Il faut le dire… L’an deux mil dix-huit : quelle alternance pour le Mali?

4
Élections couplées de 2015 : La MINUSMA prend part à la révision exceptionnelle des listes

L’observation de la situation au Mali, à trois mois de l’élection présidentielle, n’incite pas le citoyen ordinaire à afficher une sérénité et un optimiste que le premier ministre, SBM, voudrait laisser paraître, du moins dans ses apparitions et déclarations publiques.

En effet, quel que soit le matraquage médiatique auquel on assiste, il reste indéniable que la situation sécuritaire est pire qu’en 2013 ; au moment où le candidat Ibrahim Boubacar Keïta, briguait la magistrature suprême. Bien que cette année, on n’assiste pas comme en 2013 à des combats fratricides entre groupes armés, il n’en demeure pas moins que le pays reste ingouvernable dans sa partie nord, où écument, comme en 2013, des légions terroristes, composées aussi bien de nationaux que d’étrangers.

Plus grave, le centre du pays, composé de la région de Mopti et une bonne partie de la région de Ségou et même une partie de Koulikoro, reste aux mains des terroristes. Aujourd’hui cette partie du pays, qui est au rouge, est semblable au Sud-Vietnam lors de la lutte des vietnamiens contre l’invasion américaine : les villes tenues par les américains et leurs suppôts et les campagnes tenues par les nationalistes à la différence que les terroristes ne mènent pas une guerre juste et ne pourraient la gagner, contrairement aux patriotes vietnamiens. La preuve, dans certaines localités, désespérées de n’avoir pas la protection de l’Etat dont elles ont droit, des populations se sont organisées en groupes d’auto-défense. Des animosités intercommunautaires inconnues en 2013 ont apparu.

Dans de telles conditions, que dire de l’élection présidentielle à venir ? Pourrait-elle aboutir à une alternance ?

Il n’est pas sûr que le déploiement à lui seul, des forces militaires en présence (MINUSMA, BARHANE, FAMAs, G5-Sahel) puisse conduire à des élections transparentes et crédibles sur toute l’étendue du territoire malien. Mais, comme c’est la « Communauté Internationale » qui décide de notre sort, on pourrait organiser des élections où, comme d’habitude, à la proclamation des résultats, les fameux observateurs répéteraient à satiété, les sempiternelles litanies : «  les élections se sont déroulées généralement dans des bonnes conditions et les erreurs ou irrégularités commises ne sont pas de nature à influence les résultats du scrutin.»

Il y aura bien sûr pendant quelques jours ou semaines de fortes tensions et des manifestations dans les villes. Elles seront réprimées en faisant valoir l’état de droit. Dans un tel scénario, il n’est pas sûr que l’organisateur du scrutin ne sorte pas vainqueur du combat électoral et là, l’alternance s’appellera continuité.

Un scénario de rupture pourrait être envisagé comme ce qui est arrivé en 2012. Cette fois-ci, ce scenario pourraitdéboucher sur deux autres voies : l’une comme en 1991, amenant à une espèce des états généraux de la nation, où on revisiterait tous les textes des institutions et les institutions elles-mêmes ; ce qui pourrait nous amener à une 4ème république et même à une république fédérale. Plus qu’une alternance, nous serions en présence d’une refondation de l’État malien.

La deuxième voie, c’est l’installation d’une dictature militaire féroce, qui conduirait à une désagrégation du pays.

D’aucuns nous traiteraient d’oiseau de mauvais augure mais, tous les faits et réalités du moment devraient conduire tout observateur lucide à  aboutir à notre conclusion à quelques nuances près.

…sans rancune

Wamseru  A. Asama

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. ON ÉCRIT L’AN DEUX MILLE. QUAND MILLE EST PRÉCÉDÉ D’UN NOMBRE CARDINAL IL S’ECRIT AVEC DEUX « L ».
    ICI LE NOMBRE CARDINAL EST DEUX. ÇA AURAIT PU ÊTRE
    – TROIS MILLE
    DIX MILLE
    -,CENT MILLE
    ETC.

    POUR UN JOURNALISTE C’EST INADMISSIBLE. C’EST POURQUOI JE LE SIGNALE QUE VOUS N’AYEZ PAS À LE RÉPÉTER.

  2. On ne parle pas trop. Rendez-vous est pris pour le 29 juillet prochain. J’ai l’impression que le tenue des élections a surpris les opposants maliens qui ne savent pas comment aller à ces élections car n’ayant fait que parler du président IBK pendant 5 ans. Ils n’ont donc rien à proposer maliens. Cette élection aura lieu et le président IBK va l’emporter. Le premier ministre SBM le succédera en 2023. Voilà le schéma. Certains vont fuir ce pays pour des destinations inconnues.

    • FAKROU BOUARÉ ALIAS FB, JE VOUS RAPPELLE QU’AUCUNE ÉLECTION N’A ENCORE EU LIEU. IL EST VRAI QUE VOUS NE MAÎTRISEZ PAS LA LANGUE DE MOLIÈRE COMME L’AUTRE. DONC PERSONNE NE PEUT ÊTRE SURPRIS POUR LE MOMENT.
      TOUT DE MÊME, COMME L’AUTRE, APPRENEZ À DIRE INCHALLAH, SI DIEU LE VEUT OU SI MANGALLAH LE VEUT BIEN.

  3. Tous les scénarios sont possibles si IBK cherche à rempiler.
    C’est pourquoi je doute FORT de son amour pour le pays
    Par contre son amour pour le pouvoir est sans conteste.
    Il a utilisé toutes les combines pour en arriver là.
    La trahison de son bienfaiteur ALPHA OUMAR KONARE,la posture islamique,son rapprochement avec la junte militaire SANOGO,le dénigrement D’AMADOU TOUMANI TOURÉ,les rumeurs infondées sur ses concurrents les plus sérieux SOUMAILA CISSE et MODIBO SIDIBE ont été les armes utilisées pour accéder au pouvoir.
    C’est pourquoi il est capable d’autres plus graves pour conserver le pouvoir.
    Il est entrain de réunir les conditions d’un COUP D’ÉTAT .
    Son passage en force qui se prépare indéniablement avec le soutien de BOUBEYE MAIGA est le couronnement d’un plan savamment mis en place par l’ancien secrétaire général de la présidence devenu prémier ministre pour l’exécuter.
    IBK et son CLAN comme tous les fossoyeurs des deniers publics que l’Afrique a connus ont perd de perdre.
    BOUBEYE MAIGA nous montre de plus en plus qu’ il fait partie intégrante du CLAN familial .
    Ils sont tous dans le même bateau.
    Le bateau rempli de délinquants de toutes sortes servant à piller les maigres ressources du pays .
    Le peuple défendra son bien en allant voter massivement contre ce CLAN.
    Si on lui vole sa victoire,il sortira pour récupérer son dû.
    IBK a intérêt à imiter son ami François Hollande ,s’il aime son pays.
    ON NE PEUT AIMER SON PAYS ET FERMER LES YEUX SUR LES DÉTOURNEMENTS COLOSSAUX.
    Mieux!récompenser les fautifs.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here