La compétence au féminin : Que de paris gagnés en un an par la Ministre Domani Doré.

0

Après la démission du Premier ministre Mohamed Said Fofana en Janvier 2014, un nouveau gouvernement a vu le jour avec une reconduction qui a surpris plus d’un. Une nouvelle équipe gouvernementale rapidement formée parce que le changement est une course contre la montre pour un pays qui essaye de se relever de la plus grande crise de son histoire contemporaine après les incidents malheureux du 28 Septembre 2009 et les affrontements des dernières présidentielles. Le gouvernement de mission, second de la 3ème  République incarnée par le Président Alpha Condé a ainsi vu le jour.

Une équipe naturellement composée «d’anciennes têtes», mais aussi de nouveaux challengers. Et l’ancien «Ministère de la Jeunesse et des Sports» est scindé entre le Ministère de la Jeunesse et de l’emploi des jeunes, et le Ministère des Sports dont les rennes sont confiés à une ”novice” pleine d’ambitions : Mme Kéita Domani Doré , directrice de campagne d’alors , du parti présidentiel ( RPG).Elle devient donc la plus jeune ministre de l’histoire du pays pour avoir été nommée à 28 ans.

Cette jeune leader politique (candidate aux législatives de 2013), donc une femme de terrain, prend vite la mesure de ses responsabilités et impulse une dynamique nouvelle au sport Guinéen qui prend un nouvel élan vers la performance tant souhaitée.Femme de terrain , elle était impliquée dans plusieurs actions sociales à travers le territoire de la Guinée-Conakry.

Dès le lendemain de sa prise de fonction, Domani Doré consacre sa première audience aux hôteliers et agences de voyages évoluant sur les chantiers du sport. Une première dans l’exercice du métier et  le premier signe de rupture. Consciente que les départements partenaires sont aussi des acteurs majeurs dans la promotion et le développement du sport, la Ministre Doré a alors eu la clairvoyance de s’assurer de l’accompagnement de l’APSG (Association de la Presse Sportive de Guinée).
A la suite de cette  action, Domani multiplia les rencontres avec les acteurs incontournables du développement des sports, notamment le Comité National Olympique et Sportif Guinéen (CNOSG) et la Fédération guinéenne de football (FEGUIFOOT). Deux instances qui pèsent lourd dans le management du sport dans le pays d’un panafricaniste convaincu, Feu Sékou Touré père de l’indépendance. Les infrastructures sportives ne sont pas elles aussi restées en marge de la série de visites.

Après l’assurance de ces partenaires précités, place donc au travail. C’est ainsi, que la Ministre Doré a commencé par honorer sa parole en dotant certaines Fédérations sportives nationales de sièges indispensables à la bonne administration des disciplines concernées. Cela grâce à la communication diplomatique qu’elle avait entamée avec les ambassadeurs accrédités en Guinée tels que la Chine , l’Afrique du Sud ou Cuba. La Ministre Doré a fait sien cet adage en s’attaquant courageusement au dossier de projet de construction du palais des sports de Guinée dès sa prise de fonction.

Cette décision restera applaudie par la majorité du mouvement sportif guinéen largement associé à cette volonté politique. D’ailleurs elle a mis en avant les difficultés de son département lors du démarrage des play-offs en Avril dernier en ces termes :”On ne peut pas espérer tout de l’État. Mais le rôle de l’État que je représente aujourd’hui, c’est comment inciter le privé à faire confiance aux fédérations pour les accompagner. Pour ma part, je fais de mon mieux. Je mets la main à la pâte, je m’emploie ici et là. Nous faisons tout, en tant que tutelle, pour promouvoir ces compétitions nationales”

Par la suite, le Ministre a entamé une série de visites dans les régions pour s’enquérir des réalités du terrain au niveau des services déconcentrés relevant du Département, notamment à Labé, Kankan et N’zerekoré. Elle y était en compagnie  des responsables de la CAF et la FIFA qui ont visité les installations sportives de la Guinée capables d’abriter une CAN.  Au cours de ces visites, la Ministre des Sports a échangé avec le Mouvement Olympique et Sportif sur la nouvelle vision du Département conformément à la feuille de route du gouvernement de mission dont elle est membre  .Elle a aussi partagé les préoccupations des acteurs du sport en leur indiquant souvent les voies à suivre, notamment la prise d’initiatives de rentabilisation pour mieux soutenir les efforts de l’Etat dans le fonctionnement des dites infrastructures.

Autre chantier et non des moindres, l’élaboration d’une Politique Nationale de Promotion du Sport Guinéen approuvée à l’unanimité. La finition du stade de Nongo de la capitale Conakry, reste une priorité pour la benjamine du gouvernement guinéen qui aimerait désengorger les rencontres du Stade eternel du 28 Septembre, complexe sportif de référence dans le pays. Elle a aussi à son actif une rénovation salutaire : celle du  Stade de la mission à Kaloum qui est en pleine extension. Une action appréciée par la jeunesse du quartier et du pays qui se retrouve en la personne de la ministre, qui arrive à faire des actes concrets malgré sa jeune expérience des questions sportives en début 2014. 5 milliards de francs guinéens (environ 5 millions CFA) et pour un délai d’exécution de 2 mois ont été injectés.

