Éditorial : peur sur Bamako

2

La peur règne sur la capitale malienne, Bamako, meurtrie par des braquages en cascade en pleine journée qui ont charrié colère, indignation. Le 30 novembre particulièrement a été un « Bloody Monday » avec trois attaques à main armée à Sogoniko, Faladiè sur la rive gauche du fleuve Djoliba, et le centre d’affaires ACI 2000. A Sogoniko, c’est un client d’une banque qui s’est fait tirer dessus pour son sac contenant de l’argent, avant de succomber à ses blessures. Il faut ajouter les braquages et cambriolages en série dont sont victimes les paisibles populations de Bamako et qui ne sont pas très souvent rapportés dans la presse, laissant l’impression que nous assistons à une sorte de banalisation de la violence, qui s’abat sur les populations comme des faucons fous sur leur proie.

 

Il est fréquent d’entendre parler d’une montée de la violence urbaine et de la criminalité dans les débats, alors que, inquiétant paradoxe, le phénomène reste sous-étudié, même par l’université où il n’y a presque pas de travaux académiques dessus, pas plus qu’il n’y a de statistiques disponibles ou consultables au niveau des services de sécurité. Or cette intensification du banditisme classique mérite une réponse à la hauteur des enjeux pour sortir Bamako ou lui éviter de prendre la trajectoire d’une ville criminogène et au Mali de se « colombiser ».

 

Mais Bamako n’est pas encore Bogota : en Colombie les homicides crapuleux étaient plus élevés que les décès liés aux affrontements entre l’armée et la guérilla, notamment celle des FARC. Il est donc important de repenser l’organisation sécuritaire dans le pays mais aussi réfléchir sur le rôle de la Brigade anti-criminalité qui, comme l’a relevé le chercheur Baba Dakono, a d’autres priorités que le contrôle des vignettes et des « cartes grises » de véhicules en circulation.

 

Bocar Sangaré

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. il faut que la population de bko s’assume il faut les mettre les pneus au cou la police est nulle au mali walay ils font leyr travaille sinon comme les bandit reignent comme ca nouit et jour pourquoi la police est payee leur salaire pour dormir ou quoi

  2. Ça montre l’incompétence et le manque de soucis des nouvelles autorités….sinon comment les bandits osent semer une telle terreur sous les militaires???
    Ce qui est sure ça ne va dure avant la population ne prenne sa responsabilité …. elle se réveille déjà a force des braquages répétitifs perpétré par ces bandits…. s’ils croient qu’ils pourront continuer avec leur crime dans l’ impunité ils se trompent fortement… la population sera de plus en plus alerte et appréhensive au moindre appel aux voleurs et ce sera plus en plus très difficiles pour ces bandits d’échapper. Donc ils faut s’attendre au retour rapide de l’application de “l’article 320” ces criminels risqueront bientot de payer des frais infernaux dans nos rues….

    Si nos autorités policières avaient un cerveau que est ce qui est difficile a piéger ces braqueurs qui guettent les clients bancaires …. pourquoi pas simplement monter de contre pièges en attirant ce bandit avant de les épingler? Mais hélas avec une police incapable comme la notre les maliens subiront la terreur de ces braqueurs jusqu’à ce que la terreur changer de camp a travers les vindictes populaires sur les voleurs!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here