Entre Nous : La bourde inexcusable d’Aliou Boubacar Diallo

20

«Franchement, je pense que vu le contexte social de crise au centre du Mali, avoir aujourd’hui un Premier ministre peuhl et un président de l’Assemblée nationale dogon peut participer à la cohésion sociale et un retour rapide de la paix». Ces propos ont été tenus dans les colonnes du quotidien national «L’Essor» n°19160 du mardi 12 mai 2020 par Aliou Boubacar Diallo, élu à Kayes, non moins président d’honneur de l’ADP-Maliba. L’ancien candidat à l’élection du président de la République s’exprimait en marge de l’élection du président de l’Assemblée nationale de la 6ème législature.

De tels propos venant de la part d’un homme comme Aliou Boubacar Diallo aspirant à la magistrature suprême et se présentant comme une alternative crédible, ne doivent pas et ne peuvent pas passer, surtout dans un pays comme le Mali. Une bourde inexcusable. Une sortie ratée. Celui qui aspire à devenir président de la République ne doit pas dire cela. L’opérateur économique-politicien a peut-être oublié ce proverbe selon lequel «il faut tourner sept fois sa langue dans la bouche avant de parler». En français plus facile, il faut bien prendre le temps de réfléchir avant de parler afin de ne pas risquer de regretter ce qu’on dit.

Après la subite incursion des termes «nord» ou «sud» dans les discours même des plus officiels, voilà l’introduction des ethnies dans l’octroi des postes au sein des institutions de la République. On le sait. L’utilisation de ces termes est devenue, depuis belle lurette, un fonds de commerce, une curieuse forme de séduction, une arme de chantage de la part d’une catégorie de citoyens de ce pays au détriment de la cohésion sociale et du vivre-ensemble. Que ceux qui exploitent si insidieusement la fibre régionaliste ou ethnique arrêtent leurs machinations !

Non, Monsieur Aliou Boubacar Diallo ! Cette lecture biaisée, voire fausse de la situation dans la région de Mopti n’est pas digne de quelqu’un qui ambitionne de diriger le Mali. Les problèmes que connaissent les cercles de la région de Mopti et une partie de celle de Ségou ne sont pas ethniques. Ce sont des bandes criminelles qui profitent de la faillite de l’Etat pour attiser les violences intra et inter communautaires. Et ces bandes mafieuses ont enrôlé les éléments de toutes les ethnies dogons, bozos, peuls, dafing, bambara, etc.

Non seulement Aliou Boubacar Diallo doit retirer ses propos, mais en plus, la direction de l’Essor doit présenter ses excuses pour avoir failli à son devoir de responsabilité sociale. Un organe qui mesure toute sa responsabilité en ces moments d’incertitude et d’angoisse ne publie pas des inepties du genre. En juin 2011, l’ORTM a censuré une question embarrassante posée par une animatrice de la radio «Patriote» au président Amadou Toumani Touré lors de sa traditionnelle conférence de presse à l’occasion du 8 juin. Elle a voulu savoir pourquoi le Président de la République, le Premier ministre, le ministre de la Justice, le Directeur général des Douanes viennent tous du nord. Sans hésiter, la direction de l’ORTM a pris la responsabilité de ne pas diffuser de tels propos.

Pour combattre des dérives comme celles-ci, la presse doit continuer à dénoncer afin de ne pas semer davantage les graines de la division. Au journal “Le Challenger”, nous sommes contre toutes manœuvres qui visent à favoriser ou à valoriser le jugement de tel ou tel cadre sur la base de son nom de famille ou de son origine. Nous estimons que des termes comme «cadre du nord », «cadre du sud », «femme du nord», «femme du centre», «femme du sud», «élu du nord», «élu du pays dogon» doivent disparaître à jamais des discours. L’utilisation de ces termes équivaut à un cancer qui se propage à une vitesse exponentielle dans le corps social au Mali et qui risque de devenir un vaste champ de ruines. Que Dieu nous garde !

Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

20 COMMENTAIRES

  1. Je pense qu’il doit apprendre l’histoire du Rwanda et commencer à se taire. De tels propos sont nuisibles et surtout dans un pays où depuis toujours il n’y a jamais eu de différence entre les ethnies. L’ambiance avait été toujours excellente. Qu’il ne vienne pas créer davantage de problèmes là où il n’y en a pas. Ce pays a toujours été admiré grâce, entre autres, à cette cohabitation pacifique entre tous.

  2. Ce Monsieur doit etre surveille de pret. Un escroc international qui cherche refuge a l’AN, voila ce qu’il est. Sinon, comment comprendre qu’un homme de son envergure, surtout ce qui se disait de lui, peut vouloir coute que coute trouver une position dans la sphere politique du Mali? Ou sont passes tous ces milliards d’actions qui etaient quotees a la bourse de Frankfort ou de je ne sais ou?

