L’accord de paix entre Peuls et Dogons au Mali, une chance de neutraliser les groupes armés

6

Dans le centre du Mali, où les affrontements entre Peuls et Dogons se sont aggravés ces derniers mois, des accords de “cessation des hostilités” ont été signés par des groupes armés de chacune de ces communautés.

Des accords de “cessation des hostilités” ont été signés par des groupes armés peuls et dogons, dans le centre du Mali, alors que des attaques de groupes armés, dont les civils sont les premières victimes, ont endeuillé plusieurs villages ces derniers mois.

C’est d’ailleurs dans le cercle de Bankass – l’un des huit cercles de la région de Mopti, au centre du Mali –, où plus de 150 civils ont été massacrés en mars 2019, que l’accord de paix a été entériné, le 25 juillet dernier. Plusieurs ethnies, dont Peuls et Dogons, ont ainsi renoué le dialogue, exhortant les groupes armés à stopper la violence. L’entente a été définitivement actée à l’occasion de la visite du Premier ministre malien, Boubou Cissé, le 1er août.

Conclus par une dizaine de groupes armés peuls, et des chasseurs traditionnels dozos – composés de membres de la communauté dogon –, ces accords de paix doivent mettre un terme à des années de violences intercommunautaires qui, pour la seule année 2019, ont fait des centaines de morts.

Les groupes “s’engagent à cesser immédiatement et définitivement les hostilités, à tout mettre en œuvre pour favoriser la libre circulation des personnes, des biens et des agences humanitaires”, stipule le document, signé en présence du Premier ministre, qui a “encouragé les parties à faire la paix”, d’après ses services.

Échec des précédents “accords de paix”

“Il faut que nos actes traduisent notre volonté. Si nous voulons la paix, nos actes doivent le montrer”, a lancé le Premier ministre Boubou Cissé, en visite dans le centre du pays.

Un premier “accord de paix” avait déjà été signé il y a près d’un an, le 28 août 2018, par 34 chefs de village. Mais le texte n’impliquant pas les responsables des groupes armés qui déstabilisent la région depuis 2016 – année de naissance de la milice dogon Dan Na Ambassagou –, il avait reçu un accueil mitigé et n’a finalement fait que se fragiliser. Les violences ont alors atteint leur paroxysme le 25 mars dernier quand une centaine de miliciens dogons sont entrés dans le village peul d’Ogossagou, à 25 kilomètres du village dogon de Bankass près de la frontière burkinabè, et ont tué hommes, femmes, enfants et vieillards avant de brûler la quasi-totalité des cases du village.

À l’issue de son enquête, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), a déclaré que l’attaque avait fait au moins 157 morts, faisant du massacre d’Ogossagou le plus meurtrier qu’ait connu le Mali depuis 2012.

Deux siècles d’affrontements

Comprendre le conflit qui oppose les Peuls aux Dogons suppose néanmoins de remonter plus loin dans le temps, à la genèse de la Dîna du Macina (royaume peul) en 1818. À cette époque, les Peuls travaillent sur un renouvellement social basé sur des principes islamiques ; les Dogons, considérés comme païens (car non peuls) sont asservis.

Les relations entre les communautés s’amélioreront après la création d’un nouvel ordre permettant des alliances occasionnelles, mais il faudra attendre 1960 et l’indépendance du Mali pour que l’égalitarisme social entre Peuls et Dogons ne soit totalement rétabli, après une période de colonisation de six décennies au cours de laquelle les communautés sont écrasées et les statuts sociaux, rééquilibrés.

Dans les années 1970-1980, les Peuls pâtissent de la sécheresse. Peuple nomade de pasteurs transhumants, ils se trouvent en moins bonne posture encore que les agriculteurs dogons auxquels la préférence est donnée pour l’accès aux terres.

