Cadre de concertation national : Place au consensus

0

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, a présidé lundi dernier les travaux de la formation politique du Cadre de concertation national (CCN) dans la salle de conférences du département. C’était en présence des présidents de plusieurs partis politiques, des représentants de la société civile et ceux des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger.

L’ordre du jour de la rencontre a porté sur plusieurs points : la composition des formations du CCN, l’examen des propositions de modification de la loi électorale, notamment dans ses aspects relatifs aux modes de scrutin et questions diverses.

A la fin de la réunion tenue à huis clos, le président du parti Union pour la démocratie et le développement (UDD), Tiéman Hubert Coulibaly, a indiqué que le débat n’est pas encore épuisé concernant la loi électorale, ajoutant qu’il continuera la semaine prochaine. Selon le leader politique, dont le parti est membre de la majorité présidentielle, la rencontre a permis de fixer les missions du Cadre de concertation national. Selon M. Coulibaly, un souhait très fort d’inclusivité a été émis par la classe politique nationale. «Le président de la République a aussi souhaité que ce Cadre soit ouvert à toutes les sensibilités, y compris aux acteurs politiques qui ont prouvé leur engagement pour le pays», a-t-il ajouté. «Il s’agit d’avoir une instance de discussion absolument inclusive pour parler de toutes ces grandes réformes que le pays doit opérer, que le gouvernement doit conduire et que nous politiques, société civile, devons accompagner de manière à ce que nous puissions atteindre un niveau de cohésion nationale requis pour la stabilité», a précisé le président de l’UDD.

L’ancien ministre de l’Administration territoriale a également confié que les échanges au cours de la réunion ont aussi porté sur la composition de la formation technique du Cadre de concertation national, annonçant une possible modification du décret. Ainsi, a expliqué Tiéman Hubert Coulibaly, pour la formation technique, il a été convenu que l’ensemble des partis politiques soit représenté par 25 membres, la société civile par 10, les mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation par 10 et l’Etat par 5. «Pour le reste, nous sommes sur un round de discussion qui doit aller vite. Nous avons émis la préoccupation d’aller rapidement. La semaine prochaine, nous allons terminer avec tout ce qui concerne la loi électorale, dans les modifications qui doivent être apportées, pour que le gouvernement puisse aller vite», a-t-il développé. Tiéman Hubert Coulibaly a également insisté sur le respect du calendrier électoral.
Selon Souleymane Satigui  Sidibé, president du Conseil national des jeunes, l’implication des jeunes, des femmes et de la diaspora, la prise en compte des préoccupations des groupes signataires de l’Accord, de la classe politique permettront d’avoir des élections crédibles, inclusives et apaisées. Il a estimé que le couplage des élections législatives au référendum était une très bonne chose. Les acteurs se sont mis d’accord, ce qui donne désormais une bonne version de la décrispation climat politique au Mali

     Seydou Diamoutene

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here