Disponibilité des données pour l’éducation nationale : Le travail remarquable de la CPS

0

Sous la direction de Dr Diakalia Koné, la Cellule de planification des statistiques œuvre depuis près de 20 ans à mettre à la disposition des ministères de l’Education et de la Formation professionnelle des données fiables à jour

En effet, chaque année, la cellule de planification des statistiques (CPS) sous le couvert des départements concernés, organise une revue conjointe pour partager avec l’ensemble des acteurs concernés par l’école malienne, les résultats obtenus en termes des chiffres.  A travers cette revue, il s’agit aussi de présenter les réalisations de l’année et d’opérer un examen sans complaisance des facteurs déterminants y afférant, en vue de  proposer de nouvelles actions à même de créer les conditions d’un développement harmonieux de l’éducation au Mali.

La revue est organisée pour prendre en compte trois principales composantes. Il s’agit de : l’accès à l’école ; la qualité de l’éducation offerte et la gouvernance de l’éducation au Mali. Celles-ci permettront d’améliorer la qualité des enseignements et des apprentissages, d’améliorer l’accès au renforcement de la gouvernance du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle.

Le travail réalisé par la CPS a permis de relever au niveau du  fondamental I, un taux d’accès  de 71% des filles contre 82% pour les garçons à l’école. Quant au fondamental II, il est de 46% pour les filles contre 51% pour les garçons. De même, au secondaire général le taux est de 22% pour les filles contre 26,7% pour les garçons.

Ce qui donne la situation suivante, pour le fondamental I, un taux brut de scolarisation pour les filles qui passe de 70% en 2018 à 74% en 2019 contre 83 % à 86% pour les garçons. Au fondamental II, il passe de 45% pour les filles en 2018 à 46% en 2019 et reste constant à 53 % pour les garçons. Ainsi, la situation globale au niveau du fondamental I en 2018, a permis d’enregistrer un effectif de 1 339 579 filles contre 1 170 654 garçons. En 2019, il est passé de 1 218 336 pour les filles contre 1 170 654 pour les garçons. Quant au fondamental II en 2018, l’effectif des filles est estimé à 326 243 contre 376 422 pour les garçons, tandis qu’en 2019, il est de 323 284 pour les filles contre 363 094 pour les garçons.

Au niveau de l’enseignement supérieur, en termes d’effectifs, la CPS nous renseigne qu’au niveau du public, il y avait 85 284 étudiants en 2017/2018. Dans ce chiffre, les grandes écoles et les universités détenaient respectivement 9 478 et 75 806 des Universités (Source annuaire DGESRS). Les domaines associés aux Sciences Economiques-Gestion, Lettres, Langues et Arts, Sciences Juridiques et Politiques renferment à elles seules plus de la moitié des étudiants soit 64 533.

Compte tenu des résultats fort appréciables qui sont à mettre à l’actif de la CPS, le PRODEC II a prévu dans son Plan d’action pluriannuel budgétisé (PAPB) sur la période 2019-2022, des activités dont le coût total s’élève à 1 995, 440 milliards de FCFA. Ce coût est réparti en dépenses courantes à 1 671, 326 milliards de FCFA et en dépenses d’investissement à 324,113 milliards de FCFA.

En définitive, il faut retenir que ce service est un champion en termes de fiabilité et de disponibilité des données sur les effectifs au niveau de nos différents ordres d’enseignement. En somme un service pilote pour la bonne marche de notre système éducatif.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here