En Filigrane : Rapport de l’ONU sur Bounti Paris y voit « une attaque contre Barkhane »

0

Le chef d’état-major des armées françaises, le général François Lecointre, a dénoncé samedi une « manipulation » contre la force française Barkhane après une enquête de l’ONU l’accusant d’avoir tué 19 civils réunis pour un mariage au Mali. « Très clairement, il s’est agi d’une attaque contre l’armée française, contre l’opération Barkhane, contre la légitimité de nos engagements », a déclaré le militaire dans une interview au quotidien français Le Figaro. Les « erreurs » et les « biais » du rapport de la Direction des droits de l’Homme de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) « découlent pour une part d’une manipulation », a encore estimé le généralLecointre.

Cette enquête a conclu qu’une frappe aérienne conduite par l’armée française avait visé des civils réunis pour un mariage près de Bounti, dans le centre du Mali, et pas seulement des djihadistes comme l’affirme Paris, qui réfute toute bavure.

Les autorités françaises ont toujours assuré qu’il n’y a pas de mariage, que le renseignement  avait « formellement » établi qu’il s’agissait d’un rassemblement de djihadistes et que l’intervention d’une patrouille d’avions français lâchant trois bombes avait « neutralisé » une trentaine de djihadistes.

« Je pense que nous serons désormais systématiquement confrontés à ce type de tentative pour chercher à nous entraver, à nous discréditer, à délégitimer notre action, à monter les populations contre notre action » a ajouté le chef d’état-major des armées.

Pour mener son enquête, la division des droits de l’homme et de la protection de la Minusma avait déployé  une « mission spéciale d’établissement des faits » du 4 janvier au 20 février, avec l’appui notamment de la police scientifique des Nations-Unies.

 

Diondiori

Un arsenal de guerre découvert

Le chef d’état-major a annoncé samedi la saisie d’un important lot de matériel de guerre dans une maisonnette à Diaka, situé à un kilomètre au sud de Diondiori, dans la région de Mopti, suite à une patouille menée de nuit par une unité des Forces armées maliennes(FAMa). On y dénombre une moto, des chargeurs et cartouches et des téléphones portables.

Cette saisie est consécutive à des renseignements relatifs à la présence de quatre individus suspects dans cette localité. Une patrouille a été dépêchée sur les lieux. Quatre suspects ont réussi à prendre la fuite avant d’être rattrapés.

 

Espoir Mali Koura

Un an déjà

Le regroupement riche de 52 organisations et 4 partis politiques a affiché samedi ses ambitions de voir naître la quatrième République sur les cendres fumantes de l’ancienne, de restaurer la dignité et la souveraineté du Mali. La chute du régime « corrompu » d’Ibrahim Boubacar Keïta ne marque pas la fin d’une bataille, mais « une première étape de lutte commune «  devant conduire « à la réalisation du destin commun », autrement dit le Mali nouveau.

Le 14 mai 2020, Espoir Mali Koura (EMK) avait appelé à se soulever contre l’injustice et les tueries du régime d’alors. Une date qu’elle considère comme le point de départ d’une « lutte de libération du pays de la servitude la plus humiliante et de l’abîme où le conduisait inexorablement une politique antinationale à tous les égards ».

 

Mort en détention d’un boucher à Kita

L’ultimatum de la population a expiré lundi

La médiation n’a rien donnée. Les populations campent sur leur position de départ du Substitut du tribunal de première instance de Kita, Mamadou Haïdara. Le 18 mai dernier, les notabilités, les jeunes et la structure locale de CAFO ont rédigé un manifeste à l’intention des autorités où ils ont réitéré leur ferme demande accompagnée d’une exigence de justice afin d’en éviter la reproduction. Par ailleurs, ils ont vivement recommandé que le tribunal soit entièrement purgé d’intermédiaires qui font la navette entre les magistrats et la famille et les parents des détenus.

On reproche au juge de l’avoir gardé en prison contre l’avis du médecin traitant.  Le Substitut du procureur a refusé sa mise en liberté provisoire malgré la dégradation de « son état de santé ».  Interpellé, puis placé en détention, le jeune boucher, du nom de Niafa Diarra alias M’Bouyé, a perdu la vie quelques jours après sa libération. Une vague de colère a déferlé sur la ville. Les Katois ont battu le pavé et réclamé une autopsie du corps de la victime.

Très connu, le boucher avait acheté un bélierà 75.000 F CFA que lui avait proposé Mohamed Diakité. Les enquêtes diligentées ont permis d’arrêter et le vendeur et le receleur qui ont été placés le 1er avril dernier sous mandat de dépôt. L’audience correctionnelle était fixée au 22 juin prochain.

Entre temps, le boucher a remboursé les 125.000 F CFA exigés par le propriétaire. La justice avait statué favorablement sur la demande de liberté provisoire. Le substitut avait fait appel. « Le détenu n’a pas eu l’assistance qu’il fallait »en prison où son état de santé s’est considérablement dégradé, a regretté Moussa N’Diaye, président des jeunes de Kita. Et d’ajouter « quand le régisseur a constaté l’état de santé du prisonnier, il appela la famille pour l’amener contre la signature d’un engagement des parents. Arrivé en famille dans un état critique, Niafo Diarra est décédé ».

.

Outrage à magistrat

La polémique enfle

La controverse née des récentes affaires n’est pas prête de retomber. D’aucuns estiment que les magistrats sont à la fois juges et parties. Allusion est clairement faite aux plaintes engagées par les deux syndicats de la magistrature qui ont toutes les chances d’aboutir à une condamnation des personnes poursuivies, puisque les juges appelés à se prononcer sur ces affaires sont syndiqués.

L’outrage à magistrat est spécifiquement puni par le code pénal. Cet article fait le point sur ce qui peut constituer un outrage à magistrat (par paroles, gestes et menaces, ou par écrit ou en image de toute nature, l’envoi d’objets quelconques adressé à un magistrat, un juré ou toute personne siégeant dans une formation juridictionnelle) et sur les peines prévues pour ce genre d’infraction.

Dans le cas d’un outrage à magistrat, les faits tentent à porter atteinte à la dignité de la personne ou au respect dû à sa fonction.

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here