L’industrie touristique se développe dans “le pays dogon”, suscitant un récit selon lequel les Dogons seraient les véritables autochtones de la région. La domination peule s’érode. Les mouvements jihadistes voient alors dans la frustration de cette communauté un moyen de raviver d’anciennes hostilités.

Lutte conjointe contre les terroristes

Depuis l’émergence, en 2015, du Front de libération du Macina, mouvement jihadiste recrutant prioritairement parmi les Peuls du fait de l’histoire fondatrice du Macina dont il s’approprie l’héritage, les affrontements se multiplient entre la communauté peule et les ethnies bambara et dogon, qui créent, de leur côté, des “groupes d’autodéfense”.

Commandé, à sa création, par le Peul Amadou Koufa, le Front de libération du Macina (qui a depuis fusionné avec Ansar Dine pour devenir le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, NDLR), invite les musulmans à le rejoindre afin de lutter contre l’État malien, séduisant ainsi particulièrement les communautés peules appauvries.

Accusés d’être des informateurs et fidèles du jihad, les civils peuls, pourtant opposés dans leur grande majorité aux mouvements fondamentalistes armés, sont ainsi régulièrement pris pour cible, et des villages sont attaqués en représailles aux actions jihadistes. C’est dans ce contexte qu’est née la milice dogon Dan Na Ambassagou, accusée du massacre d’Ogossagou.

Par la signature de ces nouveaux accords de paix, groupe armés peuls et chasseurs traditionnels dozos s’engagent à “démasquer et dénoncer auprès des autorités les terroristes et au besoin, à les combattre”.

Le Front de libération du Macina, qui ne fait pas partie des signataires de cet accord de cessation des hostilités, pourrait ainsi se voir rapidement privé de nouvelles recrues peules.

La lutte conjointe contre le terrorisme pourra également permettre de mettre un terme aux amalgames (associant Peuls et terroristes, mais aussi chasseurs dozos et miliciens) dont ont trop souvent pâti les civils.

Qu’ils soient Peuls et ciblés par les milices dogons et chasseurs dozos, ou Dogons, victimes d’expéditions punitives peules, de nombreux civils ont été contraints de fuir vers les grandes villes. Dès 2016, les civils peuls fuient par milliers, principalement des régions de Ségou et Mopti, d’où proviennent l’essentiel des déplacés dans le pays. Déplacés dont le nombre est passé, selon le Bureau de coordination des affaires humanitairesdes Nations unies (OCHA), de 18 000 à 70 000 entre mai 2018 et mai 2019.

Ces dernières semaines, plusieurs centaines de personnes ont toutefois commencé à regagner leurs villages.

Avec AFP

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Continuez à jouer des fourberies et du cinéma, nous restons certains qu’avec ce comportement personne ne trouverait la solution des crises de notre très cher Mali. C’est dommage de voir des leaders qui se comportent comme des moins que rien, nous sommes dans un trou noir où prédominent le mensonge, la tricherie, le vol bandes organisées, l’égo trop fort, le favoritisme, le népotisme, le clanisme, avec ça aucune action ne peut aboutir, donc continuez à jouer le cinéma pendant que le pays continuerai à sombrer dans la misère.

  2. Nous disons et rappelons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise et ou rend heureux les honnêtes

    1)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    Tout le monde sait avec un brin d’honnêteté mêmes les tarés idiots de naissance et ceux et celles qui refusent de connaitre la vérité d’une situation d’une chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes

    *BIZARREMENT CURIEUSEMENT ÉTONNAMMENT ÉTRANGEMENT INCROYABLEMENT INVRAISEMBLABLEMENT PHÉNOMÉNALEMENT

    Partout où ont été partout où ils sont à travers le monde les diaboliques et machiavéliques soi-disant amis ennemis les Autres d’Occident et Organisations avec leurs soldats sous mandats de renouvellement en renouvellement de mandats

    Il a été et il est apparu constaté découvert enregistré noté prouvé remarqué signalé vérifié à la veille de la fin de leur mandat

