Les coulisses : Ecole fondamentale du Quartier-Mali : Une directrice pas comme les autres !

0

Selon nos sources plus d’une soixantaine d’élèves ont été interdit de suivre les cours tout simplement parce qu’ils ne portaient pas de tenus scolaire confirme et la directrice de cet établissement est à l’origine. Précise la même source cette fameuse directrice a transformé cet établissement à un fonds de commerce. Elle  vend les tenus  à  3500f l’unité. Ce qui n’est pas à la portée de tous les parents d’élèves.

Assemblée nationale du Mali

 Un nid de désordre

Commerce, mendicité, vol sont entre autres des choses qu’on rencontre couramment en ces temps-ci dans notre Assemblée Nationale. Ainsi, certains de nos Elus ont de la peine à suivre régulièrement les plénières parce qu’ils sont harcelés par les rats de l’Assemblée Nationale, c’est-à-dire les opportunistes. Et le président de l’Assemblée ne fait rien pour mettre de l’ordre à l’hémicycle qui ressemble aujourd’hui plus à un marché qu’à une institution du pays.

 

Société malienne de gardiennage

5000 F CFA ou prendre la porte!

Sollicitée à cause de son professionnalisme une société de gardiennage de la place, Société malienne de gardiennage n’est plus l’ombre de lui-même, car elle déplume ses agents. Ainsi, pour rester à son poste l’agent de surveillance est obligé de mettre la main à la poche. Les sous débloqués varient entre 5000 et 10 000 F CFA. Cet argent sert à graisser les pattes des superviseurs.

 

 

Voirie du District de Bamako

Un nid de magouilleurs

Dans le souci de répondre aux besoins des populations, l’Etat met à la disposition du service de la voirie du district de Bamako, des centaines de millions de nos francs. Mais le hic est que, ces fonds disparaissent dans la nature. Conséquence, la ville de Bamako reste toujours insalubre et exposant ainsi, ses habitants à des maladies hygiéniques parfois mortelles.

Il faut  le dire, la voirie du district de Bamako n’est plus l’ombre de lui-même, car pour elle ne fait que détourner les fonds mis à sa disposition chaque année par l’Etat.

S’il y a bien une institution qui a failli à son  devoir, c’est  la voirie du district de Bamako. Et  il suffit de faire un tour à travers la ville de Bamako  pour se rendre compte que cette structure ne fait pas correctement son boulot.

A Bamako, les dépôts d’ordures non enlevés jonchent partout. Et par conséquent, des enfants de zéro à  douze ans sont atteints par le paludisme   à cause du pullulement des insectes.

En effet, ils sont nombreux les Bamakois à dénoncer le comportement crapuleux des responsables de la voirie du district qui se manifeste par des abus de confiance, le travail mal fait et de l’escroquerie.

De source crédible, le carburant de la voirie est volé en longueur de journée. Ce qui fait que les camions peinent à faire face à la situation.  Le manque d’entretien  fait explique les pannes incessantes des camions. Et  gare aux agents qui osent s’opposer à la situation. Ils sont soit suspendus soit mutés ou écartement des activités de la structure.

A en croire nos sources, ce réseaux mafieux  prend sa source au sommet de la structure où des agents véreux occupent les postes importants depuis plus de 20 ans.

Plus grave encore, certains opérateurs économiques perdent tous leurs biens à la suite des patrouilles d’escroquerie organisée.

Enfin, ce qui est évident, c’est qu’il faut faire un toilettage complet dans cette institution.

Affaire à suivre

Yacouba Dembélé           

 

 

 

 

 

 

 

 

SOURCELaBoussole
PARTAGER