Rapport de la Commission parlementaire sur les évènements de Kidal de mai 2014 : L’ex-PM Moussa Mara, le CEMGA Mahamane Touré et l’ex-Ministre de la Défense Soumeylou Boubeye Maïga en cause

53
Carnage à Kidal suite à la visite de Mara : Mara, Boubèye et Touré sur la sellette
Moussa Mara à Kidal lors des évènements

Le journal Le Sphynx dans sa dernière parution donne un aperçu sur le rapport de la commission parlementaire qui a enquêté sur les événements de Kidal de Mai 2014. Selon Le Sphynx le rapport a conclu qu’il fallait ouvrir une enquête judiciaire contre l’ex-PM Moussa Mara, le Chef d’état Major général des Armées (CEMGA) Mahamane Touré et l’ex-Ministre de la Defense Soumeylou Boubeye Maïga. Le rapport aurait cité Mara comme “responsable du désastre causé par sa visite à Kidal, pour avoir dans son entêtement, et en connaissance de cause, engagé l’Etat dans un risque démesuré“. Le général Touré est lui cité pour avoir engagé “les forces armées dans l’impréparation et la médiocrité totale, est tout aussi responsable de la débâcle de l’armée, de sa déroute humiliante, qu’il avoue à juste titre assumer (sic), sans avoir tiré (sic) les conséquences par une démission volontaire.” Quand à Boubeye, la commission pense qu’il aurait fait des déclarations mensongères. La commission demande également l’établissement du bilan exhaustif des pertes en vies humaines. Un article à lire que nous vous proposons.

CHUTE DE KIDAL La commission d’enquête descend Moussa Mara en flammes

Les effectifs des Famas étaient  de (1) un contre (5) cinq éléments des groupes armés le 27 mai 2014 à Kidal. Et le bilan fut de 56 morts, 83 blessés dans les rangs des forces armées maliennes. Voici un extrait (conclusions et recommandations) du  de la commission d’enquête parlementaire. 

La commission estime que l’Administration publique a été démesurément utilisée à des fins inavouées par un Premier Ministre inexpérimenté. La visite à Kidal, relève plus d’une action préméditée de bravoure, dictée par des intérêts politiques du Premier Ministre Moussa MARA, que de s’enquérir du bon fonctionnement de l’administration dans cette localité, quand lui-même affirme dans sa déclaration que «… la souveraineté à Kidal était partagée…».

En dépit des alertes et mises en garde formelles données à Gao, par le commandement des FAMAS présent à Kidal, par la MINUSMA et SERVAL et les témoins oculaires des éléments précurseurs, le Premier ministre refusa d’annuler sa visite sur Kidal le samedi 17 mai, ni de réduire la taille de la délégation. Il faut en déduire que, ni le Chef d’Etat-major général des armées, Général Mahamane TOURE, ni le Premier ministre n’ont fait preuve de prudence.

Interrogé sur l’opportunité de continuer la visite sur Kidal, suite à l’empêchement de la mission précurseur d’y atterrir, des tirs à l’arme de guerre par les groupes armés et les troubles perpétrés la veille, le Premier ministre a répondu comme suit : « à la fin de la réunion que nous avons eue à Gao, lorsque la décision a été prise de partir à Kidal, j’ai dit aux autres membres de la délégation, que personne n’est obligé de partir à Kidal, celui qui veut peut retourner à Bamako. Tous, à l’unanimité, ont décidé de partir à Kidal. J’ai demandé à Monsieur Soumeylou Boubéye MAIGA qui était souffrant, de retourner à Bamako, compte tenu de son état de santé…»

La question de partir ou de ne pas partir n’est pas moins qu’un baroud d’honneur pour les membres de la délégation, qui au risque de sacrifier la solidarité gouvernementale à peine voilée, n’avaient d’autre choix, ni droit au déshonneur.

En prenant cette décision, le Premier ministre a dénié toutes les règles et procédures normales de prise de décision dans le fonctionnement de l’appareil d’État et de bonne gouvernance, ce qui dénote l’entêtement et l’insouciance qui le caractérisent, son manque de respect et de considération pour les conseillers et leurs avis pertinents.

En effet, il ne fait aucun doute que le Premier ministre, a disposé d’informations et de conseils opportuns, avant de prendre la décision de visiter Kidal, et poursuivre cette visite, en dépit des alertes formelles données à Gao et des évènements ayant précédé à la veille.

