Attente des maliens de l’extérieur : Le HCME doit faire son mea culpa

0

Les Maliens établis à l’étranger ont exprimé le besoin de  la création  du Haut Conseil des Maliens de l’extérieur (HCME) lors de  la conférence nationale en 1991 et 25 ans après ;  beaucoup de compatriotes  se sont regroupés au sein d’une autre structure dénommée Conseil Supérieur de  la Diaspora Malienne(CSDM).II faut comprendre que cette structure est également l’un des acquis  de la conférence nationale tout comme la création des partis politiques, des syndicats et des associations.

Cette conférence  faut-il  le rappeler est le résultat des douloureux événements du 26 mars 1991  qui marque un tournant   dans l’histoire politique du Mali. Elle a consacré la naissance  d’une nouvelle ère  avec l’adoption du multipartisme intégral  qui a remplacé  un régime militaro oligarchique.

Par ailleurs, un quart de siècle après ;  une autre réalité est venue se pointer, la démographie  galopante  des Maliens de l’extérieur ;  cela a conduit  la grande majorité de nos concitoyens à avoir une autre structure en charge des Maliens de la diaspora. C’est pourquoi    le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne  CSDM a vu le jour  pour combler le vide créer par  le HCME qui  est malheureusement galvaudé.

Le HCME est-il une girouette ?

En clair le HCME a désormais perdu le monopole de la représentativité des expatriés de notre pays, Habib Sylla en a le sommeil bien léger.Sentant le danger briser sa souveraineté sur cette question, le HCME a organisé en début octobre  une conférence de presse .A l’ordre du jour : s’en prendre gratuitement au président du CSDM Cherif Mohamed Haidara en le  calomniant,  en donnant une définition erronée de la diaspora en utilisant des mots très bien maquillés. Partant ; les conférenciers ont souligné de façon maladroite  que le rôle du HCME est d’accompagner aveuglément  le  président de la république dans l’intérêt de la diaspora.

II est évident qu’un président  de la république doit être accompagné en principe par toutes les  organisations se réclamant de la société civile, mais ils  ne sont pas obligés  de suivre  le régime comme des  moutons de panurge.

Encore faudrait – il rappeler au président du  HCME  Habib Ngoye Sylla qu’il a outrepassé  ses prérogatives. On peut dire que les Foucades de Sylla    ont dépassé l’entendement qui est bon à  savoir :

Le vendredi 17 septembre 2010 ;lors de la cérémonie de décoration du président de la République d’alors Amadou Toumani Touré et son épouse Mme Toure Lobbo Traore initiée par le président du HCME Habib Sylla, dans  son discours avait expliqué que le président ATT a eu  le mérite d’avoir su insuffler un nouveau dynamisme aux Maliens de la diaspora et rehausser les rapports entre le Mali et sa diaspora ,des raisons pour lesquelles le HCME ne peut qu’exprimer sa gratitude envers le chef de l’État pour cet acte de considération. Au cours de la cérémonie selon Habib Sylla : « ATT est un visionnaire qui a cru en la diaspora malienne en donnant au HCME  une reconnaissance d’utilité publique qui servira d’école à d’autres pays ».

Par ailleurs, on a fait ressortir dans un article du journal « le Coq Cocorico » du 07 octobre 2010 intitulé »Décorations du Président de la République et son épouse par le HCME : il  y’a-t-il anguille sous roche ? » Habib Sylla lors de la cérémonie a fait dire par un délégué de la Côte d’Ivoire que : « Nous voulons  un troisième mandat  pour le président ATT. Nous nous sommes dit cela entre Maliens de l’extérieur dans plusieurs pays et le moment venu, nous allons en parler au président ATT ».Quel dommage pour le locataire de Koulouba à l’époque ?

Curieusement le 19 mars 2018 encore la même langue  de Habib Sylla  a déclaré dans un discours à l’allure théâtrale « Nous sommes pressés, nous sommes pressés Monsieur le Président de la République vous entendre dire, allez suivez-moi, on y va, vous n’allez pas hésiter d’avancer avec nous, parce que  vous savez que nous sommes  des soldats engagés, chaque Malienne et Malien ici présent, est prêt à être le directeur de campagne de 2018, avancez, permettez-nous de vous accompagner, les Maliens, vous avez dit Habib ,Habib dit alors IBK ».

Ensuite lors de l’inauguration de la Maison des Maliens de l’extérieur la même année il a osé encore faire le griot à  IBK  allant jusqu’à soutenir que : « Nous sommes venus vous dire combien nous sommes satisfaits et contents de tout ce que vous avez fait et continuer de faire en faveur des Maliens de l’extérieur. Grâce à vous Monsieur le Président, depuis votre accession à la magistrature suprême, les Maliens de l’extérieur ont pu rattraper les 27 dernières années perdues ».

C’est gravissime, même si la théorie Sylla consiste à aller dans la direction du vent. Habib Sylla utilise désormais ce qu’on peut appeler le langage du varan, il est allé jusqu’à dire : « tu me confortes dans ma position, je te soutiens sans faille », donc  cela veut dire qu’Alpha Oumar Konaré et ATT n’ont rien fait pour les Maliens de l’extérieur alors que son bienfaiteur est ATT qui l’a imposé comme président du HCME au détriment de feu DiadieSoumare de la France.

Ces agissements ont choqué beaucoup de Maliens de l’extérieur ce qui est à l’origine de la défaite  du  candidat IBK à  l’extérieur du Mali  pendant la   présidentielle de 2018. La preuve après sa réélection sa délégation a été huée en France et aux États Unis par les Maliens.

Habib Sylla devrait comprendre qu’il est en déphasage avec les Maliens de l’extérieur. Ce désamour  s’est exprimé  à travers   un communiqué laconique  en date du 20 mars 2018 et signé par  plusieurs associations de Maliens vivant  en France exigeant la suspension de Habib Sylla.

En conclusion au regard de tout ce qui est reproché au HCME, il doit honnêtement faire son mea culpa. II est regrettable de constater que son équipe dirigeante a vidé l’organisation  de sa  quintessence. Qu’ils acceptent que leur léthargie et leur inefficacité aient constitué le terreau fertile à l’émergence du CSDM qu’ils tentent de discréditer.

Qu’ils retiennent que les Maliens de l’extérieur ne sont pas dupes, ils ont besoin d’une organisation qui pose des actes  concrets allant dans le sens  des  revendications des Maliens de la diaspora. La présence du CSDM sur le terrain associé à son courage  dans les dénonciations et  dans les propositions  lui a conféré une légitimité plus forte  ainsi qu’une plus grande crédibilité aux yeux  de la diaspora.

Pour mieux contribuer à la construction  du Mali Kura, les Maliens de l’extérieur  ont surtout besoin d’un président comme Cherif Mohamed Haidara affectueusement appelé MADIBA qui n’a jamais renoncé à sa nationalité d’origine qui a une vision  et une stratégie et non un président qui se maintient par l’épaisseur de ses carnets de chèques  et dont la largesse se limite uniquement  à l’entretien des ministres et autres autorités.

Kante Gaoussou

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here