    *L’ACCROISSEMENT L’AUGMENTATION L’EXACERBATION LA HAUSSE L’INTENSIFICATION LA MULTIPLICATION LE PAROXYSME LA RÉCRUDESCENCE LE REDOUBLEMENT LE RENFORCEMENT LA RECRUDESCENCE DES ATTAQUES DES CONFLITS DE TOUS GENRES TOUTES SORTES

    Aux fins de légitimer de justifier de montrer le bien-fondé de démontrer preuves à l’appui leur maintien par le renouvellement de leur mandat

    ET CELA Á RÉPÉTITION JUSQU’Á LA PARTITION LA CHAOTISATION DES PAYS OÙ ILS ONT ÉTÉ ET OÙ ILS SONT

    *Tels les cas de la Yougoslavie avec sa Balkanisation le Soudan avec sa Soudanisation l’Afghanistan l’Irak la Somalie la RDC la Centrafrique etc avec leur Chaotisation

    *Tel est le cas de leur Mali actuellement où le mandat de leurs diaboliques et machiavéliques soi-disant amis ennemis les Autres d’Occident et Organisations avec leurs soldats sous mandats de renouvellement en renouvellement de mandants

    Arrivait à expiration le 27 juin 2019 dernier

    *Ainsi on assista aux massacres aux tueries aux assassinats aux zigouillages aux manchettements aux éventrations aux étripages aux amochages aux écharpements aux écloppements aux braisages aux calcinations à Hèrèmankono dans le cercle de Niono le 13 Mai 2019 et d’Ogossagou dans le cercle de Bankass dans la région de Mopti le 23 Mars 2019

    PAR DES LASCARS DES CANAILLES DES VOYOUS DES HORS-LA-LOI DES SCÉLÉRATS DES BANDITS DES COUPES-JARRET DES FRIPOUILLES DES ZIGOUILLEURS

    QUI PORTAIENT DES DÉGUISEMENTS DES CAMOUFLAGES DES MASQUAGES DES FARDS DES MASQUES DES FROCS DES ACCOUTREMENTS DOZO

    *On assista également aux massacres aux tueries aux assassinats aux zigouillages aux manchettements aux éventrations aux étripages aux amochages aux écharpements aux écloppements aux braisages aux calcinations à Sobane-Da dans la nuit du 9 au 10 juin 2019 et dans les villages de Yoro et Gangafani dans la nuit du 17 au 18 juin 2019

    PAR DES LASCARS DES CANAILLES DES VOYOUS DES HORS-LA-LOI DES SCÉLÉRATS DES BANDITS DES COUPES-JARRET DES FRIPOUILLES DES ZIGOUILLEURS

    QUI ÉTAIENT ENCAGOULÉS MASQUÉS ENCAPUCHONNÉS ET PARLAIENT PEUL POULAR FOULA

  3. 2)Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes ayant un amour profond pour leur Mali

    *Ainsi tous ces massacres tueries assassinats zigouillages manchettements éventrations étripages amochages écharpements écloppements braisages calcinations

    PERMIRENT DE LÉGITIMER DE JUSTIFIER DE MONTRER LE BIEN-FONDÉ DE DÉMONTRER PREUVES Á L’APPUI

    *Leur maintien par le renouvellement de leur mandat qui fut effectif d’une part

    *Et leur avancé leur redéploiement dans la région de Mopti d’autre part et qui fait partie du Bassin Sédimentaire de Taoudéni (riche en Terres Rares Pétrole Gaz autres minerais Eau potable Souterraine Intarissable Energie Solaire le Proche et le Moyen Orient à Portés de Missiles)

    *ET UNE ACCALMIE UNE DÉSCALADE UNE ÉCLAIRCIE UN APAISEMENT APPARENTS

    S’en est suivi le temps nécessaire leur permettant de BIEN INSTALLER LEURS DIFFÉRENTS BASES Á TRAVERS LA RÉGION DE MOPTI