Le Premier ministre, Moussa MARA, a par ailleurs affirmé que les trois régions du nord-est (Tombouctou, Gao, et Kidal) sont déclarées zone de guerre, suivant décret N°13-628/ P-RM du 28 juillet 2013 instituant « OPERATION MALIBA ». De ce fait, il n’ignorait pas les difficultés de sa visite dans ces régions, plus particulièrement à Kidal, siège des groupes armés. Son prédécesseur, agissant en homme avisé et prudent, a renoncé à l’accomplissement d’un tel souhait ou instruction du président, quand il a estimé que les conditions sécuritaires n’y étaient pas favorables.

Il s’agit d’une orientation politique, dont le Premier ministre devait se donner les moyens et les conditions de sa mise en œuvre et en assumer les conséquences des actions désastreuses.

Dans son entêtement, le Premier Ministre Moussa MARA engagea alors l’État dans un processus, dont il ne pouvait ignorer le niveau élevé du risque élevé, eu égard à l’intérêt qui s’attachait à une telle visite. Il exposa visiblement l’Etat et ses subordonnés dans l’administration publique (fonctionnaires de l’État, militaires et forces de sécurité en place dont l’effectif soit 256 des FAMAS face à une estimation de 1.500 éléments des groupes armés) à un danger imminent et certain.

L’exercice de haute responsabilité au sommet de l’administration publique, requiert un Homme prudent et avisé, qui, s’appuyant sur des renseignements et conseils pertinents, prend des décisions dans l’intérêt supérieur de la nation, sauvegardant sa vie et celle des autres.

Au cours des auditions, le général Gamou, le capitaine KANIKOMO, le commandant Boubou SISSOKO de la légion de la gendarmerie de Kidal, tous ont déclaré que le Premier ministre a insisté, pour aller tenir sa réunion au gouvernorat. Selon eux, il a été on ne peut plus clair, comme suit : «il faut qu’il aille au Gouvernorat ». Que dire de l’attitude d’une telle personne nantie de l’autorité publique ? Quel qualificatif donner à une telle personne, à ce niveau de responsabilité de l’État ?

Pire, le Premier Ministre Moussa MARA, au cours de son audition a fait des déclarations totalement contradictoires avec celles d’autres personnes auditionnées. Pour en illustrer, le Premier Ministre au cours de son audition déclara : «personne, je dis bien personne ne m’a jamais informé…. ou je n’ai été informé par qui que ce soit d’un risque d’attaque armée » ; le ministre de la Défense et le chef d’Etat-major général des armés et tous les responsables des services de renseignements militaires et sécuritaires, auditionnés ont déclaré le contraire. Tous disent avoir informé leurs supérieurs hiérarchiques, du risque d’attaque par les groupes armés, dont l’effectif était estimé par plusieurs sources entre 1.500 et 3.000 combattants.

Serions-nous en présence d’un mensonge d’État qui ne saurait rester impuni ? Qui en est l’auteur ou en sont les auteurs ? Une enquête judiciaire s’avère nécessaire pour démasquer le ou les auteur(s).

Les déclarations contradictoires à ce niveau hiérarchique dans l’administration dénotent de graves dysfonctionnements dans l’appareil d’Etat, notamment :

– le non-respect des règles et procédures acceptables dans la prise de décision ou leur violation pure et simple;

– la culture de la médiocrité, de l’aliénation gage de promotion dans l’arène de l’administration publique ;

– l’irresponsabilité, encouragée par l’impunité devenue norme de gouvernance;

– l’exécution tous azimuts sans discernement et en connaissance de cause, d’ordres et décisions voués à l’échec, pris par l’autorité hiérarchique au mépris du bon sens, ou normes de gouvernance acceptables ;

Par ailleurs, la visite controversée et chaotique à Kidal, a failli plonger notre pays une grave crise diplomatique, quand le Premier ministre a pointé du doigt la communauté internationale, l’accusant de complaisance avec les groupes armés, et de son refus de coopération, dans sa tentative de justifier le chaos causé par sa visite. Cette communauté fort heureusement, s’est remise à son inexpérience.

Les forces étrangères MINUSMA et SERVAL, ont entre autres pour mission, la protection des populations civiles, et de stimuler les conditions de retour à la paix et la stabilité. Elles n’ont pas vocation à soutenir des Maliens contre des Maliens fussent-ils des groupes armés rebelles, ni à se substituer ou s’aligner avec aux FAMAS, pour combattre des groupes armés qui ne sont de surcroît que des Maliens.

