Mossa Ag Attaher: «La rencontre des chefferies traditionnelles doit contribuer à la paix et la sécurité»

2

Du 8 au 9 octobre prochain, l’ensemble des chefferies traditionnelles du Mali se retrouvent à Bamako pour parler de sécurité, de paix et de développement.

L’évènement est parrainé par le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Mossa Ag Attaher, qui a bien voulu nous accorder hier un entretien pour évoquer les enjeux de cette rencontre et le rôle que jouent les chefferies dans la pacification de notre pays

L’Essor : En tant que parrain, quelle signification donnez-vous à cette rencontre ?

Mossa Ag Attaher: La tribu Kel Ansar regroupe l’ensemble des Kel Ansar du Mali, particulièrement dans la Région de Tombouctou. C’est une grande tribu dont le chef est engagé, depuis des années, pour le retour de la paix, pour la cohésion sociale et la réconciliation entre les Maliens.

La tribu organise cette grande rencontre qui va réunir, du 8 au 9 octobre 2022 à Bamako, toutes les chefferies traditionnelles et coutumières de toutes les régions et du District de Bamako. Les chefferies d’autres pays, notamment la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger et la Libye, y sont invitées. L’objectif principal de cette grande rencontre est d’impliquer ces chefferies transitionnelles et coutumières pour une contribution positive à la construction de la paix.

Il s’agit de leur demander des contributions afin d’accompagner tout le processus de paix, toutes les initiatives que notre pays mène pour la paix. C’est pourquoi j’ai accepté, à la demande du chef de la tribu Kel Ansar, de parrainer cet évènement qui est placé sous la haute présidence du chef de l’État.

L’initiative cadre parfaitement avec la vision du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, et vient renforcer les actes qu’il a posés pour la reconnaissance des chefferies. Il n’y a pas longtemps, il a doté tous les chefs de tribu, de village, de fraction… de l’emblème de l’état et des certificats. Nous avons le devoir d’accompagner cela et c’est pourquoi nous avons décidé de parrainer cet évènement. En le faisant, nous apportons notre soutien moral mais également notre contribution.

L’Essor : Le thème retenu est : « la sécurité, la paix et le développement ». Quelle corrélation entre ces trois concepts ?

Mossa Ag Attaher: Ces trois concepts sont exactement ceux dont notre pays a le plus besoin aujourd’hui. Nous avons besoin de paix, mais nous savons qu’il n’y a pas de paix sans sécurité et il n’y a pas de sécurité sans développement. Donc, la corrélation entre ces trois concepts est naturelle. Ouvrir le débat sur les problématiques de paix et interroger nos chefferies traditionnelles sur leurs propositions pour renforcer la paix ; je pense que c’est très bien réfléchi. Interroger les mêmes entités sur les questions de sécurité, est aussi pertinent. Parce que l’insécurité dont nous souffrons aujourd’hui, ne relève pas seulement de notre pays.

Nous vivons une insécurité partagée avec tous les pays voisins et même au-delà. Tous ceux qui viendront à Bamako, souffrent d’une manière ou d’une autre du manque de sécurité et des enjeux de la paix que nous vivons ici au Mali.

Quant au développement, je pense que c’est l’aspiration profonde de toutes nos populations. Donc, poser le débat, l’ouvrir en ces termes en mettant le curseur sur les aspects les plus importants aux yeux de nos populations, c’est-à-dire retrouver la paix, la sécurité et être engagé profondément dans les actions de développement. Je pense qu’on ne pouvait pas avoir meilleur thème pour cette grande rencontre.

L’Essor : Cette rencontre n’est-elle pas une opportunité pour définir un mécanisme clair permettant aux chefferies traditionnelles de participer pleinement à la pacification de notre pays et, plus globalement, à l’édification du Mali nouveau ?

Mossa Ag Attaher : Les chefferies traditionnelles ont un rôle très important à jouer dans notre pays. Elles sont d’abord le prolongement de l’état et, très souvent, les représentants indirects de l’état là où celui-ci est absent. Elles ont également un rôle auprès de la population, parce qu’une communauté bien organisée est une communauté qui écoute son chef, le suit et l’accompagne. Et un bon chef de tribu ou de village, c’est celui qui prend en compte les préoccupations des communautés au nom desquelles il est choisi ou il est élu.

