Lutte contre le chômage des jeunes en milieu rural : PAJE-Nièta, financé par l’US AID à hauteur de 15 milliards de F CFA s’est investi dans des activités génératrices de revenus touchant 10 000 jeunes

0

En cours depuis 2010, le projet PAJE-Nièta arrivera à terme à la fin de cette année. Financé par l’US AID pour un montant de 15 milliards de F CFA, le projet s’est investi dans les régions de Sikasso, Koulikoro, Kayes et Tombouctou, où il a aidé des milliers de jeunes dans des activités génératrices de revenus. La cérémonie officielle de la clôture de la 3è cohorte du projet PAJE-Nièta dans ces différentes s’est déroulée le jeudi 6 août dernier au CICB, sous la présidence du ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Mahamane Baby. On notait également la présence de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Paul Folmsbee, du maire de la commune III de Bamako, Abdel Kader Sidibé, du directeur de l’USAID-Mali, Gary Juste, et de la directrice du projet PAJE-Nièta, Thelma Khelghati.
Le projet, financé par l’USAID pour une durée de cinq ans (2010-2015) est exécuté par Éducation développement center (EDC) et ses partenaires comme Catholic relief service (CRS), Swisscontact, Association jeunesse action (AJA-Mali) et Association pour la survie au Sahel (AMSS) en collaboration avec l’Etat malien.
Pour l’ambassadeur américain, PAJE Nièta est financé par le peuple américain à travers l’USAID à hauteur d’environ 15 milliards de F CFA, mais ce financement prendra fin à la fin de l’année 2015. Ainsi, selon madame Thelma Khelghati, directrice du projet, le but de PAJE-Nièta est que «10 000 jeunes ruraux âgés de 14 à 25 ans, déscolarisés et non-scolarisés, soient mieux éduqués, économiquement plus productifs et civiquement engagés». Pour ses activités dans les villages, le projet s’est appuyé sur un corps de volontaires, des jeunes diplômés d’université ou d’école professionnelle sans emploi, recrutés et formés par le projet.

Placé sous la tutelle du ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, le projet a débuté en septembre 2010 dans les régions de Sikasso, Koulikoro, Kayes et Tombouctou. Selon les responsables du projet, la formation des volontaires a commencé par une phase initiale de trois semaines renforcée par une série des formations ponctuelles qui leur sont dispensées à des moments opportuns tout le long de leur période d’engagement de 18 mois.

Depuis son démarrage, PAJE-Nièta a formé et engagé 309 volontaires qui sont intervenus dans plus de 220 villages où ils ont encadré plus de 14.000 jeunes et appuyé plus de 220 associations de jeunes ou comités d’association de jeunes par des cours d’éducation de base, des cours de français oral et fonctionnel.  Le projet a aussi accompagné et orienté les jeunes dans le choix d’une activité génératrice de revenus (AGR), avec des cours de formation en entreprenariat etc.

Afin d’appuyer les  plans de carrière des jeunes et faciliter leur insertion dans le marché du travail après leur service de volontariat, PAJE-Nièta fournit aux volontaires des formations en informatique, création et gestion d’entreprise, rédaction de curriculum vitae et de lettre de motivation.

Au regard des résultats encourageants du projet, le ministre Mahamane Baby a déclaré à la cérémonie de clôture que le gouvernement malien veut poursuivre la même expérience, en incitant d’autres partenaires financiers à étendre le programme de volontariat à un plus grand nombre de jeunes maliens.

Dieudonné Tembely

Commentaires via Facebook :

PARTAGER