En raison de la situation spécifique qui prévalait à Kidal et dans l’ensemble de la zone, ces régions ne devaient pas être une priorité, dans les visites envisagées par le chef du gouvernement, pour s’enquérir du fonctionnement de l’administration publique, et des services rendus aux administrés.

Quel que soit l’expression de volonté politique, de déclaration sur l’intégrité et l’unité nationale, le statut de Kidal était une exception au sein de la République, en raison :

-de l’accord de cessez-le-feu conclu à Ouagadougou au Burkina Faso, entre l’Etat malien et les groupes armés, en prélude aux élections générales de 2013 ;

-du cantonnement des FAMAS, au même titre que les groupes rebelles armés en application dudit accord et de son respect;

-de la présence de forces internationales étrangères (MINUSMA et SERVAL).

Aussi, faut-il rappeler la justesse de l’application de la politique de ses moyens. En effet, pour la visite à Kidal, le chef du gouvernement comptait sur l’appui des forces internationales sur place, qui ne sont pas obligées, ni sous l’autorité du gouvernement.

Dans l’évaluation de la situation, les FAMAS comptaient s’affronter avec un effectif autour de 400 et 600 éléments des groupes armés, comme consigné dans l’ordre d’opération. Ils se seront rendu compte après, qu’il y avait en réalité un renfort de plus de deux mille (2 000) éléments des forces ennemies qui étaient dans la zone. Comment comprendre une telle négligence, faiblesse et planification chaotique par des officiers supérieurs dont le Chef d’État-major général, alors que tous les renseignements en prélude à la visite, et pendant la visite estimaient l’effectif des groupes armés entre mille cinq cent (1.500) et deux mille (2.000).

Le Premier ministre n’a à aucun moment, exprimé le moindre remords devant la commission parlementaire.

Le Chef d’Etat-major général des Armées et son Adjoint ont affirmé n’avoir pas suivi sur le terrain, le message de paix prononcé à la télévision nationale par le Président de la République Ibrahim Boubacar KEITA lors de son discours à la Nation (avant le 21 mai 2014). À défaut d’avoir accès à l’information publique, il est imaginable que dans cet état d’urgence, en période de guerre sur le territoire national, et pour une décision cruciale à prendre, qu’il n’y est pas de communication entre le chef d’État-major général des armées et le Président de la République. Nous en déduisons une grave décision unilatérale prise par le chef d’État-major général, en violation d’une règle fondamentale du fonctionnement de la république.

Le chef d’Etat-major général des Armées a déclaré « assumé l’entière responsabilité des évènements survenus à Kidal ».

La commission estime que le Premier ministre, Moussa MARA, est responsable du désastre causé par sa visite à Kidal, pour avoir dans son entêtement, et en connaissance de cause, engagé l’Etat dans un risque démesuré.

Le chef d’Etat-major général des armées, Général Mahamane TOURE, en engageant les forces armées dans l’impréparation et la médiocrité totale, est tout aussi responsable de la débâcle de l’armée, de sa déroute humiliante, qu’il avoue à juste titre assumée, sans avoir en tirer les conséquences par une démission volontaire.

L’absence de règle et procédure précises de prise de décision et de définition de champ de responsabilité;

La satisfaction du désir du pouvoir hiérarchique au mépris de la raison d’Etat, de la stabilité, de l’ordre public, de la sécurité et de la vie des agents de l’État (forces de sécurités et fonctionnaires en service dans les localités°.

Les faits et les fautes ont été identifiés, les responsabilités doivent être établies.

Recommandations de la commission d’enquête:

La Commission d’enquête parlementaire recommande ce qui suit :

-l’ouverture d’une enquête judiciaire contre Monsieur Moussa MARA en sa qualité de Premier Ministre chef du gouvernement, dont la décision politico-administrative de visiter Kidal à tout prix, est à l’origine de l’assassinat de fonctionnaires et agents de l’État, de la mort banale des FAMAS et de l’éviction de l’État de Kidal.

-l’ouverture d’une enquête judiciaire contre le chef d’État-major général des armées, Général Mahamane TOURE, pour avoir engagé tous azimuts, les forces armées dans l’impréparation totale, ayant banalement entraîné des pertes en vie humaine d’agents et fonctionnaires de l’État, des FAMAS tués et blessés et la déroute humiliante de l’armée républicaine face aux groupes armés, actes dont il déclare, sans remord, assumé l’entière responsabilité, comme pour narguer l’impunité.

