Banamba : Des écoles fermées malgré la présence de l’armée

0
Dans une école au Mali
Dans une école au Mali (photo d'illustration). Des jihadistes perturbent l'enseignement scolaire dans le cercle de Banamba, au nord-ouest de Bamako. © Getty Images/BSIP

L’opération de ratissage et de fouille des forces armées se poursuit dans le cercle Banamba. Ce déploiement des militaires fait suite à la fermeture dans la localité d’une vingtaine d’écoles par des présumés djihadistes. Selon des sources locales, les militaires ont pris le contrôle des écoles fermées. Toutefois, les enseignants et les élèves ne sont toujours pas retournés dans les salles de classe par crainte de représailles. Cette opération de ratissage qualifié « de grande envergure » a permis l‘arrestation d’une dizaine de présumés djihadistes, selon des sources sécuritaires. Des témoins sur place, confirment que des écoles fermées par des présumés djihadistes ont été sécurisées notamment dans les villages de Toubacoura, Toubacoro, N’Gounadou et Ballaba. Cette opération, malgré son ampleur, ne rassure pas les enseignants et leurs élèves qui, pour l’instant, n’ont pas regagné les salles de classe  Selon le syndicat des enseignants de la localité, « les cours reprendront si ces opérations militaires parviennent à rétablir la sécurité » dans les zones précédemment occupées par les djihadistes.

Processus de paix :

Début difficile du DDR

Démarrage du DDR avec « incertitudes d’efficacité sur le terrain » selon des observateurs. Le lancement officiel du programme accéléré du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) s’est déroulé, le mardi 6 octobre dernier, à Gao. Pendant ce temps, les groupes armés ont fait part de leurs inquiétudes dans une lettre envoyée aux autorités. Alors que les responsables rassurent sur l’attribution des grades à accorder aux ex-combattants, d’autres équations restent à résoudre. Parmi les inquiétudes des chefs d’état-major des groupes armés, il y a celle des grades attribués aux anciens combattants qui seront intégrés dans l’armée régulière. La Coordination des mouvements de l’Azawad et la Plateforme souhaitent que leurs éléments conservent les mêmes. Les questions de solde et d’indemnisation des anciens combattants s’ils venaient à être tués ou blessés sur le théâtre des opérations, demeurent aussi une autre préoccupation essentielle des groupes signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation. Ainsi, les membres de la Commission nationale DDR se sont concertés à Gao pour trouver une solution rapide à ces différentes doléances. Ce programme est réservé aux 1600 anciens combattants des groupes signataires issus du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC). L’objectif est de rendre leurs armes pour intégrer l’armée régulière. Cette intégration est subordonnée à certains critères dont l’âge requis, la qualification, l’expérience militaire et le niveau d’études. Ceux qui ne remplissent pas ces critères bénéficieront d’un programme de soutien à la réinsertion dans la vie civile.

DDR :

Plus de 28 milliards de F CFA pour la réinsertion…

La révélation a été faite lors du lancement officiel de Désarmement, Démobilisation et réinsertion socio-économique (DDR) des groupes armés qui a eu lieu, le mardi 06 novembre 2018 à Gao. Longtemps annoncée, cette activité s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger.

Dans un premier temps, 1600 combattants affiliés à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), à la Plateforme et aux autres mouvements seront ciblés au cours de ce processus. S’exprimant sur ce sujet, les responsables du DDR, colonel Fousseni Keïta des FAMAs  et Diaka N’Diagne de la Minusma, ont expliqué le processus de DDR. Lequel comprend 12 étapes. D’abord l’accueil, ensuite le désarmement, l’enregistrement, le test militaire, la visite médicale, la formation et sensibilisation, l’identification des ex combattants ayant des problèmes psycho sociaux, l’orientation réinsertion/intégration, l’intégration, la réinsertion, la distribution des Kits et la délivrance de la carte de démobilisé.

S’agissant du cas spécifique de l’insertion socio-économique des groupes armés, une cagnotte de 50 millions de dollars (28 500 000 000 FCFA) est réservée pour cela, indique Diaka N’Diagne de la Minusma.

Terrorisme :

