Mariage d’après fête à Sikasso : B.S fuit à la veille de son mariage et D.C évite la honte

    2

    C’est arrivé dans la ville de Sikasso. Une jeune fille (Bintou Sanogo, âgée de 25 ans) dont la date du mariage était fixée au premier mardi d’après la fête de Tabaski, c’est-à-dire le 4 juillet dernier, a pris la poudre d’escampette la veille du jour J. Elle a donc rejeté cette union avec le sieur Mohamed Berthé (M.B) âgés de 28 ans.

    Si se marier signifie s’unir à la personne que l’on aime, pour la vie (car le mariage est bien un engagement à durée indéterminée), Bintou Sanogo ne veut pas se mettre cette corde au cou pour manque d’amour.  Elle a abandonné son futur mari à la veille du mariage. Qu’est-ce qui a pu bien se passer pour que B.S file en laissant son futur époux dans un champ de honte familiale.

    Selon une source crédible, B.S qui était une aide-ménagère à Bamako et à Médine (Sikasso ville) a refusé ce mariage, pour ne pas habiter dans un quartier lointain de la ville de Sikasso, nommé « Kamélé Sirakoro », lieu où habite le sieur M.B.

    Contacté par nos soins, pour en savoir davantage l’un des parents du marié a relaté les faits. Selon lui, au début de cette démarche matrimoniale, quand ils  avaient demandé la main de la jeune fille, la belle famille avait accepté. Tous les nécessaires pour le mariage avaient été payés et le mariage civil était même programmé pour le 4 juillet dernier. Les deux futurs mariés ont même célébré la fête de Tabaski ensemble, précise-t-il. Après la fête, « nous sommes allés faire la déclaration à la mairie pour sceller leur union. Mais, dès que cela a été fait, la mariée a pris la fuite et sa famille nous a demandés de patienter qu’ils vont la (B.S) rechercher».

    L’attente a durée plus de 72 heures. C’est ainsi que la famille du marié a opté pour un plan B, pour éviter une honte familiale. Dans cette quête de solution, les pères de Mohamed Berthé se sont réunis, dans la nuit du lundi 3 juillet pour se concerter. Au cours de cet entretien combien important pour la famille du marié, il a été décidé de trouver une autre mariée pour que non seulement le mariage soit célébré le jour indiqué, mais pour éviter une probable honte qui veut s’abattre sur leur famille.

    C’est comme cela, que les parents de M.B ont vite ciblé une autre jeune fille de 21 ans du quartier, qui a pour nom Djélika Coulibaly (D.C). La même nuit, l’émissaire est allé demander la main de D.C à ses parents. Quand la situation a été exposée à la fille (DC), celle-ci répondra à ses parents en ces termes : « Même si vous me donnez à un fou, je veux accepter, car, vous êtes mes parents et je ne peux rien vous refuser ». C’est le lendemain de la demande, c’est-à-dire le jour même de la célébration du mariage que le ok officiel de la nouvelle belle-famille a été donné. C’est ainsi que les parents de M.B sont allés remplacer le nom de l’ancienne aspirante, B.S par la nouvelle future mariée, (D.C) à la mairie.

    Pour être édifié sur cette version des faits, nous avons échangé également avec le père de Bintou Coulibaly, Ousmane Coulibaly, qui nous a relatés les mêmes faits.

    Il est à noter que certaines sources affirment que la jeune fille (B.S) en fuite aurait rejoint un jeune homme, qui lui a promis une vie de luxe, alors que ce dernier était un vendeur d’illusions.

    Lamine BAGAYOGO

    Commentaires via Facebook :

    2 COMMENTAIRES

    1. OK.Je sais que c’est notre milieu et cela se fait ainsi.Même s’il ya des problèmes après.
      Mais l’amour ou le marriage c’est pas une porte qu’on force la serrure si elle ne s’ouvre pas.
      Si une ne veut pas on engage une autre.La même semaine.Il s’agit des êtres humains.Pas 2 pigeons mâle et femelle qu’on essaie de croiser.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Leave the field below empty!