Reprise des cours : Les mesures barrière appliquées avec légèreté !

0

Après plus de deux mois d’arrêt des cours en raison de la covid-19, la reprise pour les classes d’examen a été effective au Mali ce mardi 2 juin 2020. Pour ce premier jour de rentrée, c’est la course au masque et au réaménagement dans les écoles.

Une pluie matinale, dans les rues, on commence à apercevoir à compte-gouttes quelques élèves tenants des cahiers en mains ou des sacs sur le dos. La plupart sont des élèves de classe de terminale ou de 9e (pour le DEF).

Durant cette première journée de rentrée scolaire au Mali, dans les écolesque nous avons eues à sillonner, c’est plutôt les réaménagements dans les emplois du temps et des salles de classe qui étaient à l’œuvre.

Dans un lycée privé de Kabala (région de Koulikoro), nous avons trouvé le proviseurdevant son ordinateur. Il est confus parce qu’il n’avait reçu aucun masque de la part des autorités. Mais il a suffi d’un coup de téléphone d’un de ses amis pour que son visage se desserre. On lui annonce la disponibilité des masques à l’Académie de Kati. « Nous n’avons reçu aucune information en amont de l’Académie nous faisant savoir la disponibilité des masques », nous explique-t-il.

En attendant l’arrivée des masques, les cours ne peuvent que continuer dans le respect de la distanciation physique, de la réduction du nombre d’élèves dans les salles de classe et de l’obligation du lavage des mains au savon. Car c’est vers 13 h que les masques pour les élèves, les enseignants et les administrateurs, sont arrivés.

Le proviseur de ce lycée privé nous précise, vers 13 h, que beaucoup de ses confrères n’avaient pas pu trouver de masques pour leur établissement.

Contacté au téléphone, Ibrahim Ag Mohamed, directeur de l’Académie d’enseignement de Kati (région de Koulikoro) dément l’information selon laquelle les administrations scolaires n’ont pas été invitées à récupérer les masques. « Nous avons appelé individuellement à chaque établissement pour leur demander de passer prendre les masques », nous précise-t-il avant de signaler que la distribution se poursuit toujours à l’académie pendant que lui-même sillonne certains établissements pour se rassurer du respect des mesures.

Au niveau des écoles fondamentales, le statu quo reste quasiment le même. Nous avons rendu visite à une école fondamentale privée de Kabala. Le directeurnous accueille dans son bureau avant que nous effectuions ensemble la visite des salles declasse pour les candidats au DEF (Diplôme d’étude fondamentale).

Occupé à remplir des dossiers, le directeur déplore l’insuffisance des masques. À l’en croire, son Centre d’animation pédagogique (CAP) a juste envoyé des masques pour les élèves et rien pour le personnel enseignant et administratif. C’est « chaque élève, un masque », comme avait promis le chef de l’État. Toutefois, pour le cas des enseignants, il nous a rassuré que le promoteur de l’établissement a promis de s’en occuper.

Quant aux kits de lavage des mains que nous avons constatés dans la cour de l’établissement, il nous confie que c’est l’établissement qui les a payés à ses propres frais.

Au téléphone, le directeur du CAP de Kalabancoro, M. Abdoulaye Koné nous fait comprendre les raisons pour lesquelles les enseignants des écoles fondamentales ne peuvent pas recevoir de masque. « Tous les directeurs qui sont passés récupérer leurs masques n’ont aucun maître permanent chez eux. Les enseignants des écoles privés font la rotation entre différentes écoles », nous confie-t-il avant de s’interroger : « A qui va-t-on remettre ces masques ? Et comment procéder à cette remise ? » Il va plus loin en indiquant surtout que beaucoup d’enseignants des écoles publiques partent dispenser des cours dans ces écoles privées. Or, tous ces enseignants sont pris en compte dans la distribution des masques.

Pourtant, au niveau secondaire, dans beaucoup d’écoles, les professeurs ont reçu des masquesalors qu’ils sont concernés par le système de rotation entre les écoles.

De passage devant le lycée public de Kalabancoro, nous avons constaté beaucoup d’amateurisme dans la mise en œuvre des mesures indiquées. Si dans la cour de l’établissement, nous avons remarqué le personnel administratif avec des masques, au parking du lycée, les élèves sont réunis en petits groupes et aucund’entre eux ne portait un masque, à notre passage.

Dans la circulation, on rencontrait également des élèves se porter sur des motos. Comme pour dire que si ces erreurs ne sont pas corrigées à temps, cette reprise des cours servira de moyen de propagation de la pandémie.

Il faut rappeler que les enseignants grévistes ont décidé de boycotter toutes les activités pédagogiques cette semaine.

F. Togola

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here