    *Après quoi vous assisterez

    Á la reprise des multiples conflits entre communautés

    Et à l’entrée en action des Voyous de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux Islamistes maintenant Extrémistes Violents de Satan pour l’Avènement de leur Nouvel Ordre Mondial Satanique

    POUR LA MOPTISATION DE VOTRE MALI APRÈS SA KIDALISATION

    *Ainsi insidieusement minutieusement fourberie-ment perfidement sournoisement les diaboliques et machiavéliques soi-disant amis ennemis les Autres d’Occident et Organisations de votre Mali avec leurs soldats sous mandats de renouvellement en renouvellement de mandants

    TISSENT LEUR TOILE TELLE UNE ARAIGNÉE POUR LA KIDAL-MOPTI-GAO-MACINA-TAOUDNI-MÉNAKA-BASSIN-SÉDIMENT-TAOUDÉNI-SATION DU MALI

    *Nous sommes DANS UNE COMPÉTITION MONDIALE ÉCONOMICO POLITICO MILITARO RELIGIEUSE RACIALE OÚ TOUS LES COUPS SONT PERMIS SANS AUCUN ÉTAT D’ÂME POUR FAIRE MAL DÉTRUIRE ASSERVIR SOUMETTRE DÉPOSSÉDER

  4. 3)Nous leur disons et rappelons

    *Quel que soit les accords les réunions les marches de paix que Les dogons de Ginna Dogon et les peuls de Dan Nan Ambassagou et les autres associations dogons et peuls vont faire

    Même s’ils font des prières pour la paix même s’ils enterrent leurs sabres leurs fusils leurs manchettes leurs arcs leurs sawru-gaynaako de guerre

    Même s’ils mangent le Fakoye le Komboïri l’Oro-ninê le Nama-Dimjnê l’Eg-Hajira de la paix

    Les conflits intercommunautaires vont continuer

    *Leurs diaboliques machiavéliques soi-disant amis ennemis les Autres et Organisations avec leurs soldats sous mandats de renouvellement en renouvellement de mandats

    vont toujours utiliser se servir de collabos et traites masqués encagoulés troquant des habits dozo ou peuls ou parlant peul poular ou foula

    tels ils l’ont fait avec les indiens des Amériques du Nord les sami en Europe du Nord les arborigènes d’Australie

    tels ils le font actuellement dans les autres pays du G5 Sahel et les autres pays africains au Sud du Sahara pourvus de Bassins Sédimentaires (Tchad Niger Burkina Cameroun Nigéria RDC Centrafrique etc)

    4)Nous disons et rappelons alors et insistons

    *S’ils ne sont pas des dogons et des peuls mutés ils doivent avoir reçu les savoirs les connaissances de haut dégré enseignés dans le Bois tard dans la nuit de la part des maitres et maitresses qui avaient un sens aigu de l’observation

    Ainsi dès qu’il y a une attaque dans un village ils doivent pouvoir s’y « TÉLÉPORTÉ » en une minute et bombarder les collabos et traites masqués encagoulés d’armes bactériologiques et virologiques très efficaces et fatales
    « LE COROTÈ ou COROTI »

    *Mais s’ils ne sont que des dogons et des peuls mutés ils doivent exiger

    Du lettré mutant président politiguimôgo sybarite le Marco Polo malien choix de la France-Afrique un fou du Mali un ami d’un parrain des parrains de la mafia un charlie de 1ère ligne de la lutte anti-Mohamadanne et un des principaux responsables de la déliquescence de son Mali

    Ambassadeur et Chef Suprême Africains des Pleurs de la Bouffonnerie de la Joyeuseté de la Bouffonnade de l’Arlequinade de la Plaisanterie de la Cocasserie de la Comique de la Musique de l’Art du Patrimoine et de la Photographie