Je pense que les chefferies traditionnelles sont déjà d’un grand apport pour l’État dans la gouvernance, dans les questions de sécurité et de développement. Nous allons saisir cette opportunité pour leur demander de s’engager davantage. Ces chefferies font déjà beaucoup. Par exemple, il y a beaucoup de zones dans les régions du Nord ou du Centre où il n’y a pas l’état. Mais il n’y a pas une zone où il n’y a pas un chef de village.

Il s’agit pour nous de demander à l’ensemble de ces chefferies de s’impliquer là où il n’y a pas l’état et d’augmenter dans leur implication là où l’état existe pour qu’une complémentarité constructive se fasse entre les actions de l’état et l’engagement des communautés à la base.

À cet égard, je tiens à remercier les chefferies pour le travail qu’elles font tous les jours pour soutenir l’état dans ses actions de recherche de sécurité, de paix et de développement. Une zone sécurisée, c’est une zone où il y a une collaboration directe et étroite entre les services de défense et de sécurité et les populations. Et pour mieux coordonner cette coopération entre les services de sécurité et les populations, faudrait-il qu’il est des chefs traditionnels qui organisent cela en amont et qui facilitent la collaboration et la complémentarité.

L’Essor : L’évènement est annoncé comme celui de tous les espoirs d’un Mali réconcilié. À quoi peut-on s’attendre au sortir de cette rencontre ?

Mossa Ag Attaher : Le premier acquis de cette rencontre, avant même qu’elle ne se tienne, c’est le fait de réunir à Bamako toutes les chefferies traditionnelles et coutumières de notre pays. C’est un grand pas pour la paix qu’elles se rencontrent déjà, se connaissent, discutent ensemble des problématiques communes et se donnent la main pour aller à la recherche de solutions.

Le deuxième acquis, c’est que la rencontre, si elle se concluait par un engagement ferme et solennel de l’ensemble des chefferies traditionnelles à aller dans le sens de ce que je viens de décrire, c’est-à-dire accompagner l’État et les forces de défense et de sécurité dans leurs actions et être des intermédiaires fiables entre les représentants de l’État et les populations, elle aura alors contribué efficacement à la dynamique dans laquelle le gouvernement de transition est engagé.

L’autre chose est que cette rencontre est une symbolique forte. Rarement, de telles occasions se créent. Que toutes nos chefferies se retrouvent, avec des chefferies de la sous-région, pour discuter des questions de paix et de développement, je pense que cela est une symbolique importante au regard du contexte actuel où ce n’est pas toujours facile avec certains de nos voisins. Mais nos chefferies démontrent qu’elles peuvent transcender les difficultés qui existent et être même des ponts entre nos décideurs respectifs pour dépasser les difficultés du moment.

L’Essor : Avez-vous un message à l’endroit des chefferies traditionnelles et des populations ?

Mossa Ag Attaher : Je tiens à encourager le chef de la tribu Kel Ansar à persévérer dans ce sens. C’est au prix de l’effort, des initiatives, du dialogue que nous pouvons atteindre les objectifs de paix, de sécurité et de développement. Nous fondons un grand espoir sur cette rencontre et nous attendons des chefferies qu’il y ait un débat ouvert, que cette rencontre soit l’occasion d’interaction positive et de contribution positive au bénéfice de la paix et de la sécurité. Par ailleurs, je pense que cette rencontre s’adresse surtout à la population malienne.

J’invite l’ensemble des Maliens à croire à la possibilité de la paix. L’espace du possible dans le cadre de la paix est infini. Il s’agit pour nous de le saisir, de le travailler et de nous mettre ensemble. Il n’y a pas d’autre choix. à l’instar de ce que les chefferies vont faire pendant cette rencontre, c’est à l’ensemble du peuple malien d’être dans cet élan, un élan de rencontre, de brassage et de complémentarité.

Propos recueillis par

Issa DEMBÉLÉ

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Yes. We all must contribute to development of tolerance plus security while all contribution have meaningful value.
    We must as soon as possible establish laws that tolerance or others righteous disposition will be shaped around. This include consideration to culture plus religion but key is our consideration to those entities should not prevent us from suitably evolving our security plus living conditions. We must be greater good practical.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. plus de pouvoir pour les chefferies refonder le mali (c’est organe de décision) elir un grand chef par l’intermédiaire des chef de village revenir au mali avant colonisation et surtout virer tout les cafard du pouvoir incompétent tout le monde millitaire politique russe français chinois etc

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here