Création d’une zone de défense et de sécurité dans le Gourma par la CMA : Les tensions ravivées entre les autorités maliennes et l’ex- rébellion

2

L’annonce de la création d’une zone de défense et de sécurité dans le Gourma par la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), un groupe armé signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu des pourparlers d’Alger, a ravivé les tensions entre les autorités maliennes et l’ex- rébellion. Cette décision de la CMA, selon les autorités maliennes, est une transgression du cessez le feu entre les parties et une flagrante violation des dispositions des articles 17, 25 et 29 de l’Accord. Le gouvernement malien invite la CMA à revisiter sa position et demande un arbitrage de la médiation internationale. La CMA, quant à elle, persiste et signe que cette zone militaire existait et relevait de la zone de haoussa. « La seule nouveauté est que la zone devient autonome vis à vis du haoussa et dépend directement de l’état-major général de la CMA », selon l’ex- rébellion.

 

Une semaine après que la Coordination des Mouvements de l’Azawad ( CMA) a annoncé la création d’une zone de défense et de sécurité dans le Gourma, les autorités maliennes ont protesté, dans un communiqué, le 5 février dernier, contre « une transgression du cessez le feu entre les parties et dont les clauses les engagent à conserver leurs positions » et une flagrante violation des dispositions des articles 17, 25 et 29 de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali  issu du processus d’Alger relatives aux questions de défense et de sécurité. Selon les autorités maliennes, cette décision unilatérale de la CMA est de nature à susciter des interrogations et des suspicions au moment où les parties se sont engagées à tenir une concertation de niveau décisionnel pour finaliser la phase d’intégration du dernier groupe des ex-combattants issus des bataillons du Mécanisme Opérationnel de Coordination(MOC) dans les centres de formation.  Le gouvernement malien demande ainsi à l’ex- rébellion à « réviser sa position » et invite la médiation internationale à se pencher sur la question conformément aux dispositions des paragraphes 7 et 9 du Pacte pour la paix au Mali.  Le gouvernement malien a condamné fermement cette décision qui, de son avis, fragilise le processus de paix dans un contexte de recrudescence des attaques des groupes terroristes dans le Gourma où se déroulent les opérations « MALIKO et ECLIPSE » en collaboration avec les forces partenaires, notamment Barkhane et la force conjointe du G5-Sahel. Pour le gouvernement malien, la décision de la CMA est également de nature à compromettre les résultats probants obtenus sur le terrain dans la lutte contre le terrorisme au Mali et dans le Sahel .

« La zone militaire existait et relevait de la zone de haoussa », selon la CMA
Ce « recadrage » des autorités maliennes n’a pas plu à l’ex- rébellion qui, dans un document signé le 5 février par son porte-parole, Mohamed Elmaouloud Ramadane, estime que la réaction des autorités maliennes contient « des fausses informations » par rapport à la création d’une nouvelle zone militaire de la CMA dans le Gourma. Selon la CMA, les allégations du gouvernement malien sont « fondées sur des passions et sous la pression de la rue au détriment de la vérité du terrain. » « La Coordination des Mouvements de l’Azawad exprime toute son indignation, son étonnement et sa préoccupation face à des telles réactions pour les moins surprenantes et non constructives du gouvernement au moment où les parties prenantes au processus de paix se préparent avec l’aide de la communauté internationale à tenir une rencontre de niveau décisionnel et une autre rencontre du CSA pour une première fois à Kidal », lit-on dans le communiqué de la CMA. L’ex- rébellion ajoute que « la zone dite de Gourma n’est pas une création nouvelle , depuis la signature du cessez-le-feu du 23 Mai 2014 et bien avant la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation , cette zone militaire existait et relevait de la zone de haoussa(rive gauche du fleuve de Gao). » La seule nouveauté, selon elle, est que la zone devient autonome vis à vis du haoussa et dépend directement de l’état-major général de la CMA . Une réorganisation qui s’inscrit, de son avis,  dans le cadre de la redynamisation de la CMA en vue de protéger et de sécuriser les populations de cette zone laissées pour compte et pour mieux coordonner avec les forces internationales et nationales y compris les FAMAs ( militaires maliens) et la plateforme. Pour la CMA, les FAMAs ont maintes fois et de façon répétitive violé le cessez-le-feu en faisant des opérations militaires et des patrouilles unilatérales procédant aux fouilles et aux arrestations des paisibles citoyens Azawadiens dans des Zones sous son contrôle, en occupant le terrain en dehors des mécanismes de L’APR/D’Alger sans que cela suscite ses réactions, la dernière en date concerne l’incursion des FAmas à Razelma sans concertation et sans préavis . L’ex- rébellion a condamné « les accusations à peine voilées, distillées avec subtilité dans le communiqué du gouvernement insinuant que sa présence dans la Gourma serait un handicap à la lutte contre les terroristes alors même qu’elle gêne et empêche en premier lieu les mouvements et la fixation des terroristes. »  Elle a réitéré « son attachement au cessez-le-feu signé le 23 Mai 2014 à Kidal et aux arrangements sécuritaires qu’elle a signés » et invité « le gouvernement malien à s’inscrire exclusivement et de façon diligente à la construction de la paix et de la confiance, gage de la réussite d’une bonne mise en œuvre de l’accord . »

