Lutte anti-terroriste : Les forces de sécurité en état d’alerte après le retour du Burkina Faso de l’un des dirigeants des “pieds nus”

2
Rébellion : Après le nord Ansar Dine attaque Misseni au sud du Mali
Ansar Dine près de Kidal le 9 juillet 2012.
AFP/YouTube

Le leader de la secte des pieds nus est de retour à Bamako depuis bientôt un mois. L’homme séjournait au Burkina Faso où il compte de nombreux disciples. Son récent retour à Bamako a fait l’objet d’une grande mobilisation à la gare routière de Sogoniko. De nombreux sympathisants se sont organisés pour  lui réserver un accueil chaleureux.

Le nom de cette secte a été récemment cité dans les attaques survenues dans la région de Sikasso, notamment celle de Misseni dans le cercle de Kadiolo considéré comme l’une des bases des pieds nus au Mali. Plusieurs observateurs font le rapprochement entre cette secte  et Ansar Eddine d’Iyad Ag Ghaly qui prône l’application stricte de la charia.

Apparue au Mali dans les années 80, la secte des pieds nus proscrit toute forme de modernisme, comme le port de chaussures,  les soins médicaux dans un établissement sanitaire, bref toute culture à l’occidentale est un péché. C’est ce que signifie le terme Boko Haram.  Les pieds nus ont plusieurs fois fait parler d’eux. En 1998, ils ont assassiné le juge de paix de Dioila, Oumar Bah, qui s’apprêtait à juger des membres de la secte pour différents délits. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et condamnés en 2000 à de lourdes peines de prison. Devenus impopulaires, ils sont descendus plus au sud, dans la région de Sikasso, puis au Burkina Faso.

Beaucoup d’entre eux se sont installés en 2008 dans les environs de Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays.

      Abdoulaye DIARRA      

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.