Des chefs djihadistes apparaissent dans une vidéo

Trois importants chefs djihadistes au Mali, l’ex-chef rebelle touareg malien Iyad Ag Ghaly, l’Algérien Djamel Okacha et le prédicateur radical peulh, Amadou Koufa, apparaissent dans une vidéo diffusée, le jeudi dernier, appelant à « poursuivre le djihad ». Leur message est adressé, en particulier, aux Peulhs d’Afrique de l’Ouest. Portant un turban noir sur la tête, Amadou Koufa, dont le groupe est apparu, il y a trois ans dans le centre du Mali, est le seul à s’exprimer, en langue peulh. Il est entouré du touareg Iyad Ag Ghaly, chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans” (GSIM) et de Djamel Okacha, dit Yahia Aboul Hammam, dirigeant d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Amadou Koufa, qui dit parler “au nom d’Ag Ghaly”, invite les musulmans en général à “faire le djihad”, avant de s’adresser en particulier aux membres de l’ethnie peulh. « Mes frères peulsh, où que vous soyez, souvenez-vous de ces mots : venez soutenir votre religion, car l’islam et les musulmans sont combattus, dévastés et brûlés », selon ses propos sous-titrés en anglais dans la vidéo. « J’en appelle aux Peulhs où qu’ils se trouvent : au Sénégal, au Mali, au Niger, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Nigeria, au Ghana et au Cameroun », poursuit-il, fustigeant en particulier la France. Traditionnellement, Djamel Okacha mène des opérations militaires dans la région de Tombouctou (nord-ouest), Iyad Ag Ghaly dans la région de Kidal (nord-est), à la frontière entre le Mali et l’Algérie, tandis qu’Amadou Koufa est sensé diriger ses troupes dans le Centre du Mali. Les trois hommes, bien que particulièrement recherchés, réussissent un tour de force en apparaissant côte à côte et en affichant leur unité et leur détermination, démontrant leur connaissance du terrain et leur mobilité malgré la présence d’un important dispositif sécuritaire déployé par les autorités maliennes et par les forces internationales présentes depuis des années dans notre pays.

Force de l’Union  africaine :

Soutien total de la France

La France soutient “totalement” l’initiative de l’Union africaine, qui souhaite obtenir un appui financier de l’ONU pour certaines opérations de paix, a assuré, le mardi dernier à Dakar, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian. L’Union africaine (UA) réclame depuis plusieurs mois un soutien plus concret des Nations unies à certaines de ses opérations, en particulier à la force conjointe du G5 Sahel (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad) lancée en 2017 et en mal de financement. La force du G5, mais aussi l’Amisom, déployée par l’UA pour faire barrage aux islamistes shebab en Somalie, ou la Force multinationale mixte (FMM) dans le bassin du lac Tchad, “jouent un rôle majeur”, a insisté M. Le Drian devant le Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, qui s’est achevé, le mardi dernier. « Mieux adaptées à leur environnement et à la menace, moins onéreuses que les opérations de maintien de la paix de l’ONU », ces opérations africaines « ne disposent toujours pas de financements prévisibles et durables », a regretté le ministre français des Affaires étrangères, pour qui « il est urgent de remédier à cette situation ». « C’est pourquoi la France soutient l’initiative ambitieuse et pragmatique portée par l’Union africaine », a-t-il ajouté. Cette initiative, qui doit prendre la forme d’un projet de résolution soumis en décembre au Conseil de sécurité, prévoirait notamment que l’ONU puisse prendre en charge 75% du financement des opérations africaines auxquelles elle donnerait son feu vert. Les 25% restants seraient apportés par les pays membres de l’UA via une contribution obligatoire à un “Fonds pour la paix”.

San :

Le poste de Sienso  à nouveau attaqué

A Sienso, cercle de San (Ségou), le poste de péage  a  été  de nouveau attaqué par des hommes  armés,  mercredi 7 novembre  2018, aux environs de 20h. Il n’y a pas eu de perte en vie humaine mais un blessé.  Les assaillants ont apporté  avec eux 2 motos des gendarmes et les recettes  de la journée. Rappelons qu’en avril 2018 le même  poste avait été  attaqué  par des individus armés.

Diré :

Grève des élèves des IFM

Dans la région de Tombouctou, les élèves de l’IFM ont entamé, le jeudi dernier,  une grève de 48 heures. Ils réclament leurs bourses et exigent à l’administration de satisfaire rapidement à leurs doléances. Le mouvement, selon les responsables, sera reconduit en cas de non satisfaction des doléances.

Tessit :

Une mine artisanale explose

Tarianda sur l’axe Téssit-Anson, une mine artisanale a explosé la semaine dernière, au passage d’un véhicule de forains en partance pour Téssit. L’explosion a été suivie des tirs nourris. Aucune perte en vie humaine ni blessé n’a été enregistré.

 Bankass :

Les déplacements massifs des populations se poursuivent

À cause de l’insécurité et des affrontements intercommunautaires, les déplacements massifs des populations se poursuivent dans le Centre. Cette semaine 340 déplacés ont été enregistrés dans les communes de Dougouténé 1 et Dougouténé 2, et 30 autres dans la commune de Koro. La plupart de ces déplacés sont sans abri et sans nourriture, selon les autorités communales de Koro.

Kayes :

Grave accident de la circulation

Huit morts et de nombreux blessés c’est le bilan d’un accident de la route entre Kayes et Bamako. Le drame s’est produit alors que des habitants du village de Samankidy, région de Kayes, partaient inhumer leur chef de village décédé la veille. Le véhicule les transportant est entré en collision avec un camion gros-porteur.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here