Le Directeur Général du Fafpa, Mohamed Albachar Touré : “Une jeunesse bien formée et insérée est la clef de voûte du développement, de la réduction du chômage et du sous-emploi”

1

“La formation donne la possibilité aux jeunes d’accéder à l’emploi et à l’insertion professionnelle”

Aux dires du directeur général du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (Fafpa), Mohamed Albachar Touré, les 600 jeunes seront formés en alternance, entre le Centre de formation pour avoir les connaissances cognitives en aviculture, pisciculture et embouche et les exploitations agricoles pour la phase pratique. Ensuite, ils recevront une formation en entreprenariat et à la vie association. Au terme de la formation, dira-t-il, ils auront l’appui nécessaire pour leur insertion en activité économique afin d’avoir des revenus et subvenir à leurs besoins et assurer leur épanouissement. 

Le directeur général du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (Fafpa) Mohamed Albachar Touré était très heureux au lancement de l’ambitieux projet de formation à l’intention de 600 jeunes dans les domaines de la pisciculture, de l’aviculture et l’embouche dans la Commune du Mandé.

Selon lui, l’environnement actuel est marqué par les défis de compétitivité, de la croissance et de l’emploi. Et pour relever ces défis, dira-t-il, l’un des moyens les plus sûrs est incontestablement la formation professionnelle. “En effet, la formation professionnelle agit favorablement sur la productivité et l’employabilité. Elle donne la possibilité pour les entreprises d’être compétitives et pour les jeunes d’accéder à l’emploi et à l’insertion professionnelle”.

“Il n’y a pas de doute qu’une jeunesse bien formée et insérée dans la vie active est la clef de voûte du développement économique et social, de la réduction du chômage et du sous-emploi. La situation est plus perceptible quand il s’agit de l’agriculture, secteur prioritaire de l’économie, qui offre des perspectives d’emplois encore plus importantes pour les jeunes, la plupart sans qualification préalable en agriculture”. Parole du directeur général du Fafpa.

Voilà pourquoi, le Fafpa a accepté de contribuer au financement de la formation de 600 jeunes. “C’est fort de ce qui précède que le Fafpa a bien voulu apporter son appui technique et financier au projet de formation-insertion de 600 jeunes porté par l’Association pour la formation professionnelle, l’apprentissage et l’emploi des jeunes du Mali. Cette initiative cadre parfaitement avec les priorités des plus hautes autorités qui ont placé la formation professionnelle au cœur du processus de développement du pays”, précisera-t-il avec fierté.

Dans le mode opératoire, selon le directeur général du Fafpa, les 600 seront formés en alternance, entre le Centre de formation pour avoir les connaissances cognitives en aviculture, pisciculture, embauche et les exploitations agricoles afin de les pratiquer. “Cesjeunes recevront également une formation en entreprenariat et à la vie associative et, aux termes de la formation, l’appui nécessaire pour leur insertion en activité économique afin d’avoir des revenus et subvenir à leurs besoins et leur épanouissement”, a souligné le directeur général du Fafpa.

Il a profité cette opportunité pour exhorter l’ensemble des partenaires cibles à s’investir davantage aux côtés du Fafpa dans le développement de la formation professionnelle, car, selon lui, “c’est à ce prix et seulement à ce prix que nous pouvons relever le défi de la productivité de la main-d’œuvre, de l’emploi, de la compétitivité et de la croissance”.

Il a remercié le président de l’Apcam, Bakary Togola, et le directeur général de l’Office de la Haute Vallée du Niger dont les structures jouent un rôle prépondérant dans l’atteinte des objectifs des projets de formation-insertion des jeunes.

“Je remercie également l’ensemble des maires pour la capitalisation du vivier dans les différentes communes. Quant à l’Association promotrice, l’Afpajm, tout en la félicitant pour son initiative salvatrice, je l’encourage dans la pérennité afin de permettre à un plus grand nombre de jeunes d’accroitre leur employabilité et d’accéder à un emploi décent”, dira-t-il.

“J’adresse mes chaleureuses félicitations au Centre de formation agro-pastoral Dadougoura-Niétasoba de Djoliba pour son expertise et tout son dévouement à assurer une formation de qualité aux participants. Je ne saurais terminer sans exhorter les bénéficiaires desdits projets de formation à suivre avec assiduité les présentes sessions de formation pour avoir les compétences requises et à s’insérer dans la vie active, gage certain d’accès à un emploi décent et à un avenir radieux car la terre ne ment pas”, a-t-il conclu.

       El Hadj A.B. HAÏDARA

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here