  3. la majorité de nos politiciens actuels n’est pas crédible. Ils sont capables de toute sorte de tromperie et jeux pour s’approcher davantage du pouvoir…. pas de dignité, pas d’amour de la vérité, pas sincérité envers les autres, pas de sens d’honnêteté, de l’honneur etc.. simplement toujours des calculs politiques. Il y a vraiment pitié d’eux de se comporter ainsi dans un pays en détresse grave!

  4. “On ne négocie pas avec son peuple. On fait ce que la loi demande de faire. On ne matte pas un soulèvement du peuple. On cherche à savoir les raisons et agir dans le bon sens. On ne brime pas son peuple car c’est de lui qu’on détient la légalité et la légitimité. Le peuple est ton employeur et tu es son employé. Pas l’inverse”.

  5. J’applaudis les propos de Mr Diallo! LA SEULE SOLUTION A’ LA CRISE QUI SECOUE NOTRE FASO A POUR NOM: UN PARTAGE EQUITABLE DU POUVOIR ET DES RESSOURCES ENTRE TOUTES LES ETHNIES ET LES RACES DU MALI!!!!

    • TOI, TU ES VIDE, VRAIMENT, UN VIDON, UN LARBIN TYPIQUEMENT IDIOT…

  6. Honnerable d’élu de Kayes a franc parlé les hommes de Kouffa ne connaissent pas la table ronde,nos forces armées et des sécurités devoient ramener la paix dans le centre à le tout prix .

    • Si on nie aux populations locales le droit de gerer leurs affaires locales, il faut faire appel aux Forces Arme’es pour le maintien de l’ordre impose’! La solution ideale serait de permettre aux populations de gerer leurs propres affaires! LES POPULATIONS LOCALES CONNAISSENT MIEUX QUE N’IMPORTE QUEL EXPERT QUELS SONT LEURS PROBLEMES LOCAUX ET LES SOLUTIONS A’ LEURS PROBLEMES!!!

  7. CE journaliste ne soit pas panchant , le Mr n’a rien de dit de grave , il fait juste allusion au cousinage et vu que lui meme est pheul

  8. JE NE VOIX PAS DE HIC DANS CES PROPOS . PEUT ETRE PAS COMPRIS PAR DAUTRES LECTEURS . SINON A MON HUMBLE AVIS IL FAIT ALLUSION AU COUSINAGE . CONPRENEZ DANS CE SENS ET ARRETER DE FAIRE DES JUGEMENTS DE VALEURS

    • L’honorable Aliou B. Diallo fait allusion au cousinage a plaisanterie entre Dogon et peulh. Un moyen qui doit permettre d’obtenir des resultats satisfaisants dans la gestion des conflits inter-communautaires. C’est ça sa pensee et non le contraire .

      • Honnerable Diallo est un homme croisant a franc parlé, Mais les hommes de Kouffa ne connessent pas de table ronde, L’armée qui doit faire son devoir y compris ces eux qui ils sont derrières .

  9. L’état doit davantage cultiver la citoyenneté , cette idée folle d’emmener
    l’ethnicité dans toutes les sauces est une bêtise , personne ne choisit sa culture à fortiori son ethnie de naissance ! , venant de la part d’un responsable politique de premier plan , c’est idiot .

  10. L’état doit davantage cultiver la citoyenneté , cette idée folle d’emmener
    l’ethnicité dans toutes les sauces est une bêtise , personne ne choisit son lieu de sa culture à fortiori son ethnie de naissance ! , venant de la part d’un responsable politique de premier plan , c’est idiot .

    • MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA KOLO

      “Le citoyen est un être éminemment politique qui exprime non pas son intérêt individuel mais l’intérêt général.
      Cet intérêt général ne se résume pas à la somme des volontés particulières mais la dépasse.”

      (Jean-Jacques Rousseau).

      NOUS AVIONS NOTRE “TON DJON” ET BEAUCOUP D’ AUTRES FORMES DE CITOYENNETÉ, BIEN AVANT LES COLONISATIONS ARABE ET EUROPÉENNE.

      IL FAUT LES REMETTRE EN VALEUR, AU MOINS POUR L’ AMOUR ET LE RESPECT ENVERS NOS ANCETRES..

      • exact! …tant de valeurs et savoir faire…mais, nous suivons nos idiots arabopisses a la recitation abracandabresque et nos chanteurs d Opera de Paris….

        LA FRANCOFOLIE ET L ISLAMIDIOTISME SONT LES ENEMIS DU MALI ET DU SAHEL.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here