-l’ouverture d’une enquête judiciaire contre le ministre de la Défense d’alors Soumeylou Boubèye MAIGA, si les déclarations qu’il nous a faites s’avèrent fausses, à l’issue d’une confrontation avec le Premier Ministre sur : le ministre de la Défense déclare avoir informé le Premier Ministre du risque élevé d’attaque d’armée ; celui-ci nie catégoriquement en avoir été informé d’une part, et d’autre part sur l’opération militaire programmée pour le 24 mai 2014 révélée par le ministre de la Défense, mais ignorée par le Premier Ministre, et celle du 21 mai 2014 prématurément élaborée et exécutée par le chef d’Etat-major général des armées, surprenant tous les ordres hiérarchiques.

-un audit opérationnel indépendant des FAMAS, notamment le management des ressources humaines et les moyens logistiques ;

Commentaires via Facebook :

53 COMMENTAIRES

  1. Mr Mara a du caractère et c’est un bon signe car de nos jours malheureusement au Mali nous manquons d’hommes de poigne,et de conviction.Si les nombres annoncés sont relativement exacts ceci nous pousse fortement à espérer car nous avons des vaillants soldats.250 soldats maliens ont pu quand même prendre la ville de Kidal protégée par 1500 rebelles et ils n’ont pu être délogés qu’avec l’arrivée de 2000 mercenaires suplementaires.Vraiment chapeau aux FAMA. Arrêtons de rêver il nous reviendra à nous fils et filles du Mali de libérer notre patrie PERSONNE NE LE FERA A NOTRE PLACE.NI LA MINUSMA NI BARKHANE IBK et Moussa MARA ont certains points en commun qui pouvaient nous aider non seulement à libérer totalement et définitivement le Mali mais aussi à le mettre sur le chemin du développement.Ils sont tous les 2 des patriotes convaincus ils ont du caractère de la poigne et ils ne sont pas sortis de la moule de la fonction publique corrompue du Mali.C’est encore dommage que les 2 n’ont pas pu continuer à travailler ensemble.

  2. Moussa Maara est responsable de ce désastre à KIDAL…. par son entêtement et son orgueilleuse il plonge le pays tout entier dans le chaos… pays qui avait avant sa ridicule visite retrouvé une certaine stabilité dans toutes les localités… a cause de Mara des familles entières pleurent toujours leurs proches…. Veuves enfants et époux….

  3. CE DOSSIER SERA CLASSE, COMME CELUI DE L’AVION PRESIDENTIEL CAR : A l’occasion, on se souvient que le chef de l’Etat avait parlé de 1500 militaires qui allaient entrer à Kidal et qui n’en sortiraient pas. Donc, c’est une tache difficile à effacer et qui rend le rapport concernant Moussa Mara, difficile à accepter par l’opinion, malgré les observations accablantes contre l’ancien Premier ministre. De même sur la question de l’achat de l’avion présidentiel, l’ancien ministre de la Défense, Soumeylou Boubèye Maiga avait indiqué qu’à chaque étape de la procédure d’achat, le président IBK avait été informé..” Source Canard Enchaine

  4. A l époque lors de la visite d IBK a Segou dont Il a été très clair lors du point de presse qu il a donné voici le contenu.<>, je souhaite que mon pays soit dans une situation de paix durable, réelle, l’accord a prévu des étapes. Ses étapes seront rigoureusement respecté et aucune fanfaronnade politicienne ne me fera prendre mon avion pour débarquer a Kidal et créer un incident, donc pour IBK une telle relève tout simplement de l irresponsabilité de Moussa Mara

  5. L’engagement des forces armées sur le théâtre d’opération relève des prérogatives de IBK en tant que chef suprême des armées. Ni Mara ni Mahamane ne peuvent décider unilatéralement d’engager l’armée dans le combat sans l’aval de IBK.
    Pourquoi IBK n’a pas ordonné à Mara de ne pas partir? Et si l’armée avait réussi à chasser les rebelles de Kidal, est ce que IBK n’aurait pas pris la paternité du succès? Malheureusement l’armée y a laissé des plumes et on jette la responsabilité sur Mara et Mahamane.
    IBK aurai plutôt endossé toute la responsabilité et les autres auraient dû démissionner pour sauvegarder leur honneur si on était dans un pays sérieux.
    Des pauvres soldats et autres agents de l’état sont morts pour rien.
    Pour moi c’est IBK le fautif principal de toute cette débâcle. Il faut que les choses soient claires.