La coopération bilatérale mise à contribution
Grâce aussi à l’accompagnement du Ministère des Sports, la Guinée a su faire face au Virus Ebola . Les matchs éliminatoires de l’équipe du Syli National suspendues en terre guinéenne, le Maroc a bien voulu du «donner et du recevoir». Autrement dit , la Guinée y a effectué une partie de ses rencontres avant que la sécurité sanitaire soit de mise du côté de Conakry. Malgré cette dure épreuve, l’équipe senior se qualifie pour Malabo 2015: mieux les cadets ont suivi avec un rendez-vous attendu au Niger en Février prochain. Ce soutien du royaume chérifien montre bien que la diplomatie sportive est une stratégie que maitrise parfaitement Mme la ministre.

Les liens entretenus avec les représentations diplomatiques permettent à la Guinée d’avoir une politique sportive très forte. Avec La Chine , le soutien a été total pour finaliser le Stade de Nongon tandis que Cuba vise un autre secteur : la formation. Lors d’une audience avec Domani Doré, l’Ambassadeur s’est engagé à soutenir le sport guinéen dans le cadre de la formation médicale de l’encadrement technique des équipes de toutes les disciplines sportives. L’Afrique du Sud compte montrer la voie au vu de son expérience reconnue en matière d’organisation de compétitions sportives d’envergure mondiale (Mondial 2010, CAN 2013 , CHAN 2014). Autant d’actions prouvant que la diplomatie sportive de la ministre Domani Doré porte ses fruits.


Obligations de Résultats sportifs atteinte !

Domani Doré aura fait la différence en 2014 avec les qualifications à l’arrachée des sélections de Guinée. Malgré les frustrations et brimades subies par les délégations lors des rencontres dans certains pays au prétexte du Virus Ebola , la marche en avant de la fille de Lola, ce fut la Guinée Equatoriale qui a retenu l’attention avec l’équipe A qui a eu son mot à dire  dans la poule de la mort où elle le Syli national a accroché des pays qui étaient déjà candidats à l’organisation de la CAN : La Côte d’Ivoire ( CAN 2021) et le Cameroun (CAN 2019).Son management a été à, la hauteur avec le versement des primes dans les délais.Elle s’est entourée pour la circonstance des principaux acteurs du football local comme Antonio Souaré qui a été impliqué.La sélection ayant un bus scolaire à sa disposition , il a pris les devant pour l’acquisition d’un plus approprié répondant au normes favorables à une équipe de football.

 

Il est important de préciser que la Guinée était en lice pour organiser l’édition de 2019 mais finalement ,se voit attribuer la CAN 2023. Cette première est le fait marquant du séjour de Mme Keita Domani Doré à la tête du sport 224.Quatre villes ont été retenues pour abriter la compétition : Nongo, Kankan, Labé et N’zérékoré.Cela prouve que les arguments avancés par le dossier que défendait la plus jeune ministre de la Guinée ont été plus que convaincants.

Ce vendredi 19 Septembre qui a vu la proclamation de cette nouvelle inespérée sera gravée dans la mémoire de la patronne du sport en Guinée qui a prouvé à ses détracteurs sa maturité à gérer au plus haut niveau les questions sportives. Bien sûr ce travail d’équipe est aussi à l’actif des responsables sportifs de guinéen dont le lobbying a eu raison de la commission chargée de valider les candidatures pour abriter la fête du sport roi en Afrique.

Le partenariat Public-Privé (PPP) est aussi un cheval de bataille pour la Ministre Doré. Si le virus EBOLA a gelé les activités économiques, le rêve est parmi en 2015. Les actions de Domani Doré ne sont pas passés inapercus.la 4ème édition de « Guinée Music Awards » le 06 Décembre dernier à Conakry, Madame le Ministre des Sports, Domani Doré a été distinguée non seulement pour son mérite et ses efforts dans le cadre du rehaussement de son département mais aussi, pour sa disponibilité envers les hommes de culture guinéens.

 

Pourtant, elle avait été sacrée meilleur espoir féminin 2012 pour son engagement citoyen et ses actions remarquées dans le monde événementiel. Une période à laquelle on ne luit ne prédisait aucune carrière politique notamment ministérielle. Et de quelle manière, elle a finalement relevé les défis étant donné que le foot n’est pas la seule discipline au cœur de sa mission car tous les sports sont traités malgré la prédominance du ballon rond. Son destin était tout tracé dira t’on ………

Idrissa Keita

Commentaires via Facebook :

PARTAGER