Mali : Le Premier ministre, Moctar Ouane, échange avec la classe politique sur les reformes politiques et institutionnelles

0

Première de genre depuis sa prise de fonction, le  premier ministre de la transition, Moctar Ouane,  a rencontré, hier mercredi 10 février,  la classe politique pour se concerter autour  de l’épineuse question des reformes politiques et institutionnelles au Centre international de conférence de Bamako.

maliweb.net -La tempête du front social résolue avec un accord trouvé avec la centrale syndicale de l’UNTM et les enseignants qui avaient entamé la semaine dernière avec des arrêts de cours,  le chef du gouvernement de la Transition se tourne désormais vers la classe politique  pour décrisper le climat politique.  Les politiques évincés lors de la mise en place des trois organes de la transition font l’objet aujourd’hui d’une attention des autorités de la transition.  Après le ministre  de l’Administration,  c’était le tour du chef du gouvernement de s’entretenir avec la classe politique sur les  réformes politiques et  institutionnelles.

Cette question au cœur de tous les débats politiques  est un pilier  de réussir cette  transition. Hier mercredi,  le premier ministre a usé de ses atouts diplomatiques et son statut de personnalité neutre, puis qu’il n’appartient à aucun parti politique, pour rassembler  toutes les obédiences  confondues de la classe politique autour de lui.   « Je me réjouis de votre présence à cette rencontre de prise de contact à une si grande échelle…j’ai toujours maintenu les échanges avec la plupart d’entre vous, même dans un cadre plus restreint », a-t-il déclaré dans son mot introductif.

Pour lui, la classe politique joue  un rôle  important  dans la promotion de la jeune démocratie malienne  et une place centrale dans les réformes politiques et institutionnelles. Celles-ci, a-t-il dit, ne sont pas le fait d’un effet de mode, mais une nécessité en raison de l’obsolescence qu’ils observent  dans leurs  pratiques de tous les jours. Ainsi,  le chef du gouvernement de la transition  a pointé du doigt les limites des textes qui  gouvernent  le Mali ainsi que les menaces qui pèsent sur les vertus qui guidaient  les relations sociales.  En s’interrogeant  que faut-il surtout faire pour que les générations montantes soient  fières de l’héritage, Moctar  Ouane  s’est engagé à  trouver des réponses  dans les  prochaines  questions qui divisent.

Il a indiqué que cette première rencontre est de faire le  point de l’achèvement de la mise en  place de l’architecture institutionnelle de la transition avec l’installation du Conseil national de la Transition. Ainsi, il a informé que son gouvernement se présentera devant cet organe législatif de la transition  le 19 février 2021 prochain pour présenter « le Plan d’action du Gouvernement de la Transition (PAGT). Ce CNT qui remplace aujourd’hui une Assemblée nationale issue des suffrages universels est contestée par la classe politique qui ne cesse de réclamer sa dissolution. Malgré tout, le chef du gouvernement a  insisté sur  un apport de la classe politique. « Une transition réussie signifie un climat politique apaisé, un environnement social serein, une économie qui se développe et un pays qui gagne », a-t-il souligné.

Plusieurs interventions au sein de la classe politique ont insisté sur des réformes politiques inclusives. La question de la création d’un organe unique chargé  de l’organisation  du processus des électorale a été largement évoqué.  Le dernier ministre affaires étrangères d’IBK, Tiébilé Dramé a, pour sa part, insisté sur la mise en œuvre des recommandations du Dialogue national inclusif. L’une des recommandations phare du DNI prévoit la relecture de l’accord d’Alger.

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here