Forum intercommunautaire de Gao : – Des centaines de participants toutes communautés confondues attendus dans la Cité des Askias

3
Mali: « les opposants à la paix dépendent des trafiquants de drogue »
Zahabi Ould Sidi Mohamed,

– C’est aujourd’hui,  10 novembre que débuteront, sous l’égide du ministère de la Réconciliation  nationale, les travaux d’un forum intercommunautaire à Gao. Plusieurs centaines de participants nomades et sédentaires sont attendus à cette importante rencontre. Pour les groupes armés, seules la Plateforme et la COMPIS 15 ont confirmé leur présence. Tel n’est pas le cas pour la CMA qui a officiellement décliné l’invitation même si les organisateurs s’attendent à une présence de quelques éléments des ex-rebelles kidalois. En tout cas, ce forum est considéré comme une étape importante sur la voie de la paix et de la réconciliation nationale.

En dépit des retards que connait la mise en œuvre de l’accord de paix en raison d’un comité de suivi qui n’est toujours pas définitivement composé, le processus de réconciliation progresse. En témoigne le forum intercommunautaire que la Cité des Askia s’apprête à abriter à partir dès demain.

Pour la circonstance, Gao est en pleine effervescence. Parmi les personnalités attendues, d’anciens et nouveaux ministres, des députés, des chefs de quartiers, des chefs de villages, des leaders communautaires, des jeunes et des femmes. A ceux-là s’ajoutent des autorités municipales et administratives.

Selon le président de la commission d’organisation, Arboncana Boubèye Maïga,  ancien député, les préparatifs vont bon train. La cérémonie d’ouverture de cette rencontre est prévue ce mardi après-midi  à la place de l’indépendance rénovée, sous la présidence effective du ministre de la Réconciliation nationale, Zahabi Oud Sidi Mohamed. Pour donner plus d’éclat à cette cérémonie, un représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU effectuera le déplacement de Gao.

S’agissant des préparatifs, plusieurs sous-commissions ont été mises en place. Il s’agit, entre autres, de l’accueil, de l’hébergement, de la logistique, de l’organisation matérielle et de la mobilisation. La soirée sera marquée par une animation culturelle au cours de laquelle le ministre s’adressera aux femmes et aux jeunes.

Le lendemain sera marqué par les ateliers thématiques au cours desquels les participants discuteront des thèmes tels que l’accord de paix, la dynamique de peuplement de Gao, l’implication des communautés dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits.

Discussions franches et directes

Pour les organisateurs, cette rencontre permettra de créer un espace d’échange pour une mise en œuvre rapide de l’accord pour ramener la paix et la réconciliation. Ce, contrairement aux arguments avancés par la CMA pour motiver son refus. Selon les ex-rebelles, ce forum n’aura aucun impact sur le processus de mise en œuvre de l’accord. Pourtant, il y a lieu de reconnaître qu’avec les tergiversations et les hésitations observées dans les travaux du Comité de suivi de l’accord dont la composition n’est toujours pas définitive, cette rencontre pourrait servir de déclic en ce sens que ce sont les concernés eux-mêmes – les communautés – qui définiront la mise en œuvre de ce document à travers des discussions franches et directes.  Ce forum sera donc une occasion de façonner le processus de paix et de réconciliation dont le pays a tant besoin. Ainsi, aucune question ne sera passée sous silence.

Espoir de paix partagé

Interrogé,  le chef coutumier Arma,  plus connu sous le nom de Gao Akaïdo,  s’est dit très satisfait de l’organisation d’une telle rencontre qui permettra aux communautés discuter des problèmes qui les touchent afin d’y trouver des solutions idoines. Soufflant dans la même trompète, le Secrétaire général de la commission des mouvements de résistance et membre de la commission générale d’organisation de ce forum, Moussa Yaya Touré,  a magnifié la tenue de ce forum. Bien qu’il déplore l’insuffisance des moyens malgré la volonté, il espère que ce sera le moment ou jamais d’aller vers une paix définitive.

Un espoir très partagé par la présidente de la fédération nationale des organisations des femmes du Mali, Mme Maïga Awasam. A signaler que ce forum aura une dimension régionale avec la participation des représentants de Ménaka, Bourem et Ansongho.

Cette rencontre sera précédée par une série d’activités organisées à Ansongo sous la présidence du ministre Zahabi. Il s’agit notamment d’une conférence sur  le thème ” la cohésion sociale et le vivre-ensemble : quel rôle pour les communautés ” et l’inauguration d’un hôtel dénommé ” Résidence Gaakoy pour la réconciliation“, symbole d’une reprise de la vie dans cette commune meurtrie par l’occupation.

Massiré DIOP

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je trouve de ces forums ou assises, appelez lrs comme vous le voulez, sont dans les interets superieurs de Notre Maliba.
    Au niveau budgetaire je n’ai pas trop d’idées dessus tant au niveau du gouvernement que de la part de nos partenaires bailleurs de fonds.
    Bous avons plus que besoin de parler, discuter et de revenir avec des conclusions positives. Biensur il faut de la bonne Volonté de tout le monde. Continuez vos actions de reunifications et cohesion sociale.

    La Communication est la Clé du Mieux Vivre Ensemble.
    Paroles D ‘ 1FILSDUMALIBA.

  2. Ce Mr ne fait que des Forums intercommunautaires. Il a fini avec les assises. Il a surfacturé comme ils ont l’habitude.
    Maintenant on change “juste les noms” des ASSISES on en vient aux “FORUM” ..
    TIE AW TE SIRAN ALLAH NIYE DOONY?

    Tout ces sous qui s’envolent pour rien..;
    Aucun résultat.
    Un ministère fardaud – fantome qui englouti l’argent du contribuable.

    La “paix c’est aussi bouffer des sous” Vive le ministère du Développement du Nord”

    certains ont trahi le Mali il ya longtemps…tas de voleurs…. 😀 😀 😀 😀 😆 😆 😆 😆 😆

  3. Peut on jamais avoir confiance ax criminels du MNLA-CMA qui sont a leur nieme rébellion traumatisant ces meme populations…..? La reponse est certainement non…..

    Que l’Etat s’assume…

Comments are closed.