Éditorial d’Adam Thiam : quelque chose ne va pas

10

Dioura en mars, Guiré en avril, foultitude d’embuscades mortelles depuis, Bulikessi et Mondoro il y a quarante -huit heures : force est de constater, 2019 tirant sur la fin,

que nous ne voyons pas encore le bout du tunnel, et que nous sommes loin de la victoire tant désirée de l’armée malienne, singulièrement sur les troupes djihadistes. Au contraire, malgré les déclarations et malgré les efforts, les Forces armées maliennes saignent au-delà du raisonnable et selon un scénario bien rôdé : attaques dites complexes ; tirs plus ou moins nourris de roquettes ou de mortiers ; détonations traitresses de mines antipersonnel ; revendications triomphales des assaillants ; et sur les réseaux sociaux, les images insoutenables de soldats tués, d’équipements calcinés dans des garnisons détruites, au détour de buissons, le long des routes nationales, là où les crevasses ont chassé le bitume.

A chaque fois, les communiqués copier-coller dénonçant une « attaque terroriste » et condamnant « un acte odieux et lâche » qui ne sera, naturellement, que le dernier avant le prochain ! Quelque chose cloche et cela hélas ne peut continuer que pour le malheur de la nation. Or, le seul point de consensus réel et vérifiable reste l’armée nationale. Nous ne savons pas voir ses verrues et malheur à celui qui, comme Chahana Takiou, ose secouer le cocotier. Parce qu’elle est en guerre, opposition comme majorité, gouvernants comme gouvernés, nous avons mis un point d’honneur à la soutenir, quelle que grosse que soient la couleuvre et amères les pertes infligées par un ennemi inférieur en nombre et en équipement. Il faut craindre que ce consensus autour de nos soldats, si solide soit-il, ne se lézarde au rythme des défaites sérielles et humiliantes qui tendent à devenir la norme. Pas seulement chez nous, mais dans les autres pays sahéliens où le terrorisme s’est incrusté. Oui, tous les moyens doivent être consentis et toutes les chances saisies pour que les corps découverts aux aurores soient ceux des agresseurs plutôt que de nos soldats. Mais depuis au moins une décennie la tendance est à la défaite. Le temps est venu d’évaluer sans complaisance nos réponses, notre capacité face aux percées de la bête. Puisque, armées nationales, Barkhane, Minusma, G5 aujourd’hui, peut-être CEDEAO demain, rien ne semble conjurer la cendre et la désolation. De surcroît au petit matin à l’heure où nous nous réveillons  !

Source: https://benbere.org

Commentaires via Facebook :

10 COMMENTAIRES

  1. Peut être que ce n’est pas un problème de matériels. Est il possible de se questionner sur les hommes qui sont sur le terrain, qui sont envoyés dans ces camps? Ont ils suffisamment de recul pour faire face à ce problème. Quelle est la stratégie des généraux qui sucent notre sang à Bamako pour des missions qui ne sont pas exécutées. Acceptons de nous questionner sur le mode de recrutement et de promotion au sein de notre armée, qu’en est il de la motivation des hommes de rang. Dans quel environnement vivent ils, ont ils des repères et quels sont leurs exemples et de quels exemples bénéficient ils? Rien ne s’improvise ici bas , la victoire, la réussite, le succès résultent de beaucoup de sacrifices consentis, en la matière on ne saute pas d’étapes et aucunement on ne peut prétendre avoir quelque chose pour lequel on a pas fait de sacrifice. Qu’avons nous fait depuis 2019 pour que cela aille mieux dans notre pays ? A t-on vraiment changé! moi j’en doute! “les mêmes causes produisent les mêmes effets chers amis”

  2. Je suis tres surpris de constater que Mr Thiam ne savait pas que quelque va tres mal au Mali depuis pres de 10 ans!!!!!!
    EST-CE QU’IL Y A UN PILOTE DANS L’AVION?

  3. Adam rien ne marche au Mali, soyons honnetes et francs la dessus, IBK le Chef Suppreme des Armees du mali ne peut plus gerer ce pays!

  4. JE ME RAPPELLE AUSSI DES ANNEES 80…. SI LOIN ET PAS SI LOINTAIN, QUAND TOUS OFFICIERS ROULAIENT ENCORE DANS DES JEEP. C’EST QUAND CES OFFICIERS ONT COMMENCE A RENTRER DANS LE Bureau Excecutif national de L’UDPM EN TROQUANT CES JEEPS CONTRE LES MECEDES ET AUTRES VOITURES, QUE LEUR CO… SE SONT RAMILLIS AU POINT DE CRAINDRE CE SUR QUOI ILS ONT PRETE SERMENT: LA GUERRE.
    EN REALITE, L’ARMEE EST DEVENUE UN DEVERSOIR DE “CHOMEURS”, DE COURREUR DE JUPON QUI POUR DURCIR LEUR C… MOLLES S’ENGAGENT SEULEMENT POUR LE T.A.B. ET LES M-AS TU VU QUI PENSENT QUE LEUR SERMENT S’ARRETE AU PARADES MILITAIRES EN VILLE.
    POUR REVENIR A L’ARMEE DE MODIBO, KEITA, IL FAUT REOURNER AU “CHE DEN TA” QUAND LES RECRUES VENAIENT EN MAJORITE DE VILLAGE ET POUR QUI PEUR DEVANT L’ENNEMI ET DESHONNEUR (POUR LA FAMILLE ET LE VILLAGE) RIMAIENT ENSEMBLE.