    Son gouvernement de malins et malines lettrés mutants et mutantes « Du Mali d’Abord devenu Ma Famille d’Abord » puis « Des Boubou-Ni Après »

    D’être à Kidal sur les champs de batailles aux fronts de combats avec l’état-major militaire et les forces militaires pour libérer Kidal et le nord de leur Mali des ennemis venus de l’extérieur et des touaregs collabos

    *Ils doivent également exiger que

    Les lettrés mutants et mutantes députés « Anticonstitutionnels Avariés Frelatés Périmés donc Impropres à Voter des lois »

    soient basés à Mopti avec l’état-major de la gendarmerie et les gendarmes et seront aux fronts de combats contre les ennemis internes tel Amadou Kouffa le mécréant du Macina et sa troupe de mécréants

    Et le départ immédiat de toutes leurs zones de leurs diaboliques machiavéliques soi-disant amis ennemis les Autres et Organisations avec leurs soldats sous mandats de renouvellement en renouvellement de mandats

  5. 5)Nous disons et rappelons

    *Ainsi rassurées par leur présence qui traduit l’unité des gouvernants à leur côté
    Les populations concernées vont dénoncer les ennemis et collabos des ennemis infiltrés en leur sein qui devront être immédiatement mis hors d’état de nuire sans aucun état d’âme

    En leur appliquant le Droit de l’Homme Asymétrique la Convention de Genève du 27 juillet 1929 Asymétrique et la Charia Asymétrique qui consistent à les interroger et dans les 12 heures après les conduire dans un champ de tir et les faire exploser sur des mines artisanales fabriquées à partir d’engrais frelatés comme ils aiment bien le faire aux maliens et maliennes

    Sans quoi aucun habitant aucune habitante des zones concernées ne prendra le risque de dénoncer de balancer de moucharder de livrer des ennemis infiltrés

    Par ailleurs tout malien ou toute malienne quel que soit son âge son ethnie sa position sociale qui s’opposera à leur présence à Kidal et à Mopti doit être immédiatement tué sans aucun état d’âme car ennemi de leur Mali et collabo des ennemis de leur Mali

    C’EST CELA LA TECHNIQUE DE LA GUERRE ASYMÉTRIQUE DES GOUVERNANTS POUR CONTRER ET REMPORTER LA VICTOIRE CONTRE LA GUERRE ASYMÉTRIQUE IMPOSÉE PAR LES ENNEMIS

    *Dans la guerre classique ou conventionnelle les gouvernants peuvent ne pas être aux fronts de combat et même être en exil et gagner la guerre contre les ennemis qui occupent leurs pays

    *Dans la guerre asymétrique les gouvernants doivent être obligatoirement aux fronts des combats et en contact avec les populations des zones occupées pour gagner et sortir victorieux

    *MALHEUREMENT LES GOUVERNANTS DES PAYS CONFRONTÉS Á LA GUERRE ASYMÉTRIQUE SE COMPORTENT COMME S’ILS ÉTAIENT DANS UNE GUERRE CONVENTIONNELLE

    Raison pour laquelle aucun des gouvernants des pays confrontés à la guerre asymétrique n’a encore gagné n’est encore sorti victorieux de la guerre asymétrique et n’en sortira jamais victorieux

    C’est toujours et se sera toujours l’émiettement la partition la dislocation la Chaotisation

    tels en Yougoslavie le Soudan Afghanistan l’Irak la Somali la RDC la Centrafrique etc

    Et tel actuellement le Mali

    *Ainsi ils consteront immédiatement de visu à la fin des soi-disant attaques intercommunautaires

    *Ainsi la paix l’attente l’harmonie le vivre ensemble qui régnaient avant l’arrivée de leurs diaboliques machiavéliques soi-disant amis ennemis les Autres et Organisations avec leurs soldats sous mandats de renouvellement en renouvellement de mandats

    Deviendront comme auparavant une réalité quotidienne

    Et le développement deviendra ainsi une vraie réalité

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here