  6. Mara est le seul responsable de cette tragédie, vraiment on ne veut plus de toi dégagé irresponsable.

  7. Il n’arrive pas a gérer son parti en plus forte raison que le Mali, il se trompe walaye.

  8. Un tel article me donne des maux de tête . Il donne des maux de tête à tous ceux qui sont normalement constitués mentalement .
    Cet article est un vrai raisonnement par l’absurde .
    A la lecture d’un tel article , c’est les groupes de bandits armés , des hors la loi sans aucune légitimité qui auraient raison d’avoir attaqué avec des armes de guerre la délégation composée de plusieurs ministres dont le chef du gouvernement .
    A savoir que toutes les forces étrangères présentes sur place étaient venues sur notre sol avec des missions bien déterminées à l’avance .

    Des groupes de bandits armés qui sont estimés au nombre des milliers d’hommes dans l’article étaient sensés être désarmés et cantonnés .
    Des milliers de terroristes n’ont pas été désarmés et cantonnés parce que les forces étrangères présentes sur notre sol ont failli à leur devoir . Elles n’ont pas respecté et accompli leurs missions .
    comment comprendre l’inertie , l’indifférence et le mépris de toutes ses forces étrangères envers une délégation de plusieurs ministres qui était la cible des tirs nourris des terroristes .
    Soyons courageux pour dénoncer l’inacceptable , l’intolérable et l’inadmissible .
    Il ne faut surtout pas oublier que Moussa Mara prémier ministre à l’époque était en mission dans le cadre de ses prérogatives et sur ordre du président de la république .
    Moussa Mara avait été sollicité et encouragé par presque tous les maliens pour se rendre à Kidal. Tout le monde était informé de sa visite à Kidal y compris les forces étrangères sensées être venues pour nous aider à stabiliser le pays .

    Si les forces étrangères sont sur notre sol pour garder la neutralité face aux terroristes armés , elles n’ont dans ce cas aucune raison de rester une seconde de plus sur notre sol .

    Ce serait aussi un mensonge éhonté et une imposture que de crier sur tous les toits et à qui veut entendre qu’elles sont chez nous pour :
    “Les forces étrangères MINUSMA et SERVAL, ont entre autres pour mission, la protection des populations civiles, et de stimuler les conditions de retour à la paix et la stabilité”

    A ce que je sache Moussa Mara et sa délégation composée de plusieurs ministres sont aussi des civils . Ont-ils été protégés par les forces étrangères ?

    Le fait de laisser les terroristes tirer sur le premier ministre et la délégation qui le suivait est ce que cela va dans le sens de la stabilité et au retour de la paix ?

    Quand on cherche la stabilité et le retour de la paix dans une région , on n’y laisse pas en toute liberté des milliers de terroristes armés jusqu’aux dents parmi la population civile .
    Une population qu’on prétend protéger .

    Ces forces étrangères ont failli à leur mission . Elles doivent rendre des comptes .
    Le mali et les maliens ont été trahis dans cette tragédie . Il faudrait avoir le courage de le dire haut et fort ou la fermer .
    Dans un pays souverain avec un Etat légitime pourquoi une région devrait-elle échapper au contrôle de l’Etat ?

    Les forces étrangères prétendent :

    ” Qu’elles n’ont pas vocation à soutenir des Maliens contre des Maliens fussent-ils des groupes armés rebelles, ni à se substituer ou s’aligner avec aux FAMAS, pour combattre des groupes armés qui ne sont de surcroît que des Maliens”

    C’est vraiment du n’importe quoi , pourquoi venir au Mali par milliers avec des armes de guerre ?
    A ce que je sache , le Mali n’est pas en guerre avec un autre pays .
    Les terroristes d’Ansardine et du MNLA etc.. ne sont -ils pas des maliens ?

    .

  9. Combien de veuve, d’enfant orphelins, de famille sans soutien tout cela suite au voyage sans calcul de Mara et ces acolytes.