  5. OUI ADAM, QUELQUE CHOSE NE CLOCHE PAS ICI. ET POUR MOI, IL FAUT FAIRE DEGAGER IKB. CE N’EST PAS UNE QUETION DE POLITIQUE, MAIS EN VERITE IBK N’EST PAS QUELQU’UN QUI A A COEUR LE MALI. COMME TRUMP, IL NE PENSE QU’A LUI MEME EN PREMIER ET NE SAIT PAS COMMENT GERE LA MALI. IL EST SOIT COMPLICE, SOIT INCOMPETANT SOIT IL N’EN PEUT PLUS.
    ON NE PEUT PLUS CONTINUER COMME CA….

  6. Bien dit Adam Thiam. De 2012 à maintenant cette armée n’a pas gagné une seule bataille. D’après IBK 22% du budget national est consacré aux forces armées . Mais pour quel résultat? Du matériel flambant neuf est soit détruit soit abandonné à l’ennemi au moindre coup de feu.

  7. QUI INTERDIT LA FORMATION D' UNE ARMÉE POPULAIRE AU MALI??? LE MALI N' A BESOIN QUE D' UNE ARMÉE POPULAIRE.

    “…l’armée nationale…” , ENCORE “…l’armée nationale…” , ET ENCORE “…l’armée nationale…”….!!

    MALGRÉ LE DÉSASTRE INFERNAL QUI DURE DÉJÁ 8 ANS , IL NE VIENT Á L’ ESPRIT DE PERSONNE QUE LE MALI N’ A BESOIN QUE D’ UNE ARMÉE POPULAIRE..??

    LE MALI N’ A BESOIN QUE D’ UNE ARMÉE POPULAIRE.
    LE MALI N’ A BESOIN QUE D’ UNE ARMÉE POPULAIRE.
    LE MALI N’ A BESOIN QUE D’ UNE ARMÉE POPULAIRE.

    QUI INTERDIT LA FORMATION D’ UNE ARMÉE POPULAIRE AU MALI???

    DANS L’ HISTOIRE DE L’ HUMANITÉ, TOUT ÉTAT, AYANT SUBIT UNE AGRESSION MENACANT SON EXISTENCE, A EU RECOURS Á LA MOBILISATION GÉNÉRALE DANS LES RANGS DE L’ ARMÉE, Á LA FORMATION DE FORCES ARMÉES POPULAIRES POUR LA DÉFENSE DE L’ INTÉGRITÉ TERRITORIALE DE LA NATION.

    QUI INTERDIT LA FORMATION D’ UNE ARMÉE POPULAIRE AU MALI???

  8. Chahana TAKIOU est pour IBK, ce que le Général Allemand Göring était pour Adolphe Hitler dans la deuxième guerre mondiale qui disait, nous citons “Je n’ai pas de conscience, ma conscience est Hitler”. Fin de citation. Un journaliste quelque soit le bonheur que le pouvoir vous donne, il ne faut pas faire comme Tahana. Il faut chercher à être un peu objectif afin que le lecteur soit digne de vous. C’est dommage pour son journal.

  9. Après la confiscation du pouvoir l’année dernière, tout homme qui a une analyse impartiale de la situation savait que des épreuves dures sont à prévoir.
    COMMENT CRÉER LA SOLIDARITÉ AUTOUR DE L’ARMEE, SI SON CHEF SUPRÊME NE S’ASSUME PAS?
    Un homme politique a crié sur tous les toits qu’il a la solution à l’insécurité qui s’est installée depuis 2012..
    Qu’il applique sa solution ou qu’il dégage.
    L’ a t’elle réellement après six ans de pouvoir ?
    C’EST À LA POPULATION DE PRENDRE SA RESPONSABILITÉ, SI ELLE VEUT QUE LA SITUATION S’AMÉLIORE.
    Il faut impérativement dégager l’équipe qui est au sommet de l’État.
    On ne peut rien faire avec IBK au sommet de l’État.
    IL EST INDÉNIABLEMENT PROUVÉ QUE LE MALI N’EST PAS SA PRÉOCCUPATION.
    Il suffit de constater la priorité qu’il a donné à l’achat de l’avion présidentiel pour s’en convaincre quand d’autres préfèrent vendre les leurs pour investir à la défense de leurs pays pour comprendre qu’Ibk n’a pas le Mali dans le cœur.
    Des exemples se sont multipliés pendant son premier quinquennat.
    LE MALI A BESOIN D’UN HOMME PATRIOTIQUE POUR S’OCCUPER RÉELLEMENT DE SES PROBLÈMES.
    II n’y a d’autres solutions que de faire le ménage au sommet de l’État.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here