Une centaine de terroristes ont été tués et une vingtaine d’autres capturés lors d’une opération militaire conjointe franco-malienne menée en janvier dans le centre du Mali. Dans son dernier rapport sur la situation au Mali, Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies, a fait savoir qu’au cours du dernier trimestre, les Forces de défense et de sécurité maliennes, les forces internationales, la MINUSMA et les groupes armés signataires ont essuyé 35 attaques asymétriques. « 55 % d’entre elles se sont produites dans le nord du Mali, dont 14 % dans la région de Kidal, 33 % à Tombouctou et 8 % à Gao. »

M. K. Diakité

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. La CMA, Celui même qui est terroriste, les gens de CMA sont de minoritaires dans leurs propres familles touaregs, il faut qu’ils cesser de provocation sinon ils seront regretter par la population malienne trop c’est trop ils sont complices mêmes avec les médiateurs aucun pays membre de médiatiateur n’a condamné le propos de CMA donc pour moi ce complices .

  2. L’objectif de la CMA est de protéger ses complices terroristes puisque c’est la CMA qui, profitant de son statut de signataire intouchable, alimente en armes et munitions les groupes terroristes partout elle se trouve. Une source de revenue pour ce groupe de rebelles terroristes: vente d’armes, braquages et vols de bétails.

    Sinon cela fait 8 ans que l’accord d’Alger patauge et à chaque fois les complices internationaux accusent le gouvernement de tous les maux et jamais on ne les entendra dire que les rebelles sont les principaux facteurs de ce blocage. Sous IBK, ils ont visé des généraux maliens mais malheureusement pour eux les colonels mieux aguerris ont pris le contrôle pour nous éviter le pire.

    La zone du Gourma est une zone de traffic d’armes vers le sud en passant par Mopti.
    Les armes descendent du Nord vers le sud à travers le Gourma et les frontières.

    Mais à raison de la présence de plus en plus marquée des forces militaires au niveau des frontières, maintenant l’objectif des rebelles terroristes c’est de desserrer l’étau sur Boni, Boulkessi, Mondoro, douentza, Hombori afin de continuer les traffics illégaux.

    Barkhane n’attaquera jamais les rebelles CMA qui sont identifiés comme des bons terroristes, et ça ces derniers le savent très bien. Sinon les drones les voient très bien se déplacer mais les frappes n’auront jamais lieu si on les identifie comme des rebelles de la CMA jusqu’à ce qu’ils viennent pilonner les camps militaires en toute tranquillité.

    Cela fait 8 ans que ça se passe comme ça.
    On a toujours dit à nos gouvernants de former et d’équiper nos soldats en armes conséquents. Mais hélas!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here