Crise Scolaire : Les enseignants ont marché ce matin pour manifester leur colère contre le gouvernement

8

 

Les Huit  syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 ont organisé des marches ce matin 11 avril 2019 partout dans les grandes villes du Mali, de Bamako à Kayes, Kita, Ségou, San, Koulikoro, Sikasso… Cette journée  nationale de marches des enseignants        avec des foulards rouges attachés aux bras, à la tête pour certains, a été une grande mobilisation et réussite totale à Bamako en démontrant au gouvernement leur détermination à aller jusqu’au bout de leur lutte. 

En ce qui concerne la marche de Bamako, ils étaient quelques milliers d’enseignants à battre le pavé de la Place CAN au monument Kwame N’Kruma en passant devant l’hôtel des Finances avec un slogan «Reversez nous nos salaires.. »

Arrivés devant le Ministère des Finances, les enseignants ont tenu à faire une pause appelés « santé » avec des propos hostiles au  Ministre Dr. Boubou Cissé. Les marcheurs ont démenti les allégations du Ministre lors de son interpellation  à  l’Assemble Nationale le 04 avril dernier qui disait  que le salaire brut des enseignants débutant qui est  280 000 fcfa et  226 000fcfa. Certains d’entre eux ont brandi  leur bulletin de salaires aux yeux de tous pour démontrer qu’un enseignant de catégorie A (3 eme  classe et 4 eme  échelon  de six ans d’ancienneté a comme salaire 176 000….

Arrivés au monument Kwame N’Kruma,  l’un des portes paroles des enseignants a remercié ses collègues enseignants pour la grande mobilisation pour les causes nobles et qu’ils sont tous déterminés à aller jusqu’au bout  et nul ne pourra les empêcher.  Il profita pour les informer que la grève continue et que le dépôt d’un préavis de grève de 23 jours qui débutera du lundi  15 avril au vendredi 17 mai 2019 prochain et, jusqu’à ce que leurs revendications énumérées en 10 points dont  6 points ont fait  l’objet d’accord et les  trois points de désaccord. Pour les trois points restés bloqués sur la table de négociation du gouvernement  qui sont : la prime de logement, la relecture du décret N529/ P-RM du 21 Juin 2013 et l’accès des enseignants fonctionnaires des collectivités  aux services centraux de l’Etat.  Les enseignants marcheurs diront soit le gouvernement  accepte leurs doléances, ils mettront fin à leur grève ou ils seront toujours en grève malgré qu’il reste deux mois de cours avant d’aller en vacance scolaire.

Bokoum Abdoul Momini/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

8 COMMENTAIRES

  1. …ce pays a besoin d uen ecole d ou le jeune homme sort et peut s installer proprement en prive et gagner son pain mais aussi avoir la possibilite d approfondir ses connaissances et expertises necessaires dans la societe et l economie, il doit etre interdit d aller au dela du secondaire sans avoir travaille 2 ans minimum …
    …il faut donner des debouches aux jeunes depuis le second cycle et les encourager a aller proffessionel…
    ..il faut interdire des etudes poussees pour un nombre tres eleve mais aussi encourager a ce niveau des fonctions liberales et entreprenariales…

    …L ECOLE MALIENNE DOIT ETRE REFONDEE ET ADAPTEE A NOS REALITES NATIONALES ET A NOS TRADITIONS …

  2. Il ne faut pas leur en vouloir. Ce n’est pas pour rien qu’ils font leur revendication. Regarder la gabegie et le gaspillage que font ces mêmes membres du gouvernement. Ils poussent le peuple à se rebeller par leur mal gouvernance. Leur mauvaise gestion de nos ressources, de nos impôts que nous payons. Il est temps que nous mettons l’intérêt du pays en avant. Les intérêts personnels au profit du pays ne nous mèneront nulle part. Des querelles de personnes ou de positionnement sont sans issus. Le peuple a faim, le peuple est de plus en plus analphabète, le peuple n’a pas d’eau potable ni l’électricité. Comment devrons nous faire en tant que Peuple pour faire face que à ces différents problèmes. Nous devrons réfléchir sur ces différents problématiques au lieu de passer notre temps à accuser l’autre ou à défendre une partie. Regardons-nous est ce que en tant que citoyen notre avenir est certain ? Les enfants des autres étudient est ce que nos enfants ou nos frères arrivent à étudier ? C’est de cela qu’il s’agit
    Bonne journée.

  3. C’est pas sérieux… Tout travail mérite salaire. Il faut les payer selon leur dû. Beaucoup de gens se plaignent de la baisse de qualité du niveau des élèves. Et dans le même temps on se soucie pas de la rémunération du corps enseignant.
    Et puis…, je comprends pas, pourquoi la politique d’IBK a tant de difficulté avec les élèves, les étudiants, les enseignants, disons l’ECOLE Malienne en général… ? IBK est censé être un Homme de Gauche ( bien que bourgeois )… Il se trouve que c’est généralement avec la Gauche que l’ECOLE est mieux considérée. Dans certains pays son budget est le plus important de toutes les institutions, il dépasse même celui de l’Armée. Pourquoi au Mali, l’ECOLE est considérée comme ” l’Enfant pauvre ” du gouvernement… ?

  4. Le pays est dans l’agonie, on continue à lui réclamer des sommes pharaoniques sans aucun calcul. De l’indépendance à nos jours, ce pays a connu des présidents majoritairement enseignants, avec des résultats plus que lamentables. Quelle honte!Continuez à revendiquer 100% du budget national et affaiblissez d’avantage votre État. Quand vous auriez affaibli d’avantage l’état en favorisant la prise de pouvoir des jihadistes qui supprimeront vos profils jugés occidentalistes, vous serez dans le chômage et comprendrez que les salaires modestes mais pérennes valent mieux que les sommes pharaoniques sans lendemain.

  5. Vous avez raison allez y en grève c’est très bien on verra si qui sera le perdant en tout cas pas les membres du gouvernement et leur progéniture , chacun a raison allez y du courage n’arrêtez jamais sans avoir vos 1000.000 et 75.000 de prime du courage.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here