une loi? Drôle d’Etat!

  3. Alors loin s’en faut. L’école est le dernier des soucis de nos gouvernants. Ce sont eux qui ont permis à certaines gens que me garderais de qualifier vu mon sens de l’éducation, de traiter les ENSEIGNANTS de”moins que rien”, de”vauriens”, de”bande de racaille”. Ces honnêtes hommes et femmes dont certains ont plus que l’âge de leurs pères et mères ne demandent que ce auquel ils droit, pas plus.

  4. despite past Mali will only survive as nation if there is mass modern education. If government is not for mass modern education it is for dissolution of Mali plus genocide of negroid people of Mali? There is no alternative result to that condition if failure to soon continue mass modern education. We need stop corruption criminals plus stupid old men locked in believing ways of yesterday are fitting for modern ways. Yesterday ways plus corrupt politicians are not fit for fulfilling Mali modern day needs. We will not be tricked.
    Henry Author Price Jr aka Kankan
    translationbuddy.com

  5. Ces gouvernements successifs qui font de l’éducation des jeunes le dernier de leur soucis, préparent le terrain pour un pays islamique.
    Ce qu’on appelle ” année blanche ” pour une année vide d’école est en réalité une année noire pour le Mali.
    Nous préparons des bataillons d’illettrés qui seront la proie des réligieux.
    La seule et unique richesse dont nous disposons et qui est notre ressource humaine se disloque sous nos yeux.
    Les coupables sont tous ces dirigeants irresponsables qui envoient leurs enfants étudier à l’étranger et piétinent le sort des autres enfants.

    L’éducation est un devoir de l’Etat.
    Si ce devoir n’est pas assuré, alors il n’y a aucune raison que les responsables ne soient pas sanctionnés.
    Le peuple malien devrait se lever comme un seul homme et demander des comptes à tous ces incapables au sommet de l’Etat.
    On ne peut se permettre de bafouer le présent et saccager l’avenir.
    La corruption est érigée en mode de gouvernement.
    Le premier ministre est aussi ministre des finances pour mieux couvrir les tripatouillages des deniers publics.
    La jeunesse est laissée à elle même comme une mauvaise herbe.
    Tout, absolument tout dégringole au Mali depuis l’arrivée au sommet de l’Etat de ce régime fantasque.
    Nous avons atteint le fond des abysses.
    Il est temps que les Maliens réagissent pour mettre un terme à ce naufrage.

  6. EH BIEN NOUS …CELA FAIT EXACTEMENT 18 ANS QUE NOUS SOMMES DANS UN BOURBIER …ENFERMES DANS UN BOURBIER …ET A BAMAKO ! 18 ANS !

    EH BIEN SUR QUE AGUIBOU BOUARE , QUI A QUITTE LA BHM SA EST DEVENU MAINTENANT UN GRAND PATRON DES DROITS DE L HOMME …!
    IL A MEME ETE NOMME CHEVALIER DE L ORDRE NATIONAL DERNIEREMENT !
    BIEN SUR !….ET EXTRAORDINAIRE QUAND ON CONNAIT SON VRAI PARCOURS !

    CAR EN REALITE …IL EST UN DES RESPONSABLES DE LA CHUTE DE BHM SA ..MAINTENANT BMS SA …
    MAITRE BASSALIFOU SYLLA AUSSI EST DEVENU UN GRAND MAITRE ..IL A MEME REUSSI A OBTENIR 7 MILLIARDS DE REGLEMENTS ….( JE DIS BIEN 7 MILLIARDS POUR 6 INTERVENTIONS A LA CCJA ..ALORS QUE AU MAXIMUM NOS AVOCATS NE NOUS ONT RECLAME QUE 150 MILLIONS POUR LES MEMES 6 INTERVENTIONS …) .
    ..POUR TENTER DE SORTIR BMS SA DU “”PIEGE”” DANS LEQUEL “”ON “” L A ENFERMEE ….OUBLIANT POUR LE MOMENT (ENCORE …MAIS PAS POUR LONGTEMPS ) QU IL VA TRES BIENTOT CHUTER …ET EN PARTIE A CAUSE DE SA SOEUR , MINISTRE DU BUDGET ,MME AWA SYLLA BARRY ….S IL VOUS PLAIT ….CAR IL LUI A DEMANDE UN MANDAT DE L ETAT , CE QU ELLE A FAIT ..
    ( CERTAINEMENT SANS AVERTIR LE GOUVERNEMENT ) …ET ALORS QUE L ETAT DU MALI N A RIEN A VOIR DANS UNE AFFAIRE COMMERCIALE …CELLE DE LA BANQUE BMS SA …

    EH BIEN TOUS LES DEUX ..JE DIS BIEN TOUS LES DEUX SONT MELES A TOUTES CES AFFAIRES DE VOL DE BHM SA …DEVENUE PAR HERITAGE BMS SA …TOUS LES DEUX SONT MELES A CE SCANDALE QUI DURE DEPUIS 18 ANS …

    ET RAPPELEZ VOUS BRAVES GENS …NOS TRENTE HUIT PLAINTES EFFACEES DU POLE ECONOMIQUE ..ET IL Y EN A POUR TROIS MILLIARDS HUIT A PEU PRES SONT TOUJOURS LA POUR EN TEMOIGNER …
    ET …IL N Y A PAS QUE MOI QUI PEUX L AFFIRMER …
    RAPPELEZ VOUS EN !
    EN TOUT CAS CE NE SONT PAS DES “LOL ” DES “RAHAN ” OU D AUTRES “FAROHW ” INCONNUS PAR AILLEURS SUR LE SITE …NI DES EL HAJJ …( ! ) QUI PEUVENT ME LA FAIRE BOUCLER ..

    PARCE QUE NOUS ET MOI , BHM SA …BMS SA M EN A FAIT BAVER PENDANT 18 ANS ….

    ET MAINTENANT …LES VOLEURS SONT PRIS ! ENFIN !
    MAIS …AU FAIT …
    LES SEPT MILLIARDS DE BMS SA ….SORTIS EN UN AN PAR MAITRE BASSALIFOU SYLLA …
    C EST POURQUOI ? …POUR NOUS C EST 150 MILLIONS AU MAXIMUM QUI SONT SORTIS …
    MAITRE BASSALIFOU SYLLA EST VRAIMENT UN GRAND MAITRE …! ( ! ! ! ! )

    IL EN A MEME OUBLIE ( ? ) QU IL A DEMANDE DE NOUS FAIRE REGLER UNE PARTIE DE CE QUE DEVAIT BMS SA A NOTRE SOCIETE SUR UN COMPTE QUI N EST PAS LE NOTRE …ET QUI EST FERME EGALEMENT POUR COMPTE DE FAUX ETAT DE CREANCE DE 1.837 MILLIARD PAR BHM SA ….DEPUIS 9 ANS …
    …..POUR OBTENIR DU TRIBUNAL DU COMMERCE DE BAMAKO UN SURSIS A EXECUTION DU REGLEMENT DE LA DETTE DE BMS SA …QUI ARRIVE MAINTENANT …UN AN APRES … A SON TERME !

    NATURELLEMENT …LE TRIBUNAL DU COMMERCE N AVAIT PAS LE DROIT D ACCORDER UN REGLEMENT DE LA DETTE DIFFERE …LA DECISION ETANT PRISE PAR LA CCJA …MAIS …
    MAIS …
    MAIS …
    MAIS ON EST AU MALI , NON ?

  7. Le jeu est tres simple, pas d’ecole, pas d’election legislative. Le peuple malien doit boycoté ce scrutin pour montrer a ce gouvernement son indignation face a son refus de discuter avec les enseignants

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here