  10. Mara a commis une grave erreur on ne peut pas donne la gestion de ce beau pays, notre chère Maliba

  11. bonjour à tous. Où était monsieur le président de la république quand son premier ministre allait à kidal?Entre les deux qui commande qui?si la mission avait réussi qui allait récolter les dividendes?On aurait appris qu'en plein conseil de ministre ,le prési aurait félicité son ministre pour avoir gagné la bataille de kidal et ils auraient applaudi de toute leur force ,mais malheureusement la mauvaise nouvelle est venue chasser la bonne.on avait gagné une bataille et eux la guerre.il est préférable de faire table rasede tout ça si non le rémède serait pire que le mal.am be no do.du president et son gouvernement.tout ce ci prouvait que le bateau n'avait pas de commandant.comment se fait-il qu'un premier ministre pouvait prendre une telle décision sans l'aval du président?Non ne noyons pas le poisson dans l'eau.pour moi IBK a l'entère responsabiklité de tout ce cahin caha et il doit s'assumer.Mara n'est qu'unexécutant.
    merci

  12. bonjour à tous. Où était monsieur le président de la république quand son premier ministre allait à kidal?Entre les deux qui commande qui?si la mission avait réussi qui allait récolter les dividendes?On aurait appris qu'en plein conseil de ministre ,le prési aurait félicité son ministre pour avoir gagné la bataille de kidal et ils auraient applaudi de toute leur force ,mais malheureusement la mauvaise nouvelle est venue chasser la bonne.on avait gagné une bataille et eux la guerre.il est préférable de faire table rasede tout ça si non le rémède serait pire que le mal.am be no do.du president et son gouvernement.tout ce ci prouvait que le bateau n'avait pas de commandant.comment se fait-il qu'un premier ministre pouvait prendre une telle décision sans l'aval du président?Non ne noyons pas le poisson dans l'eau.pour moi IBK a l'entère responsabiklité de tout ce cahin caha et il doit s'assumer.Mara n'est qu'unexécutant.
    merci

  13. quelqu’un qui n’arrive meme pas a gerer son propre parti c’est pas le mali qu’il va gerer,maintenant il veut s’accrocher aux musulmans en croyant qu’ils vont lui venir en aide,mais tu te trompe car le peuple malien est trop mure et conscient pour pardonner tes fautes car il ya eu des voeuves par ta fautes,donc nous voulons que justice soit rendu.

  14. le processus de paix était tellement en bonne voie que Mara a tous foutu par son entêtement, si non il avait été informé par le commandement militaire.

  15. mara paye pour son double jeux,sinon pour sa cupidité,son arrogance,surtout pour son mépris envers l’être humain,faite une petite remarque c est le deuxième parti après adema ou les militants font plus défection,car il n’a aucun respect pour son semblable pour preuve dans son parti il est le seul qui décide.quant a moi je savais qu’il allait fini très mal ce n’est que le début du commencement.

  16. Sacré Moussa Mara, te voilà grillé à jamais .On ne vient pas à la politique n’importe comment.

  17. envoyer moussa mara au crochet de boucher est votre intention. ce pays va disparaître à cause de ses mauvais choix; moussa mara est dans cette visite un homme à encourager.
    ce rapport sent la vengeances de ses prises de position. imaginer un seul instant que mara soit encore 1er ministre, ces farceurs de la commission allait écrire autre chose.
    sur cette visité, mara a accompli son devoir. c’est par ce pays manque d’homme d’état que ce pays meurt. bravo mara.
    le mali refuse de regarder que ses famas n’ont jamais été vaincus par les rebelles mais une situation des hommes d’état dont la stature ne vaut pas les fonctions qu’il occupe.
    mara et touré ont été à hauteur, mais, la république des médiocres est passée par là.
    on veut régler de comptes politiques par ce rapport.
    tout le monde a appris que pendant le bref moment où les famas ont pris le dessus, tout le conseil de ministre, qui se tenait, s’en est félicité. alors, pourquoi ne pas impliquer tout le gouvernement, puisque ce rapport fait état plutôt de communication que des preuves?
    le mali est à terre, ses enfants qui en ont mare de cette situation, qui ont voulu changé la donne, sont les malpropres du pays. continuer à refuser à vous assumer, l’humiliation est au bout de la peur.
    pensez-vous un instant que ces rebelles avec des pic-up peuvent déstabiliser même la garde républicaine, anciennement appelée les goumiers, non.
    aller, juger tout le politique qui a conduit le mali là où il est.
    c’est la gestion du pays que ce rapport doit remettre en cause, mais, non, on trouve des boucs émissaires, et, mara et touré ont été vite trouvés.
    pourquoi le conseil de ministre, en tête duquel le président de la république s’est extasié ,n’est pas entendu?
    un pays où est faux, ne peut pas survivre.

  18. mara devrait être aux arrêts depuis qu’il a voulu prendre l’ administration a son propre compte ibk devrait le limogé car ce type est plus qu’un diable,il n’est pas aller a kida le bien être des maliens mais plutôt pour se fait une popularité vis a vis des maliens.

  19. Nul n’est au dessus de la loi, quand on commet des fautes à défaut de les reconnaître on en paie le prix

  20. ce rapport est immuliant pour nous les MALIENS car la tentative de récuperation de KIDAL a mal tourné sinon avant la contre offensive tous maliens riaient et se félicitaient de la récuperation de la dite ville
    heii les MALIENS évitons de rédiculisé aux yeux du MONDE

  21. ce rapport est immuliant pour nous les MALIENS car la tentative de récuperation de KIDAL a mal tourné sinon avant la contre offensive tous maliens riaient et se félicitaient de la récuperation de la dite ville
    heii les MALIENS évitons de rédiculisé aux yeux du MONDE

  22. L’ex PM Moussa Mara a abusé de la confiance de tous les maliens et le moment est venu pour qu’il récolte les pots cassés.

  23. Ce n’est pas la peine d’essayer de faire le saint Mara tout le monde connait votre vrai visage maintenant.

  24. Ce Mara n’est qu’un irresponsable il est à la base de ce carnage et il refuse de reconnaître sa part de responsabilité. Vraiment c’est désolant.

  25. Ce Mara n’est qu’un irresponsable il est à la base de ce carnage et il refuse de reconnaître sa part de responsabilité. Vraiment c’est désolant.

  26. Et vous pensez que Moussa Mara en tant que PM pouvait se déplacer à Kidal en ce moment sans l’aval de son President??? Qui levait accueillit en hero dans sa residence au retour du PM?? Réfléchissez avec la tete et non avec le coeur.. Il faut trouver un bouc émissaire dans cette histoire pour protéger l’institution Présidence, et ils le feront par tous les moyens.

  27. Pourquoi ne veut-il pas reconnaître sa part dans tout ça. Il faut qu’il paie pour ce qu’il a fait.

  28. Mr Mara quand on est à la tête d’un gouvernement les décisions ne se prennent pas sur un coût de tête à la va vite. Il faut assumer vos responsabilités

  29. nous vivons dans un monde d’hypocrites,ou les vrais hommes se font rares,mara a eu tout les avantages du monde venant du président ibk mais son souhait c’était de rendre se pays ingouvernable comme dieu aime pas les hypocrites et voila le résultat.

  30. je ne voir pas encore les deux autre seront impliquer il y a un seul coupable et c’est bien se moussa mara.

  31. Je vous en pris les maliens, IBK était belle et bien au courant du voyage de PM et de tout et de tout ce qui s’est passé a Kidal, le gouvernement n’est pas un grin, entre primature et présidence c’est automatique et systématique de tout ce qui se passe dans le pays. Hé allah quand est ce vous allez réfléchir en humain, quelle animosité? Il sont touts responsable du président de la république jusqu’au dernier ministre par ce que ça à été discuté aux conseils de ministre je suis sur de cella. Des irresponsable wai.

  32. Le Mali a toujours été un beau pays avec des l’homme capable,un pays ou les dirigeants s’écoutaient,mais depuis l’arrivé de monsieur Mara a la primature tout a changé,on ne reconnaissais plus notre cher pays mais heureusement pour nous son règne na dure que quelques mois.

  33. Mara dégage on veut plus de toi,tu as détruit tous l’espoir de la jeunesse.

  34. Même le plus désinformé des maliens savait en ce moment que la zone était à risque à plus forte raison un Chef du Gouvernement entêté qui prétend n’avoir pas été informé

  35. Hier premier Ministre 53morts demain s’il devient président on ne parlera plus du Mali.Le choix de la personne est si important que les hommes comme Mara ne doivent même pas prétendre a la gestion de cet beau pays.

  36. Mara tu nous a déçu ,nous jeunes du Mali tu était notre fierté,tu était l’exemple que beaucoup d’entre nous suivait,mais hélas ton carnage a kidal nous laisse mitigé.

  37. Certains homme politique malien son tellement têtu qu’il n’arrive pas a prendre des bon décision au bon Moment tel fut le cas Mara.

  38. Mara en tant qu’un exécutant a commis une tel bavure,pense vous qu’on doit donné la gestion d’un pays a cet homme,je pense que non car il ne fera que des dérives

  39. Si ce n’est de l’inexpérience comment un PM peut s’entête a aller dans une zone non sécurisé par nos forces en plus tout les consignes lui interdisait.Mara a voulu jouer la tête dure il doit vraiment être interpelé.

  40. Quoi d’autre que d’essayé de monte sa code de popularité.Mara tu as donné des enfants du Mali a la boucherie,tu dois vraiment avoir honte et tu aura a ta conscience toute ses morts.

  41. Encore une des imbécilités pour tenter de détruire le PM Mara honte à ces faux Maliens en mission commandée par d’autres cons qui n’ont rien compris du message du peuple Malien à eux adresser.

  42. C’est l’entêtement du Premier Ministre Moussa MARA qui pense qu’il pouvait réussir l’entrée à Kidal sans son armée surtout il a été prévenu d’une attaque des groupes armés. Il pensait tout simplement en tirer un avantage politique pour se vanter que l’autre n’a pas pu mais lui MARA il a pu rentré à Kidal. A mon avis, une enquête judiciaire doit être ouverte contre Moussa MARA seul responsable de cette tragédie inédite. De toute façon il s’est déjà grillé politiquement. Personne ne votera pour un Président qui n’hésite pas à emmener sa population à l’abattoir. Wait and see.

  43. Le General Toure’ a reconnu sa responsabilite’!!! C’est un signe d’une grande honnetete’ de sa part!!! Pour cette raison, je pense que le president a bien fait de refuser sa demission!!!
    Pour les autres, je prefere me taire!!!!

    • CAPI, les mensonges des politiciens nous piègent tous les jours.
      Dans cette affaire, il y a une responsabilité collégiale et collective des hommes impliqués et en charge.
      La grande question -sans réponse-qui taraude les esprits est que soit le Président a été mal informé ou bien il ne l’a pas été dutout…en tant que chef Suprême des Armées.

      • Le debut du mandat presidentiel fut marque’ par un discours populiste qui ne refletait pas la realite’. Tatam le financier a quitte’ par realisme. sur un coup de tete, Mara a ete’ choisi pour le remplacer. Mara n’avait aucune base solide au parlement. Peut-etre que je me trompe mais je tends a’ croire qu’il a fait certaines choses parce qu’il pensait au fond de lui meme que le President allait les aimer! EST-CE QUE SA VISITE A’ KIDAL RENTRE DANS CE CADRE? TRES PROBABLEMENT!!!!!! EST-CE QUE LE PRESIDENT SAVAIT QUE SON PM ALLAIT FAIRE LE DEPLACEMENT DE KIDAL? JE TENDS A’ DIRE OUI!!!!!!
        ET BOUBEY DANS TOUT CELA? Je pense qu’il a ete’ piege’ et ne savait pas exactement comment se comporter!!!!!
        Le General Toure’ a ete’ mis devant le fait accompli!!!!!
        IL Y A CERTES UNE RESPONSABILITE’ COLLECTIVE!!!! SEUL LE GENERAL TOURE’ SORT AVEC LES HONNEURS DANS CETTE AFFAIRE PARCE QU’IL EST LE SEUL A’ AVOIR RECONNU SA RESPONSABILITE’ ET RENDU SA DEMISSION QUE LE PRESIDENT A REFUSE’E! LE PM ET SON MINISTRE DE LA DEFENSE ONT PREFERE’ JOUE’ COMME DES POLITICIENS QUI NE CHERCHAIENT QU’A’ SAUVER LEURS POSTES RESPECTIFS!!!!
        JE DONNE LE BENEFICE DU DOUTE AU PRESIDENT IBK. JE PENSE QU’IL A ETE’ MAL INFORME’ A’ PROPOS DE LA REALITE’ DU TERRAIN PAR SES HOMMES DE CONFIANCE!!!!

        • Vous n’êtes pas quand même sérieux en blâmant Moussa MARA sinon je dirais que vos facultés d’abstraction et de jugement sont inférieures à la moyenne. comment expliquer que dans un pays sérieux, un PM se déplace dans un contexte aussi important sur un front je dirais bien sur un front sans l’accord du président de la république même si c’est un président irresponsable qui ne pense qu’a sa famille et son bien. être. Moussa MARA est mille fois mieux que mon parent là qui à déçu tous les maliens.

          • Il faut relire mes posts a’ propos de cette affaire!!!!
            Ma faculte’ d’abstraction et de jugement est de ZERO si cela peut te satisfaire! LET’S MOVE ON!!!!!

      • Voilà et voilà InteLence,
        Ces 3 Cowboys peuvent être blamés, c’est très bien. Et le chef mafieux – vampire alors :mrgreen: ?.
        Pauvresde Nous…Haaa la politique avec ses politicards requins, rapaces, anacondas, coyotes, loups, crocodiles et vampires. 😆 😆 😆 .

Comments are closed.