Édito : Mody N’Diaye de tous !

2

Difficile, sinon bien rare dans notre pays de voir l’unanimité dégagée positivement autour d’un personnage, de surcroit dirigeant politique. Cela fut le cas pour Mody N’Diaye.

Pourtant il n’était pas aussi doté d’un certain charisme enthousiaste pouvant forcer les admirations. De même, il n’agissait pas avec matérialisme, pour faire de la promotion de sa personne afin de se faire affectionner par tous. Il n’était pas imbu de sa personne et n’avait pas un égo hypertrophié.

Son atout, de l’avis de tous ceux qui l’ont pratiqué est son sérieux et son attachement à sa dignité. Plusieurs années, il fut parmi les personnalités de premier plan de certains départements juteux et partis politiques qui ont voix au chapitre, Mody N’Diaye n’a jamais été cité dans une quelconque malversation, guerre de strapontins ou micmacs sur fond de complot politique. Dans sa bonhomie légendaire, il a su garder l’image d’un sage dirigeant politique, même en tant que président du groupe parlementaire de l’opposition (VRD). Par rapport à son président du parti, on peut déduire que si Mamadou HawaGassama représente ‘’le Tramadol’’ de Soumi, Mody N’Diaye jusqu’à sa mort a servi de ‘’Paracetamol’’ pour lui.

Homme attachant, attentif et subtil, l’Honorable Mody N’Diaye avec une voix tranquille et nonchalante et un phrasé en accord avec son tempérament a été un bon client pour la presse malienne. Il n’a jamais été aux abonnés absents. Cela, en réponse à n’importe quelle sollicitation ou invitation, même de certaines stations-radio sans grande audience. Sonninké accompli de Baraoueli qu’il était, Mody N’Diaye a compris, contrairement à de nombreux dirigeants politiques de la place, que la communicationest le meilleur gage pour préserver les bonnes postures face à toutes les impostures. C’est ce qui explique peut-être le fait que malgré sa casquette de chef parlementaire de l’opposition, il n’a jamais été à l’index ni du pouvoir, encore moins de la presse qui rame au sens du pouvoir.

D’ailleurs, les observateurs politiques gardent en mémoire, les témoignages touchants du président IBK à son cadet Mody N’Diaye lors de sa visite en 4ème région, en décembre 2015. Au moment même où l’opposition était sur ses grands chevaux contre le régime d’IBK. Quelle ne fut pas la surprise du ‘’Mandémassa’’,  d’apercevoir au cœur de la loge officielle le député Mody N’Diaye à son accueil. « Mon frère Mody N’Diaye, digne fils de Baraoueli, merci… », a- t- il lancé d’un ton fier.

Ce qui faisait la particularité de cet homme est surtout le fait qu’il était en phase non seulement avec la majorité, que les radicaux qui sont venus se greffer à l’opposition. Il n’a jamais transgressé les règles de bonne conduite politique, même lorsqu’il sortait de ses gonds contre certains chefs de gouvernement à l’hémicycle. Sa maîtrise des questions de finances publiques, son cran de poser les questions les plus pertinentes dans la gestion des affaires publiques ont donné du grain à moudre à de nombreux Premiers ministres et ministres de Finances.

Mody N’Diaye, comme s’il le savait avant sa mort, relève de cette race infime d’hommes politiques maliens, qui n’ont rien à craindre de leur arrière.

A l’URD, il ne s’est jamais senti gêné des alliances contrenatures de son président, à l’issue desquelles certains se sont vite taillés des lauriers de petits chefs près de Soumaïla Cissé (à cause de son argent surtout). De cette même manière, il a réussi à garder de très bonnes relations avec ses collègues députés et dirigeants de la majorité (malgré des séances de motion de censure).

« Décidément, l’assemblée nationale du Mali sera orpheline tant lui manquera ta présence insigne » a dit le président IBK, lors des funérailles de l’illustre disparu.

La Rédaction  

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Pour des cas comme celui-là, il est nécessaire de mettre l’accent sur les éléments suivants :
    – La citation de François de Malherbe
    – La récitation de Fathia, l’ouverture ou le prologue une fois
    – La récitation de AL-‘IKHLAS = La foi Pure et Exclusive; Sourate 112, 4 versets 11fois.
    « la mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ; on a beau la prier, la cruelle qu’elle est se bouche les oreilles et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre est sujet à ses lois, et la garde qui veille aux barrières du Louvre n’en défend point nos rois. De murmurer contre elle et perdre patience il est mal à propos ; vouloir ce que dieu veut est la seule science qui nous met en repos. » François de Malherbe.

    FATHIA= l’ouverture ou le prologue

    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,

    (1)Louange à Dieu, Seigneur des créatures ; (2)Le très clément, le miséricordieux ; (3)Maître du jour de la rétribution ; (4)C’est toi que nous adorons, et c’est toi dont nous implorons, le secours ; (5)Guide-nous dans le droit chemin ; (6)Non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, non plus le chemin des égarés. Amen.

    AL-‘IKHLAS = La foi Pure et Exclusive; Sourate 112, 4 versets
    Prononciation
    Bismil-lahir-rahmanir-rahimi
    1. Qhoul houwal-lâhou Ahadoun
    2. Allâhouç-çamadou
    3. Lam yalid wa lam-yoûlad
    4. Wa lam-yakoum lahou kouf-an Ahadoun.

    Traduction en Français
    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,
    (1)dis, lui Allah est unique ; (2)dieu, l’absolu ; (3)il n’engendre pas, il n’est pas engendré ; (4) et nul n’est égal à lui. Fin de citation.
    Amen.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here