Mali: «Djoli kelen», l’hymne à la paix entre Peulh et Dogon

0

Elle est Dogon, lui est Peulh. Déné Issébéré et Issiaka Bah «Amkoullel»  ont joint leur voix pour la bonne cause. Dans Djoli kelen (le même sang), leur featuring sorti le 06 juillet dernier, les deux artistes s’interrogent, interrogent sur les causes profondes des tueries de civils dans le centre du Mali et appellent à l’union entre les deux communautés.

-Maliweb.net- «Ha Maliba, mon Maliba, je ne te reconnais plus. Est-ce toi Mali qui souffre de conflits inter-ethniques ?» En Bambara, la fille du célèbre poète Hamadoun Ibrahima Issébéré et de la comédienne Diahara Tangara s’indigne et s’interroge sur ce qui arrive à son pays. Sur des notes de la musique malienne moderne aux inspirations folk, la chanteuse, auteur-compositeur, use de sa voix berçante pour apporter de la gaité dans les cœurs meurtris par un conflit qui a déjà causé la mort de plus de 600 civils, depuis le 1er janvier 2019.

Plus engagé et plus offensif que sa sœur et complice, le rappeur Amkoullel dénonce les complots ourdis contre ce vieux pays, le Mali. Issiaka Bah pointe du doigt les «campagnes de désinformation et de guerres d’intoxication mentale». «Une guerre entre Dogon et Foulani, cela n’est pas possible au Mali», «Peut-on séparer le soleil, de la chaleur, le sable du Sahara?», s’interroge l’artiste. «Nous sommes tous les enfants du Mandé, nous sommes tous Djoli kelen», indique Amkoullel avec le rythme saccadé du rap.

Connu dans le mouvement hip hop malien pour l’originalité de son rap grâce au choix de ses thèmes et surtout à son agile habilité à manier la langue de Molière, Amkoullel s’est révélé au grand public, en août 2002, avec son premier album «In faculté». Affecté par les tueries dans le centre, il est signataire du Manifeste du collectif  «Stop, trop de morts ! » A la cérémonie de signature du manifeste, le samedi 14 juillet, à la Maison de la presse, l’artiste n’avait pu retenir ses larmes lorsque le micro lui avait donné pour quelques mots de paix.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here