Adam Dicko, à propos des législatives 2020: «Ce que nous avons vu n’est pas rassurant pour notre démocratie»

6

La Directrice Exécutive de l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté active et la Démocratie (AJCAD) a fait le point de la participation de son organisation aux élections législatives dont le second tour s’est tenu le 19 avril dernier. Adam Dicko a animé une conférence de presse, ce mercredi 29 avril, au siège de son ONG.

200 observateurs déployés et 400 agents d’assistance électorale pour aider les citoyens à voter. La participation de l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté active et la Démocratie aux élections législatives, selon Adam Dicko, a été constante tout au long du processus électoral. Ainsi, grâce à une campagne qu’elle avait lancée, AJCAD a fait inscrire plus 106 000 personnes sur la liste électorale. L’ONG a apporté son assistance pour des cas de validation, de transfert ou de radiation de la liste électorale.

«Les élections sont un moment où le citoyen a tout le pouvoir », affirme la Directrice Exécutive de l’AJCAD. Malheureusement, dénonce-t-elle, le pouvoir de l’argent joue sur la lucidité des citoyens. «Nous avons été marqués par le pouvoir de l’argent pendant ces élections », s’indigne Adam Dicko. Et d’ajouter : «On voyait, on attendait les gens demander le changement avant les élections, mais au moment de la prise de décision, ce que nous avons vu n’était pas rassurant pour notre démocratie».

Aux dires de la conférencière, ses observateurs ont rapporté des cas où les électeurs, assis devant les centres de vote, refusent d’accomplir leur devoir civique tant que l’argent n’est pas donné. « On refuse 2000 f, quelqu’un nous a déjà proposé 3000 f on n’a pas accepté », pouvait-on les entendre discuter avec les représentants des candidats. Le poids de l’argent sur ces élections législatives était réel, selon Adam Dicko. Malheureusement, s’inquiète-t-elle «les couches qui prennent l’argent – les femmes et les jeunes – ne se doutent pas que ça se retournera contre elles».

Pour la Directrice Exécutive, le manque de confiance entre politiques et citoyens est réciproque. Autant les citoyens n’ont pas confiance aux politiques, autant les politiques n’ont pas confiance aux citoyens. Pour que ça marche au Mali, conseille Adam Dicko, il faut que chacun joue réellement son rôle: les partis politiques, la société civile y compris les médias et les autorités qui doivent sanctionner si nécessaires.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. ………..L’achat de conscience est devenu une réalité lors des élections au MALI et depuis presque 20 ans malheureusement mais, les élections ne sont une exception. Qu’entendons nous et que voyons nous lors des recrutements de policiers, gendarmes, gardes…….lors des examens DEF,BAC et même dans nos universités? L’argent passe partout et règne en maître absolu au détriment de la valeur travail, de l’excellence. Je vous : pour lire l’avenir d’un pays, il suffit de regarder sa jeunesse” Chacun de nous sait de quoi de parle. Une jeunesse sans repère, qui ne sait pas réellement ce qu s’est un vote et la majorité des hommes politiques l’a comprise. C’est un suicide collectif qui est organisé donc , la disparation pure et simple de notre pays.

  2. Mieux vaut tard que jamais ! Plutôt la masse comprendra que le Mali a une démocratie de façade, plutôt le peuple cherchera de vraies solutions à ses problèmes. Des politiciens qui ne servent que leurs intérêts et une population qui se prostitue pendant les campagnes électorales pour 1000 ,2000 ou 5000 CFA sans se soucier de son avenir politico-socio-économique. On ne peut pas continuer comme ça sinon on va droit au mur et seulement en ce moment-là le réveil sera brutal.

  3. Adam Dicko, vous N’avez pas de Democratie! Ne le Saviez vous pas?
    Le Mali joue au “Kôtèba democratique” ! C’est juste une scène de Theatre au Mali. Oui mais ça Permet a Vos decideurs de Gagner les Primes a la Democratie.
    Le Reveil sera Douloureux, si vous pensez que ces acteurs du ‘”Kôtèba” reviendront d’eux même a la Réalité.

  4. Justement pour ces élections seules ceux qui convoitaient ces 2000f sont allés voter .malheureusement, la plupart pour cause de pauvreté extrême en avait besoin.le pouvoir joue sur la misère des maliens. Ces incompétents savent que compte tenu de l extreme pauvreté ds le pays qu il n a jamais pu resoudre,les gens nécessiteux iraient voter ,quel cynisme mr bill.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here