Mise en œuvre de l’Accord d’Alger : La médiation internationale s’engage

0

Le 10 mai 2022, la médiation internationale a tenu une nouvelle réunion, pour examiner l’état de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger et s’accorder sur des mesures de nature à favoriser la relance effective et urgente du processus de paix. La rencontre était présidée par l’Ambassadeur Boudjemaa Delmi, représentant de l’Algérie, chef de file de la médiation internationale.

Les membres de la médiation internationale ont : été informés des consultations, conduites par le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies au Mali et chef de la MINUSMA, avec les parties signataires, et ce conformément aux conclusions de la rencontre tenue le 20 avril dernier ; constaté la poursuite des échanges entre les parties sur les termes de référence de la réunion décisionnelle de haut niveau, agréée lors de la 45ème session du Comité de suivi de l’Accord de paix (CSA) tenue le 5 octobre 2021 ; fortement encouragées les parties maliennes à finaliser au plus vite ces échanges, en faisant preuve de l’esprit d’ouverture requis ; rappelé l’importance cruciale que revêt la réunion décisionnelle de haut niveau qui devrait permettre de : régler la question du DDR global sur la base de l’offre faite par le Gouvernement d’intégrer, en deux vagues et sur une période de deux à trois ans, 26 000 ex-combattants ; ainsi que d’aborder les réformes institutionnelles qu’appelle l’application pleine et entière de l’Accord de paix.

Les membres de la médiation internationale se sont félicités de la disponibilité de la MINUSMA à apporter un soutien logistique, technique, financier et politique pour la réussite de la réunion décisionnelle de haut niveau.

Rappelant que l’Accord de paix entre dans sa 7ème année et le retard considérable accusé dans sa mise en œuvre, les membres de la médiation internationale ont, encore une fois, souligné la nécessité, pour les parties maliennes, d’honorer pleinement et avec l’urgence, qu’appelle la situation, leurs engagements. Il est, en effet, impératif que les populations puissent enfin jouir des dividendes tant attendus de la paix, y compris la fin de la violence multiforme qui affecte de nombreux civils en différents endroits du Mali, en particulier, et du Sahel, plus généralement, le respect des droits de l’homme et la lutte contre l’impunité.

Les membres de la médiation internationale ont réaffirmé que la mise en œuvre diligente et effective de l’Accord de paix demeure une des conditions essentielles pour le retour de la paix et la stabilisation, dans la durée, du Mali.

Ils ont réaffirmé leur intention, dans la période à venir, de renforcer leurs interactions avec les parties maliennes, à travers une série d’actions spécifiques. Il s’agira, ce faisant, de réitérer la nécessité d’avancées rapides, ainsi que leur engagement à jouer pleinement leur rôle de garant de l’Accord de paix et à accompagner, dans ce cadre, toute volonté sincère œuvrant à faire avancer le processus de paix. Ils ont, dans le même élan, souligné le rôle essentiel, confié à l’Observateur indépendant au terme des dispositions pertinentes de l’Accord de paix.

À cet égard, ils ont marqué leur appréciation de la récente visite à Bamako du Président du Conseil d’administration du Centre Carter, Jason Carter, et salué « l’engagement inconditionnel et ferme », qu’il a déclaré avoir ressenti à travers ses entretiens avec le Président de la Transition, S.E le Colonel Assimi Goïta « du Gouvernement malien à mettre en œuvre l’Accord pour la paix qu’il estime important pour la réussite de la Transition ».

Les membres de la médiation ont convenu de se réunir à nouveau dans les deux à trois prochaines semaines, pour faire